Surcharge d'informations

L'idée de base

De nos jours, nous avons accès à des gigaoctets - en fait, des zettaoctets - d'informations au bout de nos doigts.1 Nos téléphones nous permettent d'accéder au web, qui contient à lui seul suffisamment d'informations pour nous submerger. Nos téléphones sont dotés d'une pléthore d'applications qui sollicitent notre attention par le biais de notifications constantes. Il peut être difficile de faire quoi que ce soit alors que les clés d'une mine de connaissances sont entre nos mains.

Nous sommes nombreux à avoir fait l'expérience d'allumer Netflix et de mettre une éternité à choisir un film (il y a tellement de choix). Et Netflix n'est qu'un des nombreux services de streaming à notre disposition ! En effet, il faudrait 47 millions d'années pour regarder tous les films en haute définition disponibles sur le web.2 Il y a définitivement trop de contenu pour que nous puissions raisonnablement le parcourir au cours de notre vie.

Il est difficile de faire des choix et de penser clairement. Chaque jour, nous sommes confrontés à des centaines, voire des milliers, d'options et d'informations. Nous sommes submergés par la quantité d'informations que nous rencontrons, un phénomène connu sous le nom de "surcharge d'informations". La surcharge d'informations peut prendre la forme d'une difficulté à rédiger un devoir à l'école, lorsque nous avons l'impression de ne jamais pouvoir passer au crible toutes les connaissances disponibles. Elle peut aussi rendre difficile la prise de position politique en raison de la quantité écrasante d'informations de part et d'autre. Comme la surcharge d'informations nous empêche de prendre des décisions rationnelles et peut nous fatiguer et nous irriter, il est important d'en savoir plus sur ce phénomène et sur la manière d'en éviter les effets secondaires.

L'information dans le monde double chaque jour. Ce que l'on ne nous dit pas, c'est que notre sagesse est réduite de moitié dans le même temps.


- Spécialiste des études organisationnelles, John Seely Brown3

La théorie au service de la pratique

TDL est un cabinet de recherche appliquée. Dans notre travail, nous tirons parti des connaissances de divers domaines - de la psychologie et de l'économie à l'apprentissage automatique et à la science des données comportementales - pour sculpter des solutions ciblées à des problèmes nuancés.

Nos services de conseil

L'histoire

Historiquement, les effets secondaires négatifs de la surcharge d'informations ont souvent coïncidé avec des périodes d'évolution technologique rapide. Les nouvelles technologies sont synonymes de nouvelles informations, souvent à un rythme plus rapide, et peuvent donner aux gens l'impression d'être submergés. Les réactions négatives aux quantités écrasantes d'informations sont apparues dans les cultures pré-modernes, avec l'accumulation de manuscrits.4 En fait, un éminent philosophe du premier siècle de notre ère du nom de Sénèque a proclamé que "l'abondance de livres est une distraction". 1

Le fardeau d'avoir trop de livres et trop peu de temps pour lire a été exacerbé par l'avènement de l'imprimerie au 15e siècle. Auparavant, seuls les riches connaissaient une surcharge d'informations, car ils avaient accès aux manuscrits. Cependant, l'imprimerie a rendu les livres moins chers et en a élargi l'accès.4 La surabondance d'informations s'explique en partie par le fait que les gens estimaient que l'accumulation avait de la valeur. Ils voulaient préserver les textes anciens, les éditions rares et les artefacts, alors qu'il y avait une offre constante de nouveaux documents.

Bien que l'expérience de la surcharge d'informations existe depuis longtemps, ce n'est qu'en 1964 que l'expression a été inventée. Le sociologue américain Bertram Myron Gross a écrit un livre en deux volumes, The Managing of Organizations, qui a marqué la première fois que la surcharge d'informations a été publiée sous forme écrite.5 Dans ce livre, Gross a suggéré qu'une révolution administrative avait conduit au monde moderne, caractérisé par une augmentation des institutions élargies.6 Cette augmentation des institutions a contribué à la surcharge d'informations, que Gross a définie comme se produisant "lorsque la quantité d'intrants dans un système dépasse sa capacité de traitement". Les décideurs ont une capacité de traitement cognitif assez limitée. Par conséquent, lorsqu'il y a surcharge d'informations, il est probable que la qualité de la décision diminue". 5

Bien que Gross ait formalisé la surcharge d'information, celle-ci n'a pas été popularisée avant qu'Alvin Toffler n'écrive à son sujet. Toffler, ainsi que son épouse, était un écrivain et un futurologue souvent capable de prédire les effets que les développements rapides de la technologie auraient sur la société.7 Dans son livre Future Shock publié en 1970, Toffler a suggéré que lorsque trop de changements se produisent trop rapidement au sein d'une société, les processus normaux de prise de décision s'effondrent.7 Il a également prédit que l'accélération du changement conduirait à l'adhocratie, un style de gestion qui met l'accent sur l'initiative individuelle au lieu d'une structure formelle. Il a également prédit que l'accélération du changement conduirait à l'adhocratie, un style de gestion qui met l'accent sur l'initiative individuelle plutôt que sur la structure formelle.

Depuis 1970, l'intérêt et l'inquiétude suscités par la surcharge d'informations n'ont fait que croître. Si la surcharge d'informations a toujours été un problème, l'invention de technologies telles que l'internet et les smartphones a entraîné une augmentation exponentielle de la quantité d'informations dont nous disposons. En 2014, 90 % des données existant dans le monde avaient été créées au cours des deux dernières années.8 Ce pourcentage a augmenté ces dernières années, à mesure que nous continuons à numériser certains aspects de notre société.

Les personnes

Bertram Myron Gross

Spécialiste américain des sciences sociales qui a inventé pour la première fois le terme de surcharge d'informations dans son livre de 1964, The Managing of Organizations (La gestion des organisations).

Alvin Toffler

Écrivain et prospectiviste qui a utilisé ses romans pour imaginer l'impact sur la société de l'évolution rapide de la technologie.

Denis Diderot

Philosophe français du XVIIIe siècle qui a édité une encyclopédie générale dans l'espoir de refléter les connaissances du monde pour les générations futures. Cependant, même à l'époque, Diderot doutait de sa capacité à rassembler suffisamment d'informations dans une encyclopédie pour qu'elles soient utiles aux générations futures. Il prédisait qu'"un temps viendra où il sera presque aussi difficile d'apprendre quelque chose par les livres que par l'étude directe de tout l'univers. Il sera presque aussi commode de chercher une parcelle de vérité dissimulée dans la nature que de la trouver cachée dans une immense multitude de volumes reliés". 8

Georg Simmel

L'un des premiers sociologues à avoir remarqué que la surcharge d'informations avait un impact négatif sur la société. Il a suggéré que la surcharge de sensations dans la vie urbaine moderne abrutissait les gens et les rendait incapables de réagir correctement au changement.9

James Gleick

Auteur américain et historien des sciences qui, dans son livre The Information : A History, A Theory, a Flood (L'information : une histoire, une théorie, un déluge), a examiné ce que signifiait vivre à l'"ère de l'information". Il s'engage dans une théorie de l'information, qui examine la manière dont les informations sont stockées et communiquées. Il suggère que la surcharge d'informations est en partie due à notre désir de mesurer et de quantifier l'information afin de l'examiner de plus près, ce qui a conduit à la création des données.10

Peter Gordon Rötzel

Professeur de comptabilité et de systèmes d'information en Allemagne, M. Rötzel estime qu'il est important que la recherche aborde la surcharge d'information de manière interdisciplinaire. La perspective adoptée pour étudier la surcharge d'informations est souvent celle de l'administration des affaires, mais Rötzel estimait que la recherche devait également l'examiner sous l'angle de la psychologie, de la santé et de la communication.11 Sa revue de littérature de 2019, Information Overload in the Information Age, a contribué davantage au phénomène en se concentrant sur la façon dont la surcharge d'informations diminue la capacité cognitive parce que les gens ont peu de temps et de ressources pour passer au crible toutes les informations. 11

Conséquences

Avec le flux incessant de notifications et de messages auquel nous nous sommes habitués, la surcharge d'informations diminue notre capacité cognitive et peut nous amener à prendre des décisions sous-optimales. Nous pouvons être tellement submergés par la quantité d'informations que nous en devenons plus confus au lieu d'être mieux informés.12

Comme nous sommes confrontés à une grande quantité d'informations, nous avons du mal à les passer au crible et à donner la priorité à ce qui est important. Il se peut que nous manquions un courriel professionnel important ou qu'il nous soit impossible de choisir un produit à acheter en raison de la multitude d'options. Le fait d'être submergé par les options qui s'offrent à nous est appelé le paradoxe du choix, un phénomène qui suggère que le fait d'avoir plus d'options rend en fait la prise de décision plus difficile.

Nos décisions ne sont pas les seules à souffrir de la surcharge d'informations. Notre volonté utilise les mêmes réserves d'énergie que les processus de prise de décision, ce qui signifie que si ces réserves d'énergie sont épuisées en raison d'une surcharge d'informations, nous manquerons d'énergie. Ce manque d'énergie peut alors nous rendre irrités, anxieux et improductifs.2

La surcharge d'informations étant préjudiciable à nos processus de prise de décision, il existe quelques tactiques pour tenter de la combattre. Le fait de pouvoir classer les informations en fonction de leur importance et de leur urgence peut nous aider à ne pas nous sentir submergés par toutes les choses que nous devons accomplir, ce que la matrice d'Eisenhower peut nous aider à faire. Étant donné que nous nous sentons dépassés par trop de choses en même temps, la surcharge d'informations peut également nous rappeler que le "unitasking" - l'accomplissement d'une tâche à la fois - est plus productif que le "multitasking". Enfin, nous pourrions essayer de limiter les distractions possibles, par exemple en réglant notre téléphone sur "ne pas déranger" lorsque nous sommes au travail.

Controverses

La surcharge d'informations suggère qu'il existe une quantité finie d'informations que notre cerveau peut traiter en même temps. Cependant, les études portant sur la surcharge d'informations ne sont pas en mesure d'indiquer exactement quelle est cette quantité, ni si elle est la même pour tout le monde. Le manque de données empiriques amène certaines personnes à douter de la validité et de l'étendue de la surcharge d'informations en tant que théorie scientifique.

En outre, il se peut que notre réaction à la surcharge d'informations soit une réponse raisonnable et rationnelle aux contraintes qui pèsent sur nos capacités de prise de décision. De nombreux spécialistes du comportement affirment que la rationalité limitée (l'idée selon laquelle nous prenons des décisions rationnelles dans les limites du temps, des informations disponibles et des capacités cérébrales) nous aide à trouver des raccourcis pour prendre des décisions qui nous satisfont. Dans ce cas, notre tendance à ne pas trier les informations supplémentaires qui sont moins pertinentes ou importantes pour nous pourrait être considérée comme une adaptation positive au monde trépidant dans lequel nous vivons.

La surcharge d'informations et l'effet de spectateur

L'effet "spectateur" suggère que plus il y a de personnes qui assistent à un accident, moins il y a de chances que l'une d'entre elles offre son aide à la personne dans le besoin. En 1952, le psychologue américain Stanley Milgram a suggéré que la raison pour laquelle les gens n'agissent pas dans ces situations pourrait en fait être une surcharge d'informations. Dans son article intitulé "The Experience of Living in Cities" (L'expérience de la vie en ville), Milgram a développé une hypothèse de surcharge urbaine selon laquelle les personnes vivant en ville sont constamment exposées à une multitude de stimuli, ce qui les désensibilise aux nouvelles informations.12

En tant que psychologue, Milgram a voulu examiner les facteurs psychologiques à l'origine de l'effet "spectateur". Il a suggéré que le fait d'ignorer les nouvelles informations en raison de la surcharge était une stratégie employée par les citadins pour ne pas être submergés.12 Lorsqu'il y a trop d'informations, les gens doivent donner la priorité à ce qui est bénéfique pour leur propre vie. Malheureusement, la tendance des citadins à ignorer certains des stimuli qui les entourent fait d'eux de mauvais samaritains. Ce comportement peut également être considéré comme une forme d'autoprotection et de préservation.

Milgram s'intéressait particulièrement aux réactions des gens à la surcharge d'informations, qu'il considérait comme des moyens d'adaptation pour faire face à l'agitation de la vie quotidienne. Il pensait que le fait de consacrer moins de temps à des stimuli particuliers était une réponse apprise qui permettait aux gens d'éviter la surcharge d'informations. Milgram suggère que ces diverses réponses adaptatives aident à expliquer la situation qui s'est déroulée lors du meurtre de Genovese en 1964.12

En 1964, Catherine Genovese, une barmaid de 28 ans, rentre chez elle au petit matin dans le Queens et est poignardée à mort à plusieurs reprises. Trente-huit habitants du quartier ont admis par la suite avoir été témoins, au moins en partie, du meurtre, mais aucun d'entre eux n'a appelé la police ou n'est intervenu avant la mort de Genovese. Milgram suggère que les gens n'ont pas agi parce que, en raison de la surcharge d'informations, ils étaient devenus insensibles au grand nombre de stimuli qui les entouraient en permanence.12

Comment les entreprises peuvent-elles éviter la surcharge d'informations ?

Le travail attendu des employés dépasse souvent ce qui est gérable dans une journée de travail normale de huit heures ; les tâches assignées vont souvent au-delà des attentes d'un rôle. On estime que la surcharge d'informations, qui conduit à l'épuisement professionnel et à l'incapacité d'être productif, coûte à l'économie américaine 900 milliards de dollars par an.13 Il est clair qu'accabler les employés avec trop d'informations n'est bénéfique pour personne.

Il n'y a pas que la charge de travail qui peut être trop lourde pour les employés. Souvent, les employés reçoivent des informations qui sont superflues par rapport à leur rôle et à leurs responsabilités. Ils peuvent recevoir des courriels sans rapport avec leur service ou des notes de service compliquées émanant des RH et ne comportant pas d'actions évidentes à entreprendre. Les études montrent que les employés passent en moyenne 2,5 heures par jour à essayer de trouver les informations dont ils ont besoin pour faire leur travail.13 Avec tout ce temps perdu, il n'est pas étonnant qu'ils n'aient pas assez de temps pour accomplir leurs tâches.

La surcharge d'informations ne se contente pas de nuire à la productivité ; elle peut également entraîner de graves problèmes de santé. Une étude menée auprès de cadres aux États-Unis, en Angleterre, à Hong Kong, à Singapour et en Australie a révélé que 33 % d'entre eux avaient l'impression que leur santé était affectée par la surcharge d'informations. La diminution du sentiment de santé peut être due au fait que la surcharge d'informations entraîne du stress et peut avoir un impact négatif sur les relations.

Les différents facteurs qui contribuent à la surcharge d'informations doivent donc être réduits pour éviter que les employés ne souffrent d'épuisement professionnel. Par exemple, le fait d'accorder aux employés davantage de jours de congé ou de réduire le nombre de tâches à accomplir peut les aider à ne pas se sentir submergés. Une entreprise peut également créer des listes de diffusion différentes pour les différents services afin que les employés ne reçoivent que les courriels pertinents. Elle peut également essayer de rendre sa communication concise et claire afin que les employés ne perdent pas de temps à déchiffrer les courriels.

Contenu connexe de TDL

Rester vigilant à l'ère de la surcharge d'informations

Pendant plus d'un an, on pouvait regarder n'importe quelle chaîne de télévision et être sûr d'y trouver des informations sur le COVID-19. Bien qu'il soit important que les gens soient informés de la situation, des études ont montré que les gens commençaient à ignorer les informations sur la pandémie. Dans cet article, notre auteur, Sanketh Andhavarapu, explore un certain nombre de biais cognitifs liés à la surcharge d'informations qui poussent les gens à détourner le regard lorsqu'il s'agit du COVID-19.

Suis-je d'accord ? Biais cognitifs et conditions d'utilisation

Combien de fois vous êtes-vous inscrit à un service ou à un produit, avez-vous parcouru les conditions d'utilisation sans y prêter attention et les avez-vous acceptées sans réfléchir ? Ces conditions d'utilisation peuvent être importantes, car elles nous informent explicitement de la manière dont nos données seront utilisées et des droits dont nous disposons, mais, comme l'explique notre rédacteur Tiago Rodrigo, nous les ignorons souvent. L'une des raisons pourrait être la surcharge d'informations, qui peut entraîner une paralysie au lieu d'une liberté de choix.

Sources d'information

  1. Blair, A. (2010, 28 novembre). Information Overload, Then and Now. The Chronicle of Higher Education. https://www.chronicle.com/article/information-overload-then-and-now/?bc_nonce=1jdmn289zc8qucpvrnmegc&cid=reg_wall_signup
  2. Tunikova, O. (2018, 7 juin). Consommons-nous trop d'informations ? Medium. https://medium.com/@tunikova_k/are-we-consuming-too-much-information-b68f62500089
  3. Meilleures citations sur la surcharge d'informations. (2021, 5 avril). Wylie Communications. Consulté le 22 mai 2021 à l'adresse https://www.wyliecomm.com/writing-tips/readability/importance-of-readability/information-overload-causes-symptoms-and-solutions/quotes-on-info-overload/
  4. Hemp, P. (2009, septembre). Death by Information Overload (La mort par la surcharge d'informations). Harvard Business Review. https://hbr.org/2009/09/death-by-information-overload
  5. La surcharge d'informations, pourquoi elle est importante et comment la combattre. (n.d.). The Interaction Design Foundation. Consulté le 22 mai 2021 sur https://www.interaction-design.org/literature/article/information-overload-why-it-matters-and-how-to-combat-it
  6. Robson, W. A. (1966). The managing of organizations. Public Administration, 44(3), 275-281. https://doi.org/10.1111/j.1467-9299.1966.tb01586.x
  7. Adhocratie. (2021, 26 mars). The Decision Lab. https://thedecisionlab.com/reference-guide/management/adhocracy/
  8. Maîtriser la surcharge d'informations. (2014, 3 juin). LAC Group. https://lac-group.com/blog/controlling-information-overload/
  9. Bomann, H. et Jones, Q. (2003). Information Overload. Encyclopedia of Community, 661-664. https://edge.sagepub.com/system/files/77593_15.1ref.pdf
  10. McDonald, C. (2011). L'information : Une histoire, une théorie, un déluge. Information & Culture : A Journal of History. https://infoculturejournal.org/book_reviews/gleick_mcdonald_2011
  11. Roetzel, P. G. (2018). La surcharge d'information à l'ère de l'information : Une revue de la littérature de l'administration des affaires, de la psychologie des affaires et des disciplines connexes avec une approche bibliométrique et l'élaboration d'un cadre. Business Research, 12(2), 479-522. https://doi.org/10.1007/s40685-018-0069-z
  12. Milgram, S. (1970). The experience of living in cities. Science, 167(3924), 1461-1468. https://doi.org/10.1126/science.167.3924.1461
  13. How Does Information Overload Affect Your Business & How to Stop It (2020, 23 septembre). The Employee Communications and Advocacy Blog. https://blog.smarp.com/how-does-information-overload-affect-your-business-how-to-stop-it
  14. McDermott, A. (2017, 30 octobre). La surcharge d'information vous écrase. Voici 11 secrets qui vous aideront. Workzone. https://www.workzone.com/blog/information-overload/
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?