Théorie de l'autodétermination

L'idée de base

Les objectifs sont le moteur de notre vie. Nous voulons tous réussir et nous savons généralement exactement ce que nous devons faire pour y parvenir. Cependant, même si nous nous réveillons chaque jour avec des objectifs à atteindre, nous n'essayons souvent pas de les réaliser. Pourquoi en est-il ainsi ?

Parfois, nous ne sommes tout simplement pas motivés. Dans un monde axé sur les objectifs, ce type d'échec peut être déroutant. Comment se fait-il que votre ami ait pu apprendre à jouer de la guitare en quelques semaines, alors que la vôtre a pris la poussière ? Comment se fait-il qu'il ait pu trouver la motivation nécessaire pour s'entraîner, alors que vous n'y êtes pas parvenu ? Il ne s'agit pas seulement d'un problème individuel. Partout dans le monde, des enseignants, des entraîneurs, des managers, des parents et des mentors essaient de motiver les autres en vain.

Pour nous motiver, nous avons souvent recours à des récompenses externes. L'argent, les notes ou le jugement d'autrui peuvent inciter à changer de comportement, mais ce n'est généralement pas durable ou psychologiquement bénéfique. D'un autre côté, les gens semblent tout aussi souvent faire des choses sans motivations externes, poussés par leur intérêt personnel, leur curiosité ou leurs valeurs internes. Cette motivation facilite la réalisation de nos objectifs, car nous n'avons pas besoin de nous arracher à notre canapé pour travailler sur des sujets qui nous intéressent. Est-il possible d'exploiter cette motivation humaine inhérente pour nous propulser vers la réalisation de nos objectifs ?

La théorie de l'autodétermination (TDA) est une théorie globale de la motivation qui explique pourquoi nous nous sentons intrinsèquement motivés à faire quelque chose. La TSD considère les êtres humains comme des agents actifs, qui se développent et s'efforcent en permanence dans leur environnement social. Selon cette théorie, notre environnement social et culturel peut favoriser différents environnements motivationnels, qui peuvent soit promouvoir, soit contrecarrer notre motivation intrinsèque. Cependant, quel que soit l'environnement, la théorie affirme que nous sommes fondamentalement motivés par trois choses :

  1. L'autonomie : Le besoin de sentir que l'on est d'accord avec son propre comportement et qu'on le contrôle.
  2. Relation : Le besoin de se sentir relié aux autres de manière significative.
  3. Compétence : Le besoin de sentir que l'on fait bien les choses ou que l'on est capable d'améliorer ses capacités.

En substance, une personne se sentira intrinsèquement motivée pour atteindre un objectif si celui-ci favorise l'autonomie de l'individu, montre une amélioration tangible au fil du temps ou renforce les relations interpersonnelles1. Ensemble, ces trois motivations nous poussent vers le développement personnel et la réalisation d'objectifs, mais d'une manière qui dure et qui accroît le bien-être. En outre, si notre environnement contrecarre ces trois besoins fondamentaux, des problèmes psychologiques s'ensuivront. En substance, la théorie propose que nous puissions atteindre nos objectifs plus facilement en construisant nos propres environnements et structures d'objectifs pour répondre à nos trois besoins fondamentaux.

Pourquoi faisons-nous ce que nous faisons ?

Termes clés

Motivation intrinsèque : Motivation qui provient de l'exécution d'une activité pour elle-même, comme le plaisir ou l'intérêt. En fait, l'accomplissement du comportement est une récompense en soi.

Motivation extrinsèque : Motivation provenant de forces extérieures. Il peut s'agir par exemple de récompenses financières, d'éloges ou de l'évitement d'une punition.

L'autonomie : Le besoin de se sentir et d'agir en harmonie avec soi-même. Il est important de noter que, dans la TSD, l'autonomie est définie par la capacité d'une personne à faire ce qu'elle veut, plutôt que par le fait d'être un "loup solitaire" ou d'être complètement indépendant des autres.

L'histoire

En 1977, deux jeunes universitaires improbables se sont croisés à l'université de Rochester. Bien qu'ils se soient immédiatement entendus, ils n'avaient aucune idée de la façon dont leurs contributions combinées allaient redéfinir notre compréhension de la psychologie de la motivation, ainsi que de l'expérience humaine elle-même.

Edward Deci, professeur de psychologie expérimentale à l'université, était un peu un rebelle dans le monde universitaire. Deci avait été formé au behaviorisme, l'opinion alors dominante selon laquelle le moyen le plus efficace d'amener les gens à faire quelque chose était de les récompenser après qu'ils se soient comportés de la meilleure façon possible. Bien sûr, cela fonctionnait dans certains cas, mais Deci, qui était fasciné par la motivation, pensait qu'il s'agissait d'un modèle inadéquat. En 1971, Deci a entrepris de le prouver dans sa célèbre expérience du cube SOMA.

Dans cette expérience, Deci a donné à deux groupes un puzzle mathématique amusant appelé cube SOMA. Un groupe a été payé pour réaliser le puzzle, tandis que l'autre groupe n'a pas été payé. Une fois le puzzle terminé, Deci annonçait qu'il devait s'absenter quelques minutes et que les participants devaient se divertir jusqu'à ce qu'il revienne. Pour se divertir, les participants pouvaient choisir de lire des magazines ou de retourner au puzzle SOMA. En enregistrant secrètement les participants, Deci a observé que les participants payés pour faire le puzzle avaient tendance à lire les magazines pendant leur temps libre, tandis que ceux qui n'étaient pas payés retournaient au puzzle du cube SOMA. Allant à l'encontre du behaviorisme, cette expérience simple a montré que les récompenses peuvent en fait décourager le comportement.

Malgré les résultats fascinants de son expérience, Deci est resté un paria. Très peu d'universitaires partageaient son point de vue sur la motivation, et il s'était déjà fait de nombreux ennemis au sein de la communauté behavioriste. Un jour, Deci a rencontré Richard Ryan sur le campus de l'université de Rochester, et cette perception a changé. Ryan, qui avait une formation en philosophie et venait de commencer le programme d'études supérieures en psychologie clinique à l'université, était lui aussi fasciné par la motivation. Il était particulièrement intéressé par l'expérimentation de solutions cliniques aux problèmes psychologiques liés à la motivation et par la lutte contre le discours behavioriste sur la structure de la récompense.

S'entendant parfaitement, ils ont décidé de se lancer dans un voyage expérimental de plusieurs années qui a finalement abouti à leur ouvrage de 1985 intitulé Intrinsic Motivation and Self-Determination in Human Behavior (Motivation intrinsèque et autodétermination dans le comportement humain), qui décrit les principes fondamentaux de la théorie de l'autodétermination, ainsi que la montagne de preuves qu'ils ont accumulées pour la soutenir. En substance, ces études ont permis de dégager une vision globale de la motivation humaine qui explique pourquoi les gens font ce qu'ils font et comment cette quête est liée au bien-être2,3.

Conséquences

Aujourd'hui, la théorie de l'autodétermination domine le domaine de la psychologie de la motivation. Elle est pratiquée dans le monde entier et son champ d'application ne cesse de s'étendre. 4. En ce qui concerne les théories psychologiques non neurologiques, la théorie de l'autodétermination est l'une des plus proches de la "vérité" en raison des preuves substantielles qui ont été accumulées en si peu de temps.

L'une des caractéristiques les plus distinctives de la théorie de l'autodétermination est sa vaste applicabilité : l'éducation précoce, la psychologie organisationnelle, l'expérience de l'utilisateur, les interventions en matière de santé, la parentalité, les relations étroites, la psychothérapie motivationnelle et l'atténuation des comportements malsains ont tous bénéficié de l'application de la théorie de l'autodétermination5. Dans toutes ces disciplines, lorsque l'autonomie, la relation et la compétence sont prises en compte dans l'environnement, on constate une amélioration du bien-être, de la prise de décision et de la motivation intrinsèque.

L'utilité généralisée de la théorie de l'autodétermination semble renforcer l'aspect "fondamental" des trois besoins fondamentaux. En effet, la théorie permet de répondre à de grandes questions existentielles : quel est le sens de notre vie ? Pourquoi faisons-nous ce que nous faisons ? Qu'est-ce qui nous rend heureux ?

Pendant des années, les philosophes se sont interrogés sur ces questions gigantesques, chacun proposant ses propres arguments logiques et convaincants. Cependant, la théorie de l'autodétermination se démarque de ces approches philosophiques, car elle aborde ces questions d'une manière à la fois humaniste et scientifique. La théorie de l'autodétermination, qui se développe de plus en plus, peut aider à résoudre de grandes questions individuelles et existentielles en s'appuyant sur un récit scientifique convaincant qui reconnaît nos pulsions internes fondamentales et les environnements uniques qui peuvent donner du sens, du bonheur et de la motivation à l'individu. Peut-être qu'avec une compréhension de la théorie de l'autodétermination dans votre poche arrière, vous serez bientôt sur la bonne voie pour trouver les réponses aux vôtres.

Controverses

Si la théorie de l'autodétermination est convaincante et bien étayée, elle n'est certainement pas parfaite. Comme il s'agit d'une théorie à la fois nouvelle et bien documentée, les critiques formelles de la théorie ne se sont pas accumulées. Cependant, nous pouvons déduire de la théorie elle-même certains problèmes potentiels.

Si les faits semblent valider trois motifs fondamentaux, il est difficile de déterminer si ces trois motifs sont exhaustifs. Après tout, de nombreuses théories sur les motivations psychologiques fondamentales affirment qu'elles ont découvert la clé de ce qui fait vibrer les gens. Parmi les concurrents figurent la hiérarchie des besoins de Maslow, les besoins psychogènes de Murray6 , la théorie des 16 désirs fondamentaux7 et bien d'autres encore. Bien qu'aucun d'entre eux ne soit aussi bien étayé, il semble raisonnable de penser que des motivations tout aussi valables pourront être découvertes à l'avenir.

Il y a aussi la question de l'autonomie. Si l'autonomie signifie libérer les gens des échéances, des notes et de tout ce qu'ils ne veulent pas faire, comment pourrons-nous faire avancer les choses difficiles ? Nous savons qu'un choix trop vaste peut nous submerger, et nous savons également que les intérêts autonomes des individus ne sont pas toujours compatibles avec un développement sociétal plus large. Par exemple, si vous êtes intrinsèquement motivé pour faire de l'exercice et que vous n'aimez rien de plus que de passer vos journées à la salle de sport, c'est très bien ! Mais en quoi vos séances d'entraînement quotidiennes améliorent-elles le bien-être des autres ? Parfois, pour progresser en tant que collectivité, nous devons tous faire des choses que nous n'aimons pas. Si le fait de libérer les gens de la coercition est bénéfique pour chacun d'entre nous, ce n'est pas forcément la meilleure option pour la société.

Dans l'ensemble, la théorie de l'autodétermination est très prometteuse en raison du peu de critiques et de controverses qu'elle suscite, ainsi que des centaines d'études qui démontrent son caractère pratique. Cependant, à son stade relativement jeune, il y a certainement de la place pour croître, se développer ou aplanir les problèmes philosophiques ou normatifs qu'elle pourrait rencontrer. Une fois que cela sera fait, la théorie de l'autodétermination pourrait s'avérer être un pilier du canon psychologique.

Contenu connexe de TDL

Covid-19 ou : Comment j'ai appris à ne plus m'inquiéter et à aimer le virus (pas vraiment)

Dans cet article perspicace, Sekoul Krastev, directeur général de TDL, apporte un point de vue précieux sur la pandémie mondiale et sur la manière dont cette crise sans précédent peut nous aider à devenir des citoyens du monde plus conscients et plus responsables. S'appuyant sur la théorie de l'autodétermination, Sekoul analyse comment le média en ligne peut modifier nos perspectives sur les hiérarchies sociales qui nous entourent.

Effet Ikea

Vous avez probablement déjà construit un meuble IKEA. Après avoir parcouru l'énigmatique manuel d'instructions suédois et trouvé les vis adéquates, vous avez ressenti une chaude fierté à l'idée d'avoir construit votre propre canapé. Bien qu'il s'agisse d'un canapé basique et bon marché, il vous semble particulièrement précieux. Pourquoi en est-il ainsi ? Pour en savoir plus sur la manière dont notre désir de compétence contribue à ce phénomène, cliquez ici.

Sources d'information

  1. CSDT. (s.d.). The theory. selfdeterminationtheory.org. https://selfdeterminationtheory.org/the-theory/.
  2. McCally, K. (s.d.). Self-Determined. Rochester Review : Université de Rochester. https://www.rochester.edu/pr/Review/V72N6/0401_feature1.html.
  3. O'Hara, D. (2017, 18 décembre). La motivation intrinsèque de Richard Ryan et Edward Deci. American Psychological Association. https://www.apa.org/members/content/intrinsic-motivation.
  4. Voir 2.
  5. Voir 1.
  6. Murray, H. A. (2007). Variables of personality. Explorations in Personality, 142-242. https://doi.org/10.1093/acprof:oso/9780195305067.003.0003
  7. Reiss, S. (2000). Qui suis-je ? The 16 Basic Desires That Motivate Our Action and Define Our Personalities (, 2000). Tarcher/Putnam.
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?