Attribution

L'idée de base

Imaginez que vous vous rendiez au travail en voiture et que vous vous fassiez couper la route par un autre véhicule. Vous commencez à vous sentir en colère et vous considérez ce conducteur comme une personne négligente, égoïste et peu soucieuse de la sécurité d'autrui. Le lendemain, vous êtes en route pour rencontrer un client dans un nouveau lieu. Ne connaissant pas les lieux, vous coupez la route à quelqu'un pour éviter un mauvais virage. Vous justifiez cette décision par le fait qu'il s'agissait d'une exception et non d'un comportement habituel ; vous êtes habituellement un conducteur prudent et réfléchi.

Dans ces deux scénarios, vous avez attribué des causes différentes aux deux actes de conduite dangereuse. Nous procédons quotidiennement à des attributions similaires pour expliquer notre comportement et celui des autres. En psychologie, la théorie de l'attribution tente de comprendre comment les gens établissent des relations entre les événements, les caractéristiques internes et les comportements. Comme le montre l'exemple susmentionné, les gens ont tendance à mieux comprendre leurs propres comportements et à les attribuer à la situation plutôt qu'à une caractéristique inhérente. En ce qui concerne les autres, nous avons tendance à faire des attributions dispositionnelles, croyant que leur comportement est causé par des caractéristiques personnelles.1

L'erreur que nous commettons en considérant le caractère comme quelque chose d'unifié et d'universel est très similaire à une sorte d'angle mort dans la manière dont nous traitons l'information. Les psychologues appellent cette tendance l'erreur d'attribution fondamentale, une façon élégante de dire que lorsqu'il s'agit d'interpréter le comportement d'autrui, les êtres humains commettent invariablement l'erreur de surestimer l'importance des traits de caractère fondamentaux et de sous-estimer l'importance de la situation et du contexte.


- Le journaliste canadien Malcom Gladwell, dans son livre The Tipping Point : How Little Things Can Make a Big Difference (Le point de basculement : comment de petites choses peuvent faire une grande différence)2

Termes clés

Attribution situationnelle : explication de notre propre comportement ou de celui d'autrui en utilisant des contextes situationnels plutôt que des caractéristiques individuelles ou la personnalité.3 Nous avons tendance à faire des attributions situationnelles lorsque nous expliquons notre propre comportement négatif.

Attribution dispositionnelle : expliquer notre propre comportement ou celui d'une autre personne en utilisant des caractéristiques internes. Nous avons tendance à faire des attributions dispositionnelles lorsque nous expliquons le comportement négatif de quelqu'un d'autre.3

Erreur d'attribution fondamentale : erreur consistant à surestimer l'influence des caractéristiques internes et à sous-estimer l'influence des forces externes sur le comportement d'une personne. Nous avons tendance à utiliser trop souvent des attributions dispositionnelles et à ignorer les variables situationnelles qui causent le comportement.3

Attribution interpersonnelle : le processus qui consiste à raconter une histoire à ses amis de manière à se présenter sous son meilleur jour.1 Il s'agit souvent de fournir un contexte pour expliquer des comportements négatifs de manière à en rejeter la responsabilité sur d'autres personnes que soi-même.

Attribution prédictive : notre tendance à expliquer les événements par une relation de cause à effet d'une manière qui nous permet de faire des prédictions futures et de modifier notre comportement en conséquence.1 Par exemple, si vous jouez au basket-ball et que vous jouez très bien, vous pouvez expliquer cela par le fait que vous avez pris une boisson protéinée ce matin-là et prédire que chaque fois que vous prendrez une boisson protéinée, vous aurez de bons résultats au basket-ball. 1

L'histoire

La phénoménologie est l'étude de l'expérience subjective. La recherche phénoménologique étudie les expériences et les significations afin de comprendre comment les gens perçoivent le monde et les situations particulières.4 Les psychologues sociaux ont contribué à ce domaine en étudiant les relations entre la perception et le comportement interpersonnel.

Le psychologue social autrichien et père de la théorie de l'attribution, Fritz Heider, a commencé à étudier ces relations dans les années 1920, alors qu'il rédigeait sa thèse. Il s'intéressait à la manière dont les gens percevaient les qualités des objets inanimés. Il a rapidement développé sa théorie de la perception des objets, qui explore les raisons pour lesquelles les gens attribuent des qualités à des objets alors que ces qualités n'existent que dans leur esprit. La couleur jaune est une construction mentale, mais nous disons qu'une balle - qui existe en dehors de notre esprit - est jaune. Heider a conclu que les gens attribuent les informations sensorielles à des causes sous-jacentes dans le monde, ce qui les amène à considérer les objets comme "extérieurs".5

Plus tard, Heider a extrapolé sa théorie de l'attribution des objets aux personnes. Tout comme nous percevons les caractéristiques des objets, nous percevons et déduisons les caractéristiques des personnes sur la base de leur comportement. La perception des personnes est plus complexe que la perception des objets, car il n'existe pas que des données d'observation : les émotions et les croyances influencent également notre perception des autres. En 1958, Heider a publié The Psychology of Interpersonal Relations (La psychologie des relations interpersonnelles), qui compare les gens à des scientifiques : il affirme que les gens observent les autres, analysent leurs comportements et trouvent leurs propres explications de cause à effet pour leurs actions.1 Il pense que les humains s'engagent dans cette réflexion scientifique pour donner un sens au monde qui les entoure, qui est composé d'une quantité massive de données comportementales.5 Selon la théorie de Heider, les gens attribuent des théories de "bon sens" au comportement des autres, ce qui explique pourquoi on parle parfois de la théorie du bon sens.1

Dans son livre, Heider divise les explications comportementales en deux catégories : les attributions externes et les attributions internes, aujourd'hui connues sous le nom d'attributions situationnelles et d'attributions dispositionnelles. L'hypothèse centrale de Heider est que les gens croient que les autres agissent intentionnellement et que leurs actions peuvent donc être attribuées à une cause. Heider a écrit que les gens sont "perçus comme des centres d'action et qu'en tant que tels, ils peuvent nous faire quelque chose. Ils peuvent nous profiter ou nous nuire intentionnellement, et nous pouvons leur profiter ou leur nuire. Les personnes ont des capacités, des souhaits et des sentiments ; elles peuvent agir intentionnellement et peuvent nous percevoir ou nous observer. 5

En 1965, les psychologues américains Edward Jones et Keith Davis ont soutenu que la théorie de Heider reposait sur l'hypothèse selon laquelle les attributions déterminent une cause suffisante pour l'action. Si nous voyons quelqu'un manger, une explication suffisante serait qu'il a faim. Nous attribuons le fait de manger à la cause externe de la faim. Cependant, Jones et Davis pensent que les gens font également des attributions en considérant les autres actions possibles. 6 Les attributions sont faites en tenant compte du degré de choix perçu, du degré d'attente du comportement et des effets du comportement.1 Jones et Davis ont également suggéré que les gens n'attribuent pas toutes les actions des autres, mais seulement les comportements qui ont un impact direct sur eux.

Les personnes

Fritz Heider

Psychologue social autrichien, connu comme le père de la théorie de l'attribution. Heider a d'abord observé que les gens attribuent des caractéristiques qui existent dans notre esprit à des objets du monde physique. Il a ensuite étendu sa théorie à la manière dont nous percevons le comportement des autres. Il a suggéré que nous établissions des liens entre les caractéristiques et le comportement pour expliquer les actions des autres.

Edward Jones

Psychologue social américain qui a consacré sa carrière à l'étude de la théorie de l'attribution. Avec Keith Davis, il a élaboré la théorie de l'inférence de correspondance de l'attribution. Leur théorie repose sur l'hypothèse selon laquelle nous attribuons des causes aux comportements que nous percevons comme étant intentionnels, parce que nous voyons une correspondance entre la motivation et le comportement.

Keith Davis

Psychologue social américain qui a travaillé avec Edward Jones pour développer la théorie de l'inférence de correspondance. Ces chercheurs pensaient que les gens tenaient compte de cinq variables lorsqu'ils attribuaient des responsabilités : le degré de choix, le comportement accidentel ou intentionnel, le niveau de désirabilité sociale du comportement, le fait que le comportement les affecte ou non, et le fait que nous prenions le comportement personnellement.3

Lee Ross

Psychologue social canadien qui a inventé le terme d'erreur d'attribution fondamentale.

Victor Harris

Psychologue social américain qui a mené une étude désormais célèbre avec Edward Jones démontrant que nous continuons à attribuer des causes dispositionnelles au comportement même après qu'on nous ait dit que les individus n'avaient pas le choix de se comporter comme ils l'entendaient.

Harold Kelley

Psychologue social américain qui a proposé un modèle d'attribution par covariation en 1967. Ce modèle logique explique comment les gens déterminent si un comportement a une cause dispositionnelle ou situationnelle. Selon ce modèle, les gens utilisent trois types de preuves différentes pour prendre leur décision : le consensus, le caractère distinctif et la cohérence. Le consensus fait référence à la mesure dans laquelle d'autres personnes se comportent de la même manière dans des situations similaires, le caractère distinctif fait référence à la mesure dans laquelle la même personne se comporterait dans des situations similaires, et la cohérence fait référence à la mesure dans laquelle la personne se comporte exactement de la même manière à chaque fois que cette situation se produit.3

Bernard Weiner

Psychologue social américain qui a appliqué la théorie de l'attribution à l'apprentissage des étudiants et a proposé le modèle tridimensionnel de l'attribution. Weiner a suggéré que les propres attributions d'une personne expliquant sa réussite ou son échec déterminent l'intensité de l'effort qu'elle fournira par la suite. Si une personne attribue la réussite de son examen au fait qu'elle a beaucoup étudié, elle est plus susceptible de fournir le même effort à l'avenir. Les trois dimensions du modèle de Weiner sont le locus, la stabilité et la contrôlabilité. Le locus indique si l'élève considère que la cause de sa réussite ou de son échec est interne ou externe, la stabilité indique si l'événement est stable dans le temps et dans les situations, et la contrôlabilité indique si la cause du comportement est sous le contrôle de l'élève.7

Conséquences

Nous essaierons toujours de donner un sens au monde compliqué dans lequel nous vivons. La capacité à établir des liens entre les causes et les événements pour expliquer un comportement peut rendre la vie plus facile à gérer. Cependant, nous avons tendance à commettre de nombreuses erreurs d'attribution en raison de biais cognitifs.

L'erreur fondamentale d'attribution, parfois connue sous le nom de biais de correspondance, fait référence à notre tendance à accorder trop d'importance aux causes dispositionnelles lorsque nous percevons les actions d'une autre personne et à ne pas accorder assez d'importance aux influences situationnelles. Si quelqu'un est impoli avec nous, nous risquons de blâmer sa personnalité au lieu de reconnaître qu'il a peut-être eu une mauvaise journée. Ce biais a été inventé par le psychologue social Lee Ross et s'appuie sur les résultats d'une expérience menée par Jones et Harris. Dans leur étude, Jones et Harris ont demandé à des participants d'écouter des discours pro et anti-Fidel Castro et d'évaluer l'attitude personnelle des orateurs à l'égard de ce personnage controversé. Lorsque les participants ont été informés que les orateurs avaient tiré à pile ou face pour déterminer s'ils prononceraient un discours positif ou négatif, ils ont continué à penser que ceux qui prononçaient des discours favorables avaient une attitude plus positive à l'égard de Fidel Castro.8

Le contraire de l'erreur d'attribution fondamentale se produit lorsque nous expliquons notre propre comportement. En 1971, Jones et Nisbett ont découvert le biais acteur-observateur, qui décrit notre tendance à accorder trop d'importance aux causes externes lorsque nous adoptons des comportements négatifs. Si vous avez des résultats médiocres à un examen, vous pouvez reprocher au professeur de ne pas avoir transmis les informations correctement ou à la salle où vous avez passé l'examen d'être trop bruyante. Il est peu probable que vous vous reprochiez de ne pas avoir suffisamment étudié.9

Nous commettons également des erreurs lorsque nous attribuons des explications à des événements positifs. Le biais d'égocentrisme décrit notre tendance à expliquer les événements positifs par des caractéristiques personnelles et internes. Si vous décrochez un emploi, vous allez probablement mettre cela sur le compte de votre intelligence et de votre travail acharné plutôt que sur celui d'événements extérieurs, comme le fait qu'il y avait peu d'autres candidats. Les psychologues pensent que ce biais d'égocentrisme a pour but de renforcer notre estime de soi.1

La dissonance entre la façon dont nous expliquons les comportements des autres et la façon dont nous expliquons les nôtres peut être à l'origine de tensions sociales. Nous sommes souvent trop critiques à l'égard des autres tout en nous attribuant les mérites des événements positifs.

Controverses

La critique la plus courante de la théorie de l'attribution est qu'elle suppose que les gens sont des penseurs rationnels qui établissent constamment des liens entre les causes et les événements. Si nous nous mettons en colère lorsque quelqu'un nous coupe la route dans la circulation, ce n'est peut-être pas parce que nous avons soigneusement réfléchi aux facteurs dispositionnels qui ont provoqué ce comportement. La théorie est donc critiquée pour son caractère mécanique et réductionniste.

En outre, de nombreux modèles d'attribution ont été proposés au fil du temps par différents psychologues sociaux. Il ne semble pas y avoir de consensus sur le type de facteurs pris en compte lorsqu'une personne détermine la cause d'un comportement.

Une autre faille de la théorie de l'attribution réside dans le fait qu'elle suggère que tous les individus pensent de la même manière et sont également victimes de biais cognitifs, tels que l'erreur fondamentale d'attribution. Or, la culture ou le sexe d'une personne influe sur la façon dont elle perçoit le monde, ce qui, à son tour, peut influencer les attributions qu'elle fait.10 Des recherches ont montré que les pays orientaux collectivistes sont moins susceptibles de présenter l'erreur fondamentale d'attribution. Cela pourrait s'expliquer par le fait que les cultures collectivistes mettent moins l'accent sur l'individu que sur la société.11

Contenu connexe de TDL

Pourquoi nous favorisons parfois un leadership politique agressif

En politique, un style agressif est censé provenir d'un leader confiant et puissant, ce qui peut nous attirer vers un leadership politique hostile. Dans cet article, la contributrice Kaylee Somerville explique comment l'erreur d'attribution fondamentale provoque cette préférence politique en raison des caractéristiques internes différentes que nous percevons chez les dirigeants agressifs et les dirigeants dociles.

"Si seulement" : Le bien et le mal des contrefactuels

Selon le modèle d'attribution de Jones et Davis, l'un des facteurs qui influencent l'attribution dispositionnelle ou situationnelle est le comportement alternatif que l'individu aurait pu adopter. Ce qui aurait pu être est connu sous le nom de "contrefactuel". Dans cet article, Kaylee Sommerville examine pourquoi les gens pensent souvent "et si" et comment les contrefactuels influencent notre prise de décision.

Sources d'information

  1. Cherry, K. (2020, 15 mai). Attribution et psychologie sociale. Verywell Mind. https://www.verywellmind.com/attribution-social-psychology-2795898#citation-2
  2. Citations de Malcolm Gladwell. (n.d.). Goodreads. Consulté le 14 juillet 2021 sur https://www.goodreads.com/quotes/7139218-the-mistake-we-make-in-thinking-of-character-as-something
  3. Mcleod, S. (2012). La théorie de l'attribution. Simply Psychology. https://www.simplypsychology.org/attribution-theory.html
  4. Davidsen, A. S. (2013). Phenomenological approaches in psychology and health sciences (Approches phénoménologiques en psychologie et en sciences de la santé). Qualitative Research in Psychology, 10(3), 318-339. https://doi.org/10.1080/14780887.2011.608466
  5. Malle, B. F. (2011). Attribution Theories : How People Make Sense of Behavior. Dans Theories in social psychology (pp. 72-95). John Wiley & Sons. https://research.clps.brown.edu/SocCogSci/Publications/Pubs/Malle_(2011)_Chadee_chap_precorr.pdf
  6. Jones, E. et Harris, V. A. (1967). The attribution of attitudes. Journal of Experimental Social Psychology, 3(1), 1-24. https://doi.org/10.1016/0022-1031(67)90034-0
  7. Shresta, P. (2019, 16 juin). Théorie de l'attribution de Weiner. Psychestudy. https://www.psychestudy.com/social/weiner-attribution-theory
  8. Erreur d'attribution fondamentale. (n.d.). Psychology Wiki. Consulté le 14 juillet 2021 à l'adresse suivante : https://psychology.wikia.org/wiki/Fundamental_attribution_error
  9. Cherry, K. (2020, 5 mai). Biais acteur-observateur en psychologie sociale. Verywell Mind. https://www.verywellmind.com/what-is-the-actor-observer-bias-2794813
  10. Shrestha, P. (2017, 17 novembre). La théorie de l'attribution. Psychestudy. https://www.psychestudy.com/social/attribution-theory
  11. Dean, K. K. et Koenig, A. M. (2011). Cross-Cultural Differences and Similarities in Attribution. Dans K. D. Keith (Ed.), Cross-cultural psychology : Contemporary themes and perspectives (2e éd., pp. 575-597). John Wiley & Sons. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1002/9781119519348.ch28
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?