Procrastination

L'idée de base

Vous est-il déjà arrivé de vous précipiter désespérément pour accomplir une tâche avant une échéance imminente, pour ensuite vous demander pourquoi vous n'avez pas commencé plus tôt ?

À moins que vous ne vous mettiez directement au travail à la seconde où vous vous asseyez à votre bureau, vous avez probablement été victime de la procrastination. La procrastination ne consiste pas simplement à remettre les choses à plus tard. Nous sommes souvent tentés de nous attaquer à des tâches mineures qui ne devraient pas être notre priorité avant d'entamer les tâches plus importantes. Parmi les formes les plus courantes de procrastination, citons le nettoyage de l'appartement ou le réaménagement du bureau. Bien que nous sachions que nous devons nous mettre au travail, nous trouvons souvent des moyens de nous distraire.

La procrastination n'est pas synonyme de paresse. Au lieu de l'inactivité, la procrastination vous pousse à faire autre chose avant ce qui est le plus important ou le plus urgent.1 Bien qu'il s'agisse d'un piège incroyablement courant - le professeur de sciences du comportement Piers Steel a déclaré que 95 % des gens procrastinent dans une certaine mesure1 -, elle nous rend incroyablement inefficaces.

Mon conseil est le suivant : ne faites jamais demain ce que vous pouvez faire aujourd'hui. La procrastination est le voleur de temps.


- Charles Dickens, dans David Copperfield2

La théorie au service de la pratique

TDL est un cabinet de recherche appliquée. Dans notre travail, nous tirons parti des connaissances de divers domaines - de la psychologie et de l'économie à l'apprentissage automatique et à la science des données comportementales - pour sculpter des solutions ciblées à des problèmes nuancés.

Nos services de conseil

Termes clés

Gratification instantanée : le désir de ressentir du plaisir ou d'obtenir une récompense sans délai. Elle peut nous pousser à la procrastination parce que nous voulons ressentir du plaisir immédiatement - ce qui signifie probablement faire autre chose que la tâche importante qui nous attend.

Le fossé de l'empathie : à l'instar de la gratification instantanée, le fossé de l'empathie suggère que nous avons tendance à prendre des décisions qui satisfont nos émotions du moment plutôt que notre humeur prévue à long terme. Si une tâche nous rebute, nous risquons de l'éviter pour améliorer notre humeur à court terme au lieu de nous concentrer sur nos objectifs à long terme, car nous ne nous rendons pas compte que nos émotions actuelles obscurcissent notre jugement.

L'engagement préalable : une stratégie qui peut aider les gens à éviter la procrastination en bloquant les tentations distrayantes. Par exemple, des applications telles que Block Site bloquent les sites web et les notifications distrayants pendant une période donnée, bloquant ainsi une cause potentielle de procrastination.

Biais de projection : suggère que nous surestimons la mesure dans laquelle nos désirs et objectifs futurs correspondront à nos désirs et objectifs actuels. Si nous commençons la journée pleins d'énergie, nous pourrions penser qu'il est normal de procrastiner et de remettre une tâche plus importante à plus tard, en pensant que nous aurons toujours le même niveau de motivation à la fin de la journée. Ce n'est souvent pas le cas, c'est pourquoi il est important de s'attaquer d'abord à nos priorités absolues.

Bikeshedding : tendance à consacrer un temps disproportionné à des tâches insignifiantes et à repousser les tâches plus importantes. Le bikeshedding est une forme de procrastination qui se produit parce qu'il est plus facile d'accomplir de petites tâches que de s'attaquer à des tâches plus complexes.

L'histoire

Le terme procrastination, étymologiquement, vient du verbe latin "procrastinare", qui signifie remettre au lendemain. Il remonte également au mot grec ancien "akrasia", qui signifie faire quelque chose contre son gré.3

Il est difficile de déterminer avec précision qui a été le premier à faire des recherches ou à inventer la procrastination. Il est probable qu'aussi longtemps que l'homme a vécu, il a trouvé un moyen ou un autre de procrastiner.

L'une des toutes premières versions de la procrastination aurait été proclamée par le poète grec de l'Antiquité Hésiode. Dans un poème intitulé "Le travail et les jours", Hésiode conseille à son frère de cesser de remettre ses tâches à plus tard après avoir dilapidé son héritage. Son poème dit : "Ne remets pas ton travail à demain et après-demain, car un travailleur paresseux ne remplit pas sa grange, pas plus que celui qui remet son travail à plus tard... l'homme qui remet son travail à plus tard est toujours à portée de main - il court à la ruine "4.

Au fil des siècles, la procrastination a été fréquemment évoquée dans des poèmes, des lettres et des pièces de théâtre, ce qui prouve son omniprésence. À la fin du XXe siècle, les sciences du comportement sont devenues plus populaires et des recherches plus formelles ont été menées sur la procrastination. L'un des premiers ouvrages universitaires à s'être penché en profondeur sur la procrastination est Overcoming Procrastination, des psychologues Albert Ellis et Bill Knaus, publié en 1977.5 Les deux auteurs se sont penchés spécifiquement sur la procrastination des étudiants universitaires et ont affirmé que 95 % d'entre eux procrastinent.5

Laura Solomon, psychologue de la santé, et Esther Rothblum, professeur d'études féminines, inspirées par Ellis et Knaus, ont ensuite confirmé la fréquence à laquelle les étudiants procrastinent et examiné les raisons pour lesquelles ils le font. Ils ont constaté que les raisons les plus courantes pour lesquelles les étudiants procrastinent sont la peur de l'échec, l'aversion pour la tâche et la paresse. Les raisons les moins courantes sont la prise de risque, la rébellion et la difficulté à prendre des décisions.5

Les personnes

George Loewenstein

L'économie traditionnelle prédit le comportement humain comme si les hommes agissaient de manière rationnelle. Or, la procrastination est un comportement irrationnel. En 1991, l'économiste comportemental George Loewenstein a suggéré que le comportement des consommateurs n'est pas seulement influencé par des préoccupations rationnelles à long terme, mais aussi par des préoccupations émotionnelles à court terme. Loewenstein a utilisé le terme "incohérence temporelle" pour suggérer que nous avons tendance à accorder plus d'importance aux récompenses immédiates qu'aux récompenses futures. Ainsi, lorsqu'une tâche importante semble intimidante, nous avons tendance à nous concentrer sur de petites tâches que nous pouvons accomplir immédiatement pour nous sentir productifs. Ces petites tâches sont généralement plus agréables ; c'est donc sur elles que nous nous concentrons pour nous récompenser plutôt que sur nos objectifs à long terme.6

Matthew Rabin et Ted O'Donoghue

Ces pionniers de la science du comportement étaient en fait en désaccord avec l'idée de l'incohérence temporelle. Ils ont suggéré que c'est plutôt le désir de retarder un coût, plutôt que le désir de satisfaire un plaisir à court terme, qui nous pousse à procrastiner. Ils ont affirmé que le désir de retarder un coût, comme celui d'endurer une tâche désagréable, est d'autant plus fort que le coût est proche (dans le temps). Ils ont appelé cette idée le "biais du présent" et ont suggéré que les gens ont tendance à remettre à plus tard les actions qui impliquent des coûts immédiats.7

Dianne Tice et Roy Baumeister

En 1997, la question de savoir si la procrastination était toujours un obstacle ou si elle pouvait être utilisée comme un outil a été débattue. Les psychologues Tice et Baumeister ont mené une étude sur les résultats scolaires, le stress et la santé des étudiants tout au long d'un semestre. Les chercheurs ont constaté qu'au départ, la procrastination semblait présenter un avantage. D'une part, les étudiants qui procrastinent ressentent moins de stress à court terme, probablement parce qu'ils s'adonnent à des activités plus agréables. Cependant, à long terme, ces étudiants se sont déclarés plus stressés et malades, et ont obtenu de moins bonnes notes.8

Joseph Ferrari

L'un des principaux chercheurs sur la procrastination. Ferrari a fait la distinction entre les personnes qui procrastinent (une habitude occasionnelle) et les procrastinateurs (des personnes qui procrastinent tout le temps), et a identifié une catégorie de personnes connues sous le nom de "procrastinateurs chroniques". Il a constaté que 20 % des personnes - considérées comme des procrastinateurs chroniques - procrastinent dans tous les domaines de leur vie : le travail, l'école, la maison, les relations et même les loisirs.9 Il a suggéré que ces personnes souffrent de quelque chose qui s'apparente à une maladie, plutôt que de déficiences régulières dans la gestion du temps.8

Timothy Pychyl

Psychologue à l'origine de la théorie de la réparation de l'humeur dans la procrastination. Cette théorie est basée sur l'idée que les émotions négatives nuisent à la maîtrise de soi. Nous pensons qu'en remettant quelque chose à plus tard ou en l'évitant, nous nous sentirons mieux. En réalité, ce n'est pas le cas : nous finissons par nous sentir beaucoup plus mal. Pychyl suggère donc que la procrastination est due à une mauvaise régulation des émotions.10

Conséquences

La procrastination nous détourne de ce qui est le plus important pour nous. Nous pouvons remettre à plus tard de grands projets au travail, étudier pour un examen final ou même aborder des problèmes dans une relation amoureuse. Chaque tâche semble trop intimidante, ce qui nous amène à y associer des sentiments négatifs et à l'éviter. Le pire dans la procrastination, c'est que le fait de la remettre à plus tard va à l'encontre de ce que nous essayons de faire. Nous essayons d'éviter les sentiments négatifs liés à la tâche, mais ils ne font que s'accumuler et nous nous sentons beaucoup plus mal par la suite, en plus de la honte d'être improductif. Pourtant, parce qu'elle est tellement ancrée dans notre nature humaine, il n'existe pas de solution facile à la procrastination.

Bien que la procrastination soit un fléau pour les humains depuis que nous avons des listes de choses à faire, à l'ère de la technologie moderne, il est encore plus facile de se laisser distraire. Les appareils que nous utilisons fréquemment pour effectuer notre travail sont les mêmes que ceux qui nous bombardent de notifications et d'informations. Il est difficile de ne pas consulter les médias sociaux, de ne pas naviguer sur le web ou de ne pas faire des achats en ligne, au lieu de se mettre au travail.

Au cours de l'année écoulée, nos distractions ont encore été exacerbées par le passage au travail à domicile. Étant donné que la procrastination consiste souvent à choisir de faire autre chose plutôt que de ne rien faire du tout, il est évident qu'il existe un million d'autres petites tâches que nous pourrions choisir d'accomplir à la maison avant nos priorités principales. Vous pouvez par exemple décider de passer l'aspirateur, de préparer les repas ou de ranger votre linge en premier. Comme notre espace de bureau est le même que notre espace de travail, il peut être difficile de se mettre dans l'état d'esprit nécessaire pour se concentrer sur le travail.

"On ne peut pas échapper à la responsabilité de demain en s'y soustraya
nt aujourd'hui.

- Abraham Lincoln, 16e président des États-Unis, Abraham Lincoln[2]

Controverse

Peu de gens nieraient l'existence de la procrastination. Toutefois, les causes de la procrastination ne font pas l'unanimité. Certains pensent qu'il s'agit d'une simple paresse ou d'une mauvaise gestion du temps, tandis que d'autres psychologues, comme Pychyl, soutiennent fermement que la procrastination est une réaction émotionnelle à la base.

La question de savoir comment vaincre la procrastination est également controversée. Comment pouvons-nous nous motiver nous-mêmes ? Certains affirment que la motivation extrinsèque est un moyen utile de motiver les autres ou soi-même. Le fait de recevoir une récompense après avoir accompli une tâche, comme une barre chocolatée, peut vous persuader d'y associer des émotions positives. Cependant, la recherche a également montré qu'une fois qu'une motivation extrinsèque est introduite, nous perdons notre désir intrinsèque d'accomplir la tâche et devenons encore moins motivés lorsque la récompense est supprimée. C'est ce qu'on appelle l'effet de surjustification.

La matrice d'Eisenhower est une autre stratégie. Cette méthode de gestion du temps sépare les tâches en fonction de leur urgence et de leur importance, et peut donc nous rappeler de nous attaquer d'abord aux tâches "importantes". Bien entendu, certains affirment que le fait d'avoir une longue liste de choses à faire peut nous submerger et nous rendre anxieux, des sentiments négatifs qui peuvent diminuer notre motivation.11

Ne remettez pas votre santé à plus tard

Le terme de procrastination est souvent utilisé à tort et à travers. Comme la plupart des gens en font l'expérience à un moment ou à un autre, nous n'avons pas tendance à la prendre trop au sérieux. Cependant, certaines recherches suggèrent que la procrastination n'a pas seulement un impact sur votre efficacité, mais aussi sur votre santé.

Selon la psychologue Fuschia Sirois, la procrastination a un double impact négatif sur notre santé. D'une part, lorsque nous reportons continuellement des tâches, nous risquons d'être confrontés à un stress important en raison des délais non respectés. Le stress peut avoir de graves répercussions sur notre santé, telles que des maux de tête, des problèmes digestifs, des rhumes, des insomnies et, dans le pire des cas, des maladies cardiovasculaires. En outre, les procrastinateurs - en particulier les procrastinateurs chroniques - procrastinent dans presque tous les domaines de leur vie. Cela signifie qu'ils remettent également à plus tard des choses comme faire de l'exercice ou aller chez le médecin pour des examens réguliers.12

Sirois suggère deux mécanismes d'adaptation particuliers qui font que les procrastinateurs ressentent plus de stress : le désengagement comportemental et l'auto-culpabilisation. Sirois a constaté que dans son étude, les personnes qui utilisaient ces deux mécanismes d'adaptation avaient tendance à réduire leurs efforts dans les tâches difficiles et à mettre la procrastination sur le compte d'un défaut personnel, respectivement, étaient plus susceptibles d'avoir un diagnostic d'hypertension ou de maladie cardio-vasculaire.12

La procrastination est-elle toujours mauvaise ?

Le terme procrastination a une connotation négative. L'une des explications de la procrastination est l'écart entre ce que l'on a l'intention de faire et ce que l'on fait réellement.

Mais qu'en est-il si les gens ont l'intention de procrastiner ? Les psychologues allemands Axel Grund et Stefan Fries suggèrent que la procrastination n'est peut-être pas un manquement à nos intentions, mais plutôt le fait d'avoir ces intentions en premier lieu.13 Ils suggèrent que les personnes qui ont tendance à procrastiner peuvent en fait avoir des objectifs différents de ceux des personnes qui parviennent mieux à accomplir les tâches dans les délais impartis. Par exemple, les procrastinateurs peuvent donner la priorité à leur santé mentale, qui est affectée par la pression exercée par le respect des délais. Le fait que les gens procrastinent davantage de nos jours pourrait donc être le reflet de valeurs de plus en plus libérales, telles que le bien-être mental.

Grund et Fries considèrent donc que la procrastination est une situation plutôt qu'un échec moral. Pour vérifier leur hypothèse, ils ont mené une étude sur les valeurs des procrastinateurs. Après avoir interrogé plus de 200 étudiants de premier cycle, Grund et Fries ont constaté qu'il existait une corrélation entre la procrastination et les valeurs de plaisir personnel et de bien-être. Ils ont également constaté que les étudiants avaient tendance à moins procrastiner sur les tâches qu'ils s'étaient fixées, ce qui suggère que la procrastination pourrait être une réponse aux tâches qui ne correspondent pas aux objectifs personnels. Grund et Fries ont conclu que les procrastinateurs ne devraient pas toujours être considérés comme moralement déficients, mais plutôt comme des personnes ayant des priorités personnelles et des motivations intrinsèques fortes.13

Contenu connexe de TDL

Engagement préalable et procrastination : Outils comportementaux pour les étudiants

La procrastination est particulièrement préjudiciable aux étudiants, qui ont de nombreuses responsabilités dans différents cours et dont la réussite ou l'échec n'a d'incidence que sur eux-mêmes. Alors que les patrons peuvent exercer une pression sur les étudiants pour qu'ils fassent leur travail, à l'université, les professeurs n'ont que peu d'interaction avec leurs étudiants. Étant donné que presque tous les étudiants procrastinent plus qu'ils ne le voudraient, notre rédacteur Johnny Hugill examine comment l'engagement préalable peut aider les étudiants à surmonter la procrastination.

La comptabilité mentale influence la façon dont nous passons notre temps

Nous avons tous entendu le dicton "le temps, c'est de l'argent". Si la procrastination nous fait perdre du temps, elle peut aussi avoir un impact sur nos habitudes d'épargne. Dans cet article, notre rédacteur Sanketh Andhavarapu examine comment les préjugés sur le présent peuvent nous inciter à remettre à plus tard l'épargne. Nous nous concentrons sur les récompenses à court terme, comme l'achat d'une nouvelle chemise, au lieu d'envisager nos objectifs d'épargne à long terme.

Sources d'information

  1. Comment arrêter de procrastiner : Vaincre l'habitude de retarder les tâches importantes. (n.d.). Mind Tools. Consulté le 1er avril 2021 sur le site https://www.mindtools.com/pages/article/newHTE_96.htm
  2. Citations sur la procrastination. (n.d.). Goodreads. Consulté le 1er avril 2021 sur https://www.goodreads.com/quotes/tag/procrastination
  3. Lieberman, C. (2019, 25 mars). Pourquoi vous procrastinez (cela n'a rien à voir avec la maîtrise de soi). The New York Times. https://www.nytimes.com/2019/03/25/smarter-living/why-you-procrastinate-it-has-nothing-to-do-with-self-control.html
  4. Stodola, S. (2015, 11 mai). La procrastination à travers les âges : Une brève histoire de la perte de temps. Mental Floss. https://www.mentalfloss.com/article/63887/procrastination-through-ages-brief-history-wasting-time
  5. Solomon, L. J. et Rothblum, E. (1984). Academic Procrastination : Frequency and Cognitive-Behavioral Correlates. Journal of Counselling Psychology, 31(4), 503-509. https://web.archive.org/web/20160729211829/http://rothblum.sdsu.edu/doc_pdf/procrastination/AcademicProcrastinationFrequency.pdf
  6. Hoch, S. J. et Loewenstein, G. F. (1991). Time-inconsistent preferences and consumer self-control. Journal of Consumer Research, 17(4), 492. https://doi.org/10.1086/208573
  7. Matthew Rabin (2021, 9 février). Le laboratoire des décisions. https://thedecisionlab.com/thinkers/economics/matthew-rabin/
  8. Jaffe, E. (2013, 29 mars). Why Wait ? The Science Behind Procrastination (Pourquoi attendre ? La science derrière la procrastination). Association for Psychological Science. https://www.psychologicalscience.org/observer/why-wait-the-science-behind-procrastination
  9. La procrastination n'est pas résolue par la méthode "Just Do It" - Voici ce qui fonctionne vraiment. (2017, 28 juillet). Croissance active. https://activegrowth.com/joe-ferrari/
  10. Coppella, L. (2020, 23 janvier). Problème de procrastination ? Tim Pychyl sait pourquoi. Salle de presse de Carleton. https://newsroom.carleton.ca/story/procrastination-problem-tim-pychyl/
  11. Qu'est-ce que la procrastination ? (2013, 5 février). La procrastination. https://procrastination.com/what-is-procrastination
  12. Mieux vaut se mettre au travail : La procrastination peut nuire à la santé cardiaque. (2015, 5 mai). Association for Psychological Science. https://www.psychologicalscience.org/news/minds-business/better-get-to-work-procrastination-may-harm-heart-health.html
  13. Whitbourne, S. K. (2018, 9 janvier). Une nouvelle façon de comprendre la procrastination. Psychology Today. https://www.psychologytoday.com/ca/blog/fulfillment-any-age/201801/new-way-understand-procrastination
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?