Manger sans réfléchir

L'idée de base

Vous est-il déjà arrivé de grignoter un paquet de chips en travaillant ou en regardant la télévision et de vous apercevoir soudain qu'il était vide alors que vous ne vous souveniez pas d'avoir consommé une telle quantité de nourriture ? Si c'est le cas, ne vous sentez pas mal car ce phénomène touche plus de personnes que vous ne le pensez. Le concept d'alimentation irréfléchie découle de comportements psychologiques stimulés par un cerveau distrait et la répétition d'un comportement habituel.

Le concept d'alimentation irréfléchie repose sur l'idée que les décisions inconscientes que nous prenons en matière d'alimentation peuvent avoir de profondes répercussions sur notre régime alimentaire et notre poids. Il s'oppose à l'alimentation consciente, qui encourage des comportements tels que manger lentement et sans distraction, faire la distinction entre les déclencheurs de la faim et ceux qui ne le sont pas, et apprécier les odeurs et la texture des aliments. Ces comportements, essentiellement psychologiques, peuvent avoir un impact important sur la façon dont vous consommez les aliments et, à long terme, sur votre santé.

Par exemple, l'hyperphagie peut être un trouble grave nécessitant une prise en charge médicale. Mais pour la plupart d'entre nous, cela peut se produire occasionnellement dans des moments où nous ressentons un haut ou un bas personnel. Au cours de ces moments, l'acte de manger est devenu un acte irréfléchi, souvent effectué rapidement. Cela peut être problématique, car il faut jusqu'à 20 minutes au cerveau pour se rendre compte qu'il est rassasié. Si vous mangez trop vite, le signal de satiété peut n'arriver que lorsque vous avez déjà trop mangé, ce qui vous met non seulement mal à l'aise physiquement, mais aussi mentalement stressé par la quantité de nourriture que vous n'aviez pas l'intention de consommer.

Il n'y a qu'une seule chose qui soit assez forte pour vaincre la tyrannie du moment. L'habitude.


- Brian Wansink, Mindless Eating : Pourquoi nous mangeons plus que nous ne le pensons

Termes clés

Désinhibition : La tendance à trop manger en réponse à différents stimuli, et peut se produire dans diverses circonstances, par exemple lorsqu'un individu se voit présenter un éventail d'aliments appétissants ou qu'il est en situation de détresse émotionnelle.

L'alimentation consciente : Il s'agit d'une approche de l'alimentation qui se concentre sur la conscience sensuelle de l'aliment et sur l'expérience de l'aliment. Elle n'a pas grand-chose à voir avec les calories, les glucides, les graisses ou les protéines.

Conscience intéroceptive : La conscience des sensations corporelles internes, impliquant le processus sensoriel de réception, d'accès et d'évaluation des signaux corporels internes.

L'histoire

Le terme "mindless eating" a été popularisé en 2006 par Brian Wansink, un ancien professeur et chercheur américain, dans son livre Mindless Eating : Why We Eat More Than We Think. Wansink, qui a travaillé dans le domaine du comportement des consommateurs et de la recherche en marketing, est l'ancien directeur exécutif du Center for Nutrition Policy and Promotion (CNPP) de l'USDA et a mené de nombreuses expériences sur la consommation alimentaire lorsqu'il dirigeait le Cornell Food and Brand Lab.

Dans l'un de ses articles phares, Mindless Eating : The 200 Daily Food Decisions We Overlook, il tente de démontrer deux points essentiels. "Premièrement, nous ne sommes conscients que d'une fraction des décisions alimentaires que nous prenons. Deuxièmement, soit nous ne sommes pas conscients de l'influence de notre environnement sur ces décisions, soit nous ne voulons pas l'admettre".1 Par le biais de deux études, il a cherché à prouver que les gens se nourrissent sans réfléchir, c'est-à-dire qu'ils ne sont pas conscients des effets de l'environnement sur la quantité d'aliments ou de boissons qu'ils consomment.

Bien qu'il s'agisse d'un concept relativement récent, un nombre important de recherches ont été menées sur ce sujet en relation avec d'autres questions de santé telles que les troubles de l'alimentation, la santé mentale et le bien-être général. Il a également fait son apparition sur des blogs informels et a été promu par des professionnels de la santé et de la médecine, et même par la Harvard Health Publishing de la Harvard Medical School.2 L'importance croissante accordée à la santé physique et mentale conduit à investir davantage d'efforts dans ce créneau de la recherche alimentaire.

Conséquences

Ce domaine de recherche sur la psychologie qui sous-tend les décisions que nous prenons en matière d'alimentation est aujourd'hui au premier plan des sciences du comportement, en partie en raison de l'évolution rapide des modes de vie qui mettent l'accent sur la santé et la conscience, tant au niveau du corps que de l'esprit. En outre, le rythme rapide et la diversité de la société actuelle incitent les gens à choisir parmi une abondance d'aliments. En outre, les distractions ont détourné l'attention de l'acte de manger vers nos smartphones, nos ordinateurs portables et nos télévisions. Ainsi, le fait de ne pas être conscient de ce que nous consommons et de la manière dont nous le faisons peut entraîner des problèmes qui affectent toute une génération.

Actuellement, la suralimentation est l'un des comportements non intentionnels les plus courants qui nuisent à la santé dans les pays occidentalisés. De nombreuses études ont montré que l'acte de manger et le niveau de conscience auquel les décisions sont prises sont étroitement liés pour produire des résultats optimaux et sains.3 L'acte de manger implique toujours un niveau de décision consciente, mais en tant qu'"habitude" fortement conditionnée, il est automatique et généralement sensible aux états émotionnels. Par exemple, une faible conscience intéroceptive et des modèles neurobiologiques d'activité entraîneront une alimentation compulsive et émotionnelle - que nous appelons souvent frénésie alimentaire.4 Ainsi, une alimentation distraite ou sans réfléchir, sur une certaine période, causée par une faible conscience des décisions que vous prenez concernant la nourriture qui se trouve devant vous, peut avoir des conséquences négatives sur votre santé physique et mentale.

D'un autre point de vue, lorsqu'il s'agit de la science derrière la manipulation de notre relation avec la nourriture, il y a le danger inhérent d'induire en erreur le public ou les lecteurs qui interprètent mal les résultats de certaines expériences et les modifient pour atteindre leurs propres objectifs en matière de santé. Sur le marché saturé des conseils diététiques et des blogs sur la santé, il est facile de déformer les méthodes destinées à l'alimentation consciente et de causer des dommages durables à notre santé mentale et physique. Selon le Dr James Greenblatt, spécialiste des troubles alimentaires et médecin-chef de Walden Behavioral Care, l'alimentation consciente peut être potentiellement dangereuse. Greenblatt affirme que "[l]'alimentation consciente a clairement sa place dans nos plans de traitement... [mais que] de nombreux troubles alimentaires reflètent une anomalie neurochimique grave qui doit être traitée en premier lieu par des interventions biologiques, avant d'ajouter d'autres stratégies psychothérapeutiques et la pleine conscience "5.

Il est alors facile pour les personnes souffrant d'un trouble de l'alimentation de suivre ces conseils et d'entrer par inadvertance dans un cercle vicieux en essayant de soulager leur anxiété et leur dysphorie sans demander d'aide médicale professionnelle. En d'autres termes, elles s'auto-médicamentent en utilisant leurs habitudes alimentaires, un peu comme un toxicomane qui modère sa consommation de drogue pour lutter contre son addiction.6 Les troubles alimentaires graves tels que l'anorexie ont été associés à une surproduction de dopamine qui conduit à l'anxiété et à la capacité de faire des choses désagréables telles que ne pas s'alimenter. Bien que l'origine de certains de ces troubles ne soit pas liée à une alimentation irréfléchie, le discours sur l'alimentation réfléchie et la formation d'habitudes alimentaires visant à atteindre ou à prévenir certains résultats peut induire un comportement irrationnel et des résultats défavorables. Il est donc plus important que jamais de promouvoir des habitudes alimentaires saines et d'être conscient des externalités négatives que la littérature peut engendrer, afin d'encadrer ces discussions de manière appropriée.

Controverses

En 2017, un large corpus de recherches de Wansink a fait l'objet d'un examen minutieux qui a conduit à plusieurs rétractations et corrections et a déclenché une enquête de Cornell sur l'intégrité de son travail. En septembre 2018, Cornell a déterminé que Wansink avait commis une faute scientifique et l'a démis de tous ses postes d'enseignement et de recherche. Depuis plus d'un an, l'exactitude des recherches de Wansink est de plus en plus remise en question, avec cinq articles rétractés (dont l'un deux fois), quatorze corrigés et plus de cinquante autres faisant l'objet d'un examen minutieux.

Cette enquête a été lancée à la suite des doutes émis par James Heathers, chercheur postdoctoral à la Northeastern University de Boston, qui a remis en question la véracité des résultats de l'un des travaux les plus célèbres de Wansink après une réanalyse statistique des données de l'étude sur les bols sans fond. L'étude était la suivante. En 2005, Wansink a cosigné un article intitulé Bottomless Bowls : Why visual cues of portion size may influence intake. Dans cette expérience, les participants étaient assis à une table, chacun devant un bol de soupe à la tomate. Après avoir mangé autant qu'ils le souhaitaient en vingt minutes, on leur a demandé d'évaluer, entre autres, la quantité de soupe qu'ils pensaient avoir consommée. La variable indépendante était la suivante : alors que la moitié des participants étaient assis devant un bol de soupe normal, les deux autres se voyaient servir de la soupe dans des bols qui étaient remplis par un tuyau discret qui traversait la table et se déversait dans les bols. Les résultats ont montré que les personnes qui mangeaient dans les bols "sans fond" consommaient 73 % de soupe en plus que celles qui mangeaient dans des bols normaux, mais estimaient qu'elles mangeaient 140,5 calories de moins qu'elles ne le faisaient en réalité. Wansink et son équipe en ont conclu que, bien que les participants à qui l'on avait donné des bols à remplissage automatique aient consommé beaucoup plus de soupe, ils n'étaient pas conscients de consommer cette quantité supplémentaire.7

Doutant des résultats, Heathers a utilisé une technique connue sous le nom de SPRITE (Sample Parameter Reconstruction via Iterative Techniques) pour vérifier si les statistiques descriptives rapportées dans l'article pouvaient exister compte tenu du cadre et des conditions de l'expérience. Ces statistiques comprennent le nombre de points de données, les moyennes et les écarts types. Ce que lui et d'autres chercheurs ont finalement découvert, c'est que Wansink avait "produit" ses résultats par le biais de diverses méthodes contraires à l'éthique et incorrectes.8 Ces problèmes incluaient des conclusions non étayées par les données présentées, des données et des chiffres dupliqués d'un article à l'autre, des analyses statistiques incorrectes, des données douteuses produisant des valeurs impossibles, et le "p-hacking" (piratage). Cette dernière méthode consiste à sélectionner les résultats les plus significatifs ou les plus intéressants, puis à ajuster son hypothèse initiale, ce qui est à l'opposé de la méthode scientifique.9

À la lumière de cette enquête, Jean Fain, psychothérapeute affiliée à la Harvard Medical School, affirme que " [les conseils de Wansink] peuvent être dangereux pour les personnes souffrant de troubles alimentaires diagnostiqués, qui, en suivant à la lettre les conseils de Wansink, sont plus susceptibles d'ignorer leur expérience interne de la faim et de la plénitude, de la satisfaction et de la nourriture, et de se concentrer exclusivement sur des éléments extérieurs, comme la taille de l'assiette et des portions."Il est important de noter que si les résultats spécifiques des études de Wansink ne tiennent pas la route, la plupart des méthodes qualitatives qu'il décrit dans son ouvrage pour vous aider à devenir des mangeurs plus attentifs et les facteurs environnementaux à l'origine de l'alimentation irréfléchie se sont avérés valables et ont été soutenus par d'autres recherches dans ce domaine.

Étude de cas

De nombreuses publications sur l'efficacité des pratiques de pleine conscience dans le traitement des troubles de l'alimentation ont donné des résultats positifs. Mais après Wansink, la crédibilité d'une grande partie de la recherche a été remise en question et l'augmentation de son utilisation dans la culture populaire n'a pas renforcé sa légitimité.

En 2014, Katterman et ses collègues ont publié une étude dans la revue Eating Behaviors qui visait à évaluer un certain nombre d'études utilisant des méthodes similaires pour cibler des problèmes alimentaires similaires. L'objectif était de déterminer quels problèmes alimentaires sont plus ou moins sensibles aux techniques d'alimentation consciente. Le rapport s'est concentré sur des études portant sur l'hyperphagie, l'alimentation émotionnelle et la perte de poids sans trouble, dans lesquelles les techniques de pleine conscience constituaient la principale manipulation. Parmi les 14 études incluses dans le rapport, il y avait celles qui utilisaient principalement des méthodes telles que la réduction du stress basée sur la pleine conscience et la formation à la prise de conscience de l'alimentation basée sur la pleine conscience. La conclusion de l'équipe est que ces programmes de formation sont efficaces pour réduire les crises de boulimie et l'alimentation émotionnelle, mais ne sont pas très efficaces en tant qu'intervention pour la perte de poids.11

Ressources connexes TDL

Pourquoi la quarantaine fausse-t-elle notre perception du temps ?

Si, depuis la pandémie, vous vous retrouvez à grignoter ou à prendre des repas à des heures non réglementées, vous êtes peut-être intéressé par la façon dont nous percevons le temps et par les raisons pour lesquelles le temps semble déformé pendant la pandémie. Nous espérons que cet article de Jeremy Koloski vous permettra de retrouver certaines de vos anciennes habitudes - ou d'en établir de nouvelles.

Le nudging peut encourager les choix alimentaires durables

Non seulement vous devez faire attention à la façon dont vous mangez, mais il est tout aussi important d'être conscient des autres facteurs externes qui peuvent affecter ce que vous mangez. Dans cet entretien avec Jolien Vandenbroele et Julian Hazell, vous découvrirez une étude qui montre comment des modifications de l'architecture des choix pourraient influencer la volonté des consommateurs de remplacer la viande par des substituts non carnés.

Sources d'information

Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?