L'effet de ressemblance

L'idée de base

Imaginez votre groupe d'amis. Ils ont probablement le même âge, le même sexe et sont peut-être même issus du même milieu que vous. Même si nous sommes fiers d'être inclusifs et de célébrer la diversité, nous avons tendance à nous entourer de personnes qui nous ressemblent. S'il est normal de s'entendre avec des personnes qui ont des expériences similaires, comme votre coéquipier de basket-ball ou un ancien élève de l'université, le fait de privilégier des personnes qui vous ressemblent devient un problème lorsque cela conduit à la discrimination.

L'effet de ressemblance est un biais cognitif qui explique notre tendance à préférer les personnes qui nous ressemblent et qui pensent comme nous. Nous avons une affinité pour tout ce qui nous est familier, c'est pourquoi l'effet de ressemblance est également connu sous le nom de biais d'affinité. Bien qu'il puisse sembler inoffensif en principe de s'associer à des personnes familières, l'effet de ressemblance peut avoir des conséquences injustes lorsqu'il est appliqué aux pratiques d'embauche, aux promotions sur le lieu de travail et à la tolérance à l'égard de l'altérité.

A man saying "I can't put my finger on why, but I like these people" in front of three other people

Pour un homme intelligent, les différentes cultures, les différentes vies, les différentes attitudes, les différents rêves, les différentes choses sont un bon professeur ! [Cependant, la plupart des gens prennent les choses qu'ils savent déjà de quelqu'un ou de quelque chose comme vous.


- L'écrivain turc Mehmet Murat Ildan1

Termes clés

Préjugé d'appartenance à un groupe : Notre tendance à accorder un traitement préférentiel aux membres d'un groupe auquel nous nous identifions comme appartenant.

Ethnocentrisme : Notre tendance à voir le monde à travers notre propre lentille culturelle et à juger notre propre culture supérieure aux autres.2

Biais égocentrique : Notre incapacité à voir les choses d'un autre point de vue, ce qui peut nous amener à ignorer les personnes qui ont des points de vue différents des nôtres.3

Théorie de l'identité sociale : Théorie selon laquelle le sentiment d'identité d'une personne est basé sur les groupes auxquels elle appartient.4

Stéréotypes : Il s'agit d'idées préconçues que l'on se fait des personnes en fonction des caractéristiques qu'elles présentent par rapport à un prototype de personnes de ce groupe que l'on a en tête.

Heuristique : Raccourcis mentaux que nous faisons sur la base de probabilités.

L'histoire

Notre tendance à favoriser les personnes qui nous ressemblent est à la base de multiples biais cognitifs qui ont probablement façonné une grande partie des interactions humaines tout au long de l'histoire. Toutefois, ce n'est qu'en 1906 qu'il a trouvé ses racines académiques, lorsque le politologue William Sumner a identifié pour la première fois que nous avons tendance à mieux traiter les personnes que nous identifions comme faisant partie de notre groupe que celles qui ne font pas partie de notre groupe. Il estimait que l'ethnocentrisme, c'est-à-dire la conviction que notre propre culture est supérieure aux autres, était à l'origine des préjugés de groupe. L'ethnocentrisme et les préjugés à l'égard du groupe sont considérés comme les raisons du traitement atroce de l'altérité, comme l'ont montré la Seconde Guerre mondiale et l'Holocauste. 5

Plus tard, le psychologue social polonais Henri Tajfel a développé la théorie de l'identité sociale, qui suggère que le sentiment de soi est fortement formé par l'appartenance à un groupe. La théorie de l'identité sociale affirme que nous favorisons les personnes qui nous ressemblent parce qu'elles nous aident à construire notre propre sens du soi. Les personnes que nous utilisons pour construire notre sentiment d'identité deviennent notre groupe d'appartenance et nous avons tendance à nous aligner sur ces personnes. La théorie de l'identité sociale explique pourquoi nous regroupons les gens dans des catégories "eux" et "nous", ce qui peut conduire à un traitement différencié. 4

Les stéréotypes sont une autre raison de l'effet de ressemblance, qui est particulièrement répandu lorsqu'il s'agit d'aimer des personnes qui nous ressemblent. Nous avons tendance à faire des suppositions sur des traits de personnalité plus larges en nous basant sur nos propres idées préconçues sur ce que pourrait être une personne d'un groupe similaire. Dans les années 1970, deux des pères fondateurs des sciences du comportement, Daniel Kahneman et Amos Tversky, ont apporté l'une des plus importantes contributions à nos idées sur les stéréotypes, avec leur découverte de l'heuristique représentative. Ils ont montré que nous avons tendance à comparer les gens à un prototype mental existant.

En ce qui concerne l'effet de ressemblance, ce prototype est souvent la perception que nous avons de nous-mêmes. Par exemple, si vous portez des lunettes et que vous vous croyez intelligent, lorsque vous verrez quelqu'un qui porte des lunettes, vous penserez qu'il a l'air intelligent. Kristy Wallace, PDG d'Ellevate Network, une société qui se consacre à changer la culture d'entreprise et à briser les plafonds de verre, appelle cette tendance le "syndrome du mini-moi". Nous nous connectons plus facilement à ceux qui nous ressemblent parce que nous pouvons "nous voir dans cette personne, ce qui donne un aspect de confiance", ce qui nous fait penser qu'elle réussira dans une tâche donnée.6

Alors que des recherches approfondies ont été menées sur le favoritisme de groupe et les jugements à l'emporte-pièce, l'effet de similitude a permis d'ajouter une couche supplémentaire au traitement préférentiel en examinant la façon dont il se déroule sur le lieu de travail. En 2003, Greg Sears, professeur de gestion des ressources humaines et de comportement organisationnel, a cherché à savoir si l'effet de similitude pouvait avoir un impact sur le jugement à l'embauche. Sears s'est demandé si la similitude entre un intervieweur et une personne interrogée pouvait influencer l'opinion de l'intervieweur au sein d'un groupe de 40 étudiants de premier cycle de sexe masculin. Il a constaté que les intervieweurs qui identifiaient une personne interrogée comme étant semblable à eux-mêmes pensaient que cette personne était plus apte à occuper le poste et ont déclaré qu'ils étaient susceptibles de l'embaucher.7

D'autres études ont démontré que les préjugés des enquêteurs résultent de l'effet de ressemblance, ce qui peut entraîner des pratiques d'embauche et des environnements de travail préjudiciables. En 2018, le Workplace Diversity Report a révélé que les hommes et les femmes font plus souvent l'éloge de leurs collègues de leur propre sexe que de ceux d'un sexe différent. 6 Si les gens ne reconnaissent que le talent de ceux qui leur ressemblent, les bureaux risquent de ressembler davantage à des sororités et à des fraternités qu'à des environnements inclusifs et diversifiés.

L'un des moyens de lutter contre l'effet de ressemblance sur le lieu de travail consiste à mettre en place un système de rotation de cadres diversifiés. Selon Debra Sqyres, Chief Client Officer de la société de ressources humaines Namely, dans un système de rotation des managers, "les managers sont intentionnellement déplacés vers de nouvelles équipes afin d'assumer de nouvelles responsabilités et d'apporter plus de diversité à ces équipes". Elle suggère également aux supérieurs hiérarchiques de vérifier, lors des entretiens d'évaluation, que tous les supérieurs évaluent les personnes de la même manière et que les entretiens ne sont pas influencés par l'effet du "moi semblable".6

Conséquences

Des chercheurs de l'université de Penn State ont mené des recherches approfondies sur l'effet de ressemblance et ont découvert que cet effet peut être déclenché par toute une série de facteurs allant des valeurs, habitudes et idées aux variables démographiques telles que l'âge, la race et le sexe. 8

L'effet de ressemblance révèle que nous avons des préjugés inconscients qui nous amènent à traiter les autres différemment. Nous sommes prompts à évaluer les gens sur la base de stéréotypes parce que nous recevons quotidiennement une telle quantité d'informations que nous devons nous fier à des règles heuristiques pour les traiter rapidement et prendre des décisions. Malheureusement, ces heuristiques ne sont pas innocentes : elles sont souvent à l'origine de toutes les formes de discrimination, en particulier la discrimination raciale et la discrimination fondée sur le sexe.

Dans des cas isolés, se sentir plus proche des personnes qui nous ressemblent peut être inoffensif. Cependant, le favoritisme à l'égard des personnes qui nous ressemblent peut rendre difficile la compréhension de nos différences, ce qui peut rapidement se transformer en préjugés. C'est un peu comme la pente glissante qui mène du simple patriotisme au nationalisme. Alors que le patriotisme fait référence à la fierté pour son pays, le nationalisme signifie que nous nous identifions tellement à notre propre nation que cela nous pousse à exclure ou à détester les personnes d'autres nations.

Ce n'est pas seulement la façon dont nous traitons les autres qui est affectée par l'effet de similitude ; notre propre bien-être l'est également. Si nous ne nous entourons que de personnes ayant des opinions similaires aux nôtres, nous sommes beaucoup plus susceptibles d'être victimes du biais de confirmation. Le biais de confirmation décrit notre tendance à accorder plus de poids aux preuves qui confirment nos croyances préexistantes. Si nous nous fions à ce préjugé, nous risquons d'avoir une vision très étroite du monde. Des recherches ont montré que les groupes socialement diversifiés sont plus innovants que les groupes homogènes, car ils ont tendance à aborder les problèmes avec des solutions plus originales. L'interaction avec des personnes différentes nous oblige à anticiper d'autres points de vue et à mieux préparer nos propres arguments, ce qui suggère que l'effet "moi" pourrait être un obstacle au progrès et à l'innovation.9

Controverses

Il existe peu d'études académiques, voire aucune, qui réfutent l'effet de ressemblance. Toutefois, certains affirment que ce biais cognitif n'est pas problématique, mais utile. Un exemple positif courant de l'effet de ressemblance est celui des femmes qui aident d'autres femmes à s'émanciper. Les femmes continuent d'être confrontées à diverses inégalités dans la société, l'une d'entre elles étant la représentation sur le lieu de travail. Par conséquent, une femme cadre peut décider délibérément d'embaucher une autre femme pour tenter de remédier à ce problème. Elle pourrait même devenir son mentor et l'aider à s'orienter dans un secteur dominé par les hommes. Étant donné que les deux femmes partagent le même sexe et le traitement sociétal injuste qui en découle, elles peuvent mieux se comprendre et se soutenir mutuellement. Il est parfois nécessaire de protéger les siens, et l'effet de ressemblance peut avoir des connotations positives en fonction de la situation.

Si l'effet de ressemblance conduit parfois à des pratiques d'embauche déloyales, il peut aussi être bénéfique d'embaucher quelqu'un qui a une personnalité similaire à la vôtre. Si vous vous épanouissez dans votre environnement de travail, il est probable que quelqu'un qui vous ressemble le fera aussi. Les similitudes peuvent accroître la confiance, ce qui peut s'avérer très bénéfique pour créer un environnement de travail efficace. Diverses études ont montré que plus le niveau de confiance entre supérieurs et subordonnés est élevé, plus les employés sont productifs et satisfaits. Selon la théorie de l'échange leader-membre, les managers donneront plus de responsabilités aux employés de leur groupe et auront des attentes élevées à leur égard, ce qui conduira à un développement personnel et professionnel.

L'effet de ressemblance peut être utilisé à notre avantage. Sachant que les gens favorisent ceux qui leur ressemblent, le fait de s'intéresser aux centres d'intérêt des autres peut nous aider à instaurer un climat de confiance. Par exemple, si vous souhaitez instaurer un climat de confiance lors d'un entretien, essayez de discuter d'un hobby commun. Selon le célèbre négociateur Chris Voss, l'effet miroir - l'art d'insinuer des similitudes - peut contribuer à créer un lien qui peut s'avérer bénéfique lors des négociations.

Il a également été démontré que le fait de s'associer à un groupe familier conduisait à une plus grande satisfaction dans la vie grâce à une solidarité accrue. Des recherches approfondies montrent que nous recevons le plus grand soutien des personnes qui appartiennent à des groupes auxquels nous nous identifions, ce qui suggère que nous devrions leur rendre la pareille en aidant ceux qui nous ressemblent.10 Nous pouvons penser à diverses minorités qui s'unissent pour se soutenir mutuellement contre la discrimination raciale.

Il est clair que l'effet de ressemblance conduit à des résultats mitigés. D'une part, il peut conduire à la solidarité, d'autre part, il peut conduire à la discrimination. La recherche montre que les avantages et les inconvénients de l'effet de ressemblance dépendent largement de la question de savoir s'il conduit uniquement à des attitudes positives à l'égard d'un groupe d'appartenance ou s'il va au-delà et commence à avoir un impact sur la manière dont nous traitons les membres d'un groupe d'exclusion.

Satisfaction professionnelle et effet de ressemblance

Des recherches approfondies ont montré que la satisfaction des employés influe sur l'efficacité et les performances d'une organisation. Des employés heureux conduisent à un patron heureux car les niveaux de productivité augmentent dans un environnement de travail positif.

L'un des facteurs qui peut contribuer à la satisfaction au travail est le fait que les managers ressentent ou non l'effet "semblable à moi" avec leurs employés. En règle générale, les managers ont tendance à embaucher des personnes qui présentent des caractéristiques biographiques et attitudinales similaires aux leurs. Toutefois, après le départ d'un manager, ces similitudes peuvent ne pas être partagées par les employés et le nouveau manager. Bien que le recrutement de personnes similaires présente des avantages, il peut également conduire les cadres à négliger des facteurs importants tels que l'expérience, l'ardeur au travail et la diversité, qui contribuent tous positivement à la productivité. Étant donné que l'effet de similitude sur le lieu de travail semble présenter à la fois des avantages et des inconvénients, les chercheurs Ardashir Zahed et Farzad Ardabili ont examiné son impact sur la satisfaction au travail.11

Pour ce faire, les chercheurs ont distribué des questionnaires à 88 employés d'une organisation publique en Iran. L'objectif de ces enquêtes était d'examiner l'influence de l'effet de ressemblance sur la satisfaction au travail et la confiance dans l'organisation. Zahed et Ardabili ont constaté que les employés se sentaient obligés de montrer des similitudes à leurs supérieurs, ce qui entraînait du stress, des tensions et une perception d'inégalité, autant de facteurs qui conduisaient à l'insatisfaction au travail. Ils ont constaté que les managers avaient tendance à promouvoir les employés avec lesquels ils avaient le plus de points communs, ce qui entraînait une méfiance organisationnelle parmi les autres employés qui estimaient que leurs managers n'étaient pas capables de prendre la décision la plus optimale. 11

Le partage des connaissances et l'effet de ressemblance

Nous supposons souvent qu'en raison de l'effet de ressemblance, un manager donne une évaluation élevée à un employé parce qu'il se sent plus à l'aise avec lui et qu'il lui fait davantage confiance. Si le fait d'aimer une personne parce qu'elle est semblable à soi est l'une des raisons possibles d'un traitement ou d'une évaluation injuste d'un employé, cela peut également être dû au fait que les managers connaissent mieux les personnes qui excellent dans les mêmes domaines qu'eux.

Manuel Bagues, professeur d'économie, et sa collègue Maria J. Perez-Villadoniga ont constaté que les supérieurs ont tendance à mieux évaluer les candidats qui excellent dans les mêmes domaines qu'eux. Connaissant ses propres compétences et domaines d'expertise, le supérieur dispose d'informations plus facilement accessibles pour évaluer le candidat. Prenons l'exemple d'un ingénieur chimiste qui évalue les performances de deux subordonnés dans leur domaine de spécialisation : l'un dont la spécialité est également le génie chimique et l'autre dont la spécialité est le génie mécanique. Le superviseur connaît beaucoup mieux le génie chimique et peut donc facilement déterminer si le subordonné ingénieur chimiste est performant, mais il connaît moins bien les performances de l'ingénieur mécanicien.12

Contenu connexe de TDL

Un préjugé inconscient empêche les femmes d'accéder aux postes à responsabilité

Historiquement, les hommes ont occupé un plus grand nombre de postes d'encadrement et de direction. Selon l'effet de similitude, les gens ont tendance à embaucher ceux qui leur ressemblent, ce qui fait que les cadres masculins ont tendance à promouvoir d'autres hommes à des postes de direction. Comme l'analysent nos auteurs Melissa Wheeler et Victor Sojo, ce phénomène rend incroyablement difficile l'accès des femmes aux postes de cadres et de directeurs généraux. Wheeler et Sojo proposent diverses stratégies pour lutter contre ces préjugés, ainsi que des méthodes pour garantir l'égalité de traitement dans le processus de promotion.

Le rôle de la confiance en la pensée dans la persuasion

Bien que le biais de confirmation suggère que le fait de s'entourer de personnes qui pensent comme nous pourrait conduire à une vision étroite du monde, le fait de trouver des personnes qui partagent nos opinions pourrait également nous permettre de nous sentir plus confiants dans nos idées. Dans cet article, Zoe Adams, collaboratrice de la TDL, explore les avantages d'apprendre que des personnes ont des pensées similaires aux nôtres, ce qui peut valider nos bonnes idées. En outre, Zoe Adams explique comment ce soutien peut renforcer notre confiance et comment le fait de se sentir crédible est si important pour la persuasion.

Sources d'information

  1. Citations similaires. (n.d.). Goodreads. Consulté le 28 juin 2021 sur https://www.goodreads.com/quotes/tag/similar
  2. Ethnocentrisme. (2016, 1 février). Psychologie. https://psychology.iresearchnet.com/social-psychology/cultural-psychology/ethnocentrism/
  3. Le biais égocentrique : pourquoi il est difficile de voir les choses d'un point de vue différent. (n.d.). Effectiviology. https://effectiviology.com/egocentric-bias/
  4. Mcleod, S. (2019). Théorie de l'identité sociale. https://www.simplypsychology.org/social-identity-theory.html
  5. Biais de groupe. (2020, 24 novembre). The Decision Lab. https://thedecisionlab.com/biases/in-group-bias/
  6. Grant, G. (2017, 7 août). Similar-To-Me Bias : Comment le genre affecte la reconnaissance sur le lieu de travail. Forbes. https://www.forbes.com/sites/georginagrant/2018/08/07/similar-to-me-bias-how-gender-affects-workplace-recognition/?sh=2ef226ff540a
  7. L'effet de similitude dans l'emploi. (2015, 17 avril). Penn State Blogg. https://sites.psu.edu/aspsy/2015/04/17/2164/
  8. Suzuno, M. (2019, 10 avril). Les 4 types de biais qui peuvent affecter votre processus d'embauche. Plum. https://www.plum.io/blog/4-types-of-bias-that-can-affect-your-hiring-process
  9. Phillips, K. W. (2014, 1er octobre). How Diversity Makes Us Smarter. Scientific American. https://www.scientificamerican.com/article/how-diversity-makes-us-smarter/
  10. L'identification de groupe agit comme une mesure de protection. (2021, 19 mai). The Decision Lab. https://thedecisionlab.com/reference-guide/sociology/group-identification-acts-as-a-protective-measure/
  11. Zahed, A., & Sattari Ardabili, F. (2017). Effet de l'effet similaire à moi sur la satisfaction au travail et la confiance organisationnelle. Problems and Perspectives in Management, 15(4), 254-262. https://doi.org/10.21511/ppm.15(4-1).2017.09
  12. Bagues, M. F. et Pérez Villadóniga, M. J. (2008). Pourquoi est-ce que j'aime les gens comme moi ? SSRN Electronic Journal, 148, 1292-1299. https://doi.org/10.2139/ssrn.1091247
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?