Le déficit d'empathie

L'idée de base

Imaginez que vous êtes un fumeur qui essaie d'arrêter de fumer. Juste après avoir fumé une cigarette, vous vous dites que ce sera la dernière. Arrêter de fumer peut sembler facile à ce moment-là parce que vous venez d'avoir votre dose et que vous ne ressentez pas de manque ou de sevrage. Votre confiance provient de votre état viscéral actuel, qui est calme et rationnel. Ce que vous ne comprenez pas, c'est que plus tard, lorsque vous serez dans un état viscéral différent et plus intense, vous ne pourrez pas nécessairement agir de la même manière ou prendre les mêmes décisions.

Cette situation décrit le fossé de l'empathie, qui se caractérise par notre tendance à sous-estimer le rôle des différents états mentaux et émotions sur notre comportement. Par conséquent, nous prenons des décisions basées sur nos humeurs à court terme au lieu de tenir compte de ce que nous ressentirons à l'avenir. Le déficit d'empathie est souvent appelé déficit d'empathie chaud-froid car nos erreurs de prédiction sont souvent liées au fait que nous sommes dans un état viscéral "froid" (un état mental rationnel et logique) et que nous sous-estimons l'impact de nos émotions lorsque nous sommes dans un état viscéral "chaud" (lorsque nous sommes influencés par des émotions fortes telles que la faim, le désir, la peur), ou vice-versa.

Si le déficit d'empathie est souvent lié à un manque d'empathie envers nous-mêmes, il peut également décrire notre incapacité à comprendre les perspectives ou les actions d'autres personnes si elles ne sont pas dans le même état viscéral que nous.2 Par exemple, si vous entendez parler d'un accident avec délit de fuite, vous n'êtes peut-être pas en mesure de comprendre quel type de personne est capable de partir en voiture après avoir renversé quelqu'un, mais vous jugez probablement sur la base d'un état viscéral froid et ne tenez pas compte de ce que cette personne a pu ressentir à ce moment-là.

L'affect a la capacité de nous transformer profondément en tant qu'êtres humains ; dans des états affectifs différents, c'est presque comme si nous étions des personnes différentes.


- George Loewenstein, un économiste comportemental influent, dans son article Hot-cold empathy gaps and medical decision making.

Termes clés

Facteurs viscéraux/affectifs : états tels que la faim, la soif, le désir sexuel, les fringales et les retraits, la peur ou la douleur. Ces états poussent souvent les gens à agir de manière irréfléchie ou irrationnelle.3

Le fossé entre l'empathie chaude et l'empathie froide : lorsqu'une personne est dans un état émotionnel chaud (influencée par des facteurs viscéraux) et qu'elle sous-estime le rôle de ses émotions actuelles sur ses actions et ses décisions.2

Le fossé entre l'empathie froide et l'empathie chaude : lorsqu'une personne se trouve dans un état émotionnel froid et a du mal à comprendre comment elle pourrait se comporter plus tard lorsque ses émotions sont exacerbées.2

Préjugé intra-personnel : le manque d'empathie par rapport à ses propres sentiments, pensées et décisions.2

Biais interpersonnel : le manque d'empathie en ce qui concerne la prise en compte/le jugement des sentiments, des pensées et des décisions d'autrui.2

Biais d'ancrage : tendance commune à se fier trop fortement à un élément d'information particulier (tel que notre humeur) lors de la prise de décision.

Biais de projection : une erreur d'auto-prévision qui consiste à surestimer dans quelle mesure notre futur moi partage les mêmes croyances, valeurs et comportements que notre moi actuel.

L'histoire

C'est en 1999 que George Loewenstein et Daniel Read ont observé pour la première fois ce que l'on a appelé plus tard le fossé de l'empathie.1 Dans leur expérience, ils ont demandé à des participants d'indiquer s'ils étaient prêts à endurer une douleur en échange d'une récompense monétaire. L'incident douloureux devait se produire une semaine plus tard et les participants devaient plonger leurs mains dans de l'eau glacée. Afin d'examiner comment les différents états viscéraux/affectifs affectent la prise de décision, Loewenstein et Read ont demandé aux participants d'indiquer la somme d'argent dont ils auraient besoin pour supporter la douleur dans trois conditions différentes.1

Les participants de la première condition ont eu un avant-goût de la douleur juste avant de prendre leur décision, les participants de la deuxième condition ont enduré le testeur une semaine avant de prendre leur décision, et les participants de la dernière condition n'ont pas eu d'échantillon de la douleur du tout.

Les participants de la première condition ont indiqué la plus grande récompense monétaire en guise de compensation pour avoir enduré la douleur, ce qui suggère que la douleur, un facteur viscéral chaud, a influencé leur prise de décision, puisqu'ils ont prédit qu'ils se sentiraient toujours les mêmes dans une semaine.1

George Loewenstein a continué à étudier l'impact des émotions sur les décisions des personnes et leurs prédictions, en utilisant des facteurs viscéraux tels que la douleur, la dépendance, la soif et la peur comme variables dans ses expériences futures. Il a ensuite inventé le terme d'écart d'empathie chaud-froid dans son article de 2005 intitulé Hot-cold empathy gaps and medical decision making (Écarts d'empathie chaud-froid et prise de décision médicale), qui décrit ses diverses expériences sur les états viscéraux.1

Depuis les expériences de Loewenstein, d'autres chercheurs ont approfondi la notion d'écart d'empathie en explorant la manière dont il influe sur le comportement interpersonnel. Par exemple, Jason Silverstein, chargé de cours à la Harvard Medical School, a réalisé une étude bibliographique sur le fossé racial en matière d'empathie. L'écart d'empathie raciale suggère que les personnes à la peau plus foncée gèrent mieux la douleur et que, par conséquent, les gens ressentent moins d'empathie à leur égard dans les situations douloureuses.4

D'autres études ont examiné l'impact de la situation financière d'une personne sur le degré d'empathie qu'elle éprouve à l'égard des autres.5

Conséquences

Chaque jour, nous sommes amenés à prendre des décisions qui affectent notre avenir. Le fossé de l'empathie montre que nous ne sommes pas très doués pour prédire ce que ressentira notre futur moi, car nous ne tenons compte que de notre état viscéral actuel. Lorsque nous prenons des décisions à courte vue sur la base de nos émotions du moment, qu'elles soient chaudes ou froides, nous nous éloignons plus facilement de nos objectifs à long terme.

Essayer d'arrêter de fumer une cigarette, par exemple, dépend de votre état. Si vous êtes dans un état affectif froid, vous pouvez penser que vous êtes capable d'aller à une fête ce soir-là où d'autres personnes fumeront. Lorsque vous vous rendez à la fête, vos émotions peuvent avoir changé et vous pouvez avoir envie d'une cigarette, à laquelle il sera beaucoup plus difficile de résister dans ce type d'environnement.

Un exemple comme celui-ci montre comment une décision à court terme peut nous mettre dans une position qui rend plus difficile la poursuite de nos objectifs. Si nous avions pu prédire avec plus de précision comment nous nous sentirions une fois à la fête, nous n'aurions probablement pas choisi de nous mettre dans cette situation. Nombre de nos mauvaises habitudes, dont nous essayons souvent de nous défaire, sont contrôlées par des facteurs viscéraux, tels que la faim, le désir ou les fringales, ce qui signifie que le manque d'empathie nous pousse à prendre des décisions qui rendront plus difficile le fait de se défaire de ces mauvaises habitudes.

En outre, lorsqu'il s'agit de relations interpersonnelles, le déficit d'empathie pose un problème car prévoir les états psychologiques des autres et la manière dont ils agiront en fonction de ces états est un élément important de la vie quotidienne.6 En fait, la capacité de reconnaître que les autres ont des sentiments uniques et différents des nôtres est considérée comme une étape de l'évolution. Le fossé de l'empathie suggère cependant que nous sommes souvent incapables de séparer notre humeur viscérale du moment de notre jugement sur les comportements d'autrui. Il ne s'agit pas seulement d'une question de jugement : le fait de ne pas réagir à l'état psychologique des autres affecte la manière dont nous les traitons. Par exemple, si un enseignant ou un parent ne tient pas compte de l'anxiété d'un élève à l'approche d'un examen, il se peut qu'il ne fasse pas le nécessaire pour apaiser ses émotions, ce qui peut l'empêcher d'apprendre ou d'obtenir de bons résultats. 6

Controverses

La question de savoir si l'incapacité à éprouver de l'empathie pour notre futur ou pour d'autres personnes est réellement un problème fait l'objet de débats.

En ce qui concerne le déficit d'empathie intrapersonnelle, s'il est important de pouvoir prédire avec précision nos émotions futures, nous devons aussi chercher quelque part pour éclairer nos décisions. Les points d'ancrage tels que nos sentiments actuels sont parfois les seuls auxquels nous avons accès et, comme nous devons prendre des milliers de décisions chaque jour, nous n'avons pas toujours le temps de bien réfléchir à ce que nous pourrions ressentir plus tard. En outre, en ce qui concerne le fossé entre l'empathie froide et l'empathie chaude, le problème n'est peut-être pas que nous sommes incapables de prévoir comment notre état viscéral chaud nous fera agir, mais que nous laissons nos émotions influencer nos décisions. Si nous étions toujours des êtres purement rationnels et logiques, les facteurs viscéraux ne modifieraient pas notre comportement. Paul Bloom, psychologue à Yale, suggère qu'au lieu d'être de meilleurs prédicteurs, nous devons plutôt prendre conscience de la "valeur du raisonnement conscient et délibéré dans la vie de tous les jours" et affirme "que nous devrions nous efforcer d'utiliser notre tête plutôt que notre cœur". 7

En ce qui concerne les lacunes en matière d'empathie interpersonnelle, Paul Bloom conteste également l'idée selon laquelle le fait d'être capable d'empathie avec les autres fait de nous de meilleures personnes.7 Si nous pardonnons un comportement parce que quelqu'un s'est trouvé dans un état viscéral chaud, nous pourrions alors suggérer que les gens ne sont pas maîtres de leurs propres actions. Considérer trop profondément l'état psychologique de quelqu'un d'autre peut nous faire dévier de la logique rationnelle et rendre difficile le respect de l'équité.

Études de cas

La parentalité et le bien-être émotionnel des enfants

Le manque d'empathie peut signifier que les parents ne tiennent pas toujours compte de ce que ressentent leurs enfants. Comme les parents prennent généralement les décisions pour leurs enfants, une incapacité à évaluer la vie émotionnelle de ces derniers peut les amener à faire des choix sous-optimaux pour eux.

Kristin Lagattuta, professeur de psychologie, a examiné le fossé d'empathie entre les parents et leurs enfants en demandant aux parents d'estimer la vie émotionnelle de leurs enfants.8 Elle a constaté un décalage entre les prédictions des parents et les déclarations des enfants. La plupart des parents ont fait preuve d'un biais de positivité, ne croyant pas que les angoisses et les inquiétudes de leurs enfants étaient aussi présentes que les enfants eux-mêmes le déclaraient. En ne comprenant pas que les enfants vivent le monde différemment et réagissent différemment aux facteurs viscéraux, les parents peuvent placer leurs enfants dans des situations qu'ils ne sont pas en mesure de gérer, ou ignorer complètement les sentiments de leurs enfants lorsqu'ils prennent des décisions qui les affecteront.8

Atténuation des risques et dépendance

Le manque d'empathie peut avoir de graves conséquences pour les toxicomanes, car il peut les amener à prendre des décisions à courte vue qui ne tiennent pas compte de l'intensité du manque et du sevrage, et donc à se mettre dans une situation où ils ne peuvent pas résister à la tentation de rechuter.

Louis Giordano, un conseiller professionnel, a travaillé avec Loewenstein pour examiner si le fait d'être dans un état viscéral chaud ou froid avait un impact sur les prédictions des toxicomanes en voie de guérison concernant leur comportement futur, et donc sur les décisions qu'ils prenaient.1

Giordano a demandé aux toxicomanes de prédire combien d'argent ils choisiraient, cinq jours après la question, plutôt qu'un médicament d'entretien qui soulage les symptômes de sevrage. Les toxicomanes devaient dire s'ils prendraient le médicament d'entretien ou 10 dollars, le médicament d'entretien ou 20 dollars, et ainsi de suite.1

Pour déterminer l'impact de leur état affectif actuel sur leur décision, les chercheurs ont divisé les participants en deux variables. La question précédente leur a été posée soit avant, soit après avoir reçu une dose du médicament d'entretien. Les résultats ont révélé que les participants interrogés dans la première condition avaient besoin d'une somme d'argent beaucoup plus importante pour renoncer à leur prochaine dose de médicament d'entretien.1 On peut supposer qu'ils se trouvaient dans un état viscéral chaud, en proie à la douleur due au sevrage.

Cette étude démontre que le manque d'empathie peut amener les toxicomanes à mal prévoir ce qu'ils ressentiront à l'avenir. Le déficit d'empathie est donc néfaste pour l'atténuation des risques, car il signifie que les gens ne se placent pas dans des situations qui réduisent les menaces et augmentent les chances de réussite.

Ressources connexes TDL

Transformer l'empathie en solutions innovantes au cours de la conférence COVID-19

Cet article montre pourquoi il est si important de réduire le fossé de l'empathie. Il explique comment l'empathie à l'égard des autres, plutôt que la prise en compte de nos propres émotions, peut nous aider à prendre des décisions qui profiteront à une population plus large. Neerjah Skantharajah examine l'importance de l'empathie à une époque comme la nôtre, où les personnes âgées sont stigmatisées, ce qui peut nous amener à adopter des comportements qui ne sont pas bénéfiques pour leur santé.

Comment pouvons-nous nous inciter à épargner davantage ?

Étant donné que le déficit d'empathie signifie que nous prenons des décisions basées sur nos sentiments à court terme, cela peut signifier que nous ne prenons pas les meilleures décisions financières pour notre avenir. Par exemple, si vous décidez de commander un plat à emporter coûteux dans un moment de faim, vous risquez de dépenser inutilement. Cet article de notre rédactrice Kaylee Somerville explore les façons dont nous pouvons nous aider à épargner davantage à court terme, au lieu de rechercher une gratification immédiate pour nos états viscéraux.

Sources d'information

  1. Loewenstein, G. (2005). Hot-cold empathy gaps and medical decision making. Health Psychology, 24(4), S49-S56. https://doi.org/10.1037/0278-6133.24.4.s49
  2. Le déficit d'empathie : pourquoi les gens ne parviennent pas à comprendre les différents points de vue. (n.d.). Effectiviology - Psychologie et philosophie que vous pouvez utiliser. Consulté le 1er octobre 2020 sur le site https://effectiviology.com/empathy-gap/#Types_of_empathy_gaps
  3. Psychologie. (2016, 21 janvier). Facteurs viscéraux. https://psychology.iresearchnet.com/social-psychology/decision-making/visceral-factors
  4. Wade, L. (2013, 26 septembre). The Racial Empathy Gap (Le fossé de l'empathie raciale). Pacific Standard. https://psmag.com/social-justice/racial-empathy-gap-race-black-white-psychology-66993
  5. Miller, L. (2012, 29 juin). Le fossé entre l'argent et l'empathie. New York Magazine. https://nymag.com/news/features/money-brain-2012-7/
  6. Van Bowen, L., Loewenstein, G., Dunning, D., & Nordgren, L. F. (2013). Changing Places : A Dual Judgment Model of Empathy Gaps in Emotional Perspective Taking. Advances in Experimental Social Psychology, 48, 117-171. https://doi.org/10.1016/B978-0-12-407188-9.00003-X
  7. Illing, S. (2019, 16 janvier). Le cas contre l'empathie. Vox. https://www.vox.com/conversations/2017/1/19/14266230/empathy-morality-ethics-psychology-compassion-paul-bloom
  8. Dewar, G. (2017, octobre). Le fossé de l'empathie entre le chaud et le froid. Parenting Science - La science de l'éducation et du développement de l'enfant. https://www.parentingscience.com/empathy-gap.html
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?