Conformité du groupe

L'idée de base

Imaginez que vous vous liiez d'amitié avec quelqu'un qui fréquente une prestigieuse école d'art et que vous alliez visiter un musée d'art moderne avec son groupe d'amis. Peu après le début de la visite du musée, vous vous retrouvez à fixer une œuvre d'art qui semble n'être rien d'autre qu'une grande toile blanche contenant une seule ligne noire. Vous n'avez jamais vu cette œuvre d'art auparavant et vous ne connaissez pas non plus l'artiste, mais vous entendez le guide dire que la valeur de cette œuvre dépasse le million de dollars. Vos nouveaux amis semblent tous s'accorder à dire qu'il s'agit d'une œuvre spéciale.

Dans ces conditions, il se peut que vous fassiez semblant de "comprendre" pour vous intégrer au groupe. Vous ne voulez pas avoir l'air déconnecté ! Peut-être allez-vous plus loin et commencez-vous à croire que l'œuvre d'art est géniale. Après tout, le groupe auquel vous appartenez est plus impliqué dans le monde de l'art que vous et doit donc être plus à même de juger de la valeur de l'art.

Cette situation est un exemple de conformité au groupe, c'est-à-dire la façon dont les gens adaptent leurs attitudes, leurs croyances et leurs comportements aux normes, aux croyances et aux pratiques du groupe. Comme l'a montré la littérature psychologique, les individus ont un fort désir de s'intégrer aux groupes dans lesquels ils se trouvent et se conforment souvent non seulement à leur comportement extérieur, mais aussi à leurs croyances, attitudes et même identités internes en raison de l'influence du groupe1. Bien que l'impact du conformisme de groupe puisse varier en fonction de facteurs tels que le contexte culturel, l'âge, le sexe, la personnalité individuelle et d'autres encore, le conformisme de groupe est une influence universellement reconnue et puissante sur le comportement humain.

Pourquoi sommes-nous souvent d'accord avec la majorité du groupe, même si nous ne sommes pas d'accord en privé ?

Termes clés

Conformité : Correspondance entre les attitudes, les croyances et les comportements d'une personne et les normes, les croyances et les pratiques du groupe.

Conformité normative : Conformité motivée par le désir d'être aimé ou accepté par un groupe social. Cette conformité tend à être produite soit par la promesse de récompenses en cas de conformité, soit par la menace d'une punition en cas de non-conformité. Elle est souvent uniquement externe et ne correspond pas toujours aux croyances et valeurs internes de la personne qui s'y conforme.2

Conformité informationnelle : Cette conformité est motivée par le désir des individus d'obtenir des informations exactes sur la réalité. Elle se produit lorsque les individus s'appuient sur les membres de confiance d'un groupe pour parvenir à des conclusions sur ce qui est vrai, sur l'action à entreprendre ou sur l'opinion à avoir. Cette conformité a souvent un impact sur les croyances et les attitudes privées, et pas seulement sur les actions extérieures.2

Pensée de groupe : Lié à la conformité informationnelle, le mode de pensée que les individus adoptent lorsqu'ils recherchent un consensus, qui peut souvent ignorer des conclusions raisonnables ou rationnelles.

Normes sociales : Croyances collectives sur le type de comportement approprié dans une situation donnée.

L'histoire

Bien que les gens se méfient depuis longtemps du conformisme de groupe, la recherche psychologique et comportementale n'a pris son essor que dans la première moitié du XXe siècle.

La première expérience populaire sur le sujet a été réalisée par Muzafer Sherif en 1935.2 L'expérience de Sherif utilisait l'effet autocinétique, une illusion d'optique dans laquelle un point lumineux dans une pièce sombre semble se déplacer alors qu'il reste immobile. Sherif a constaté qu'il y avait une grande variance dans les estimations de l'ampleur du mouvement de la lumière lorsque les participants étaient interrogés individuellement, mais qu'une fois qu'ils avaient la possibilité de discuter en petits groupes, la variance des estimations était bien moindre. Cela suggère que les participants modifient leurs estimations pour se rapprocher de l'estimation moyenne du groupe.

L'expérience de conformité la plus connue a été menée par Solomon Asch3 . Dans ses expériences de 1951, il a été demandé aux participants d'estimer visuellement laquelle de trois lignes était la plus proche en longueur d'une quatrième ligne.

Asch's 1951 line experiment

L'expérience de la ligne d'Asch en 1951.

La bonne réponse était évidente : la ligne C (comme le montre la figure 1) était presque identique à la ligne cible. Interrogés sans l'influence des autres, les participants ont choisi la bonne réponse dans 98 % des cas. Cependant, lorsqu'ils sont placés dans des groupes de confédérés qui sont tous d'accord sur la mauvaise réponse, seuls 63,2 % des participants choisissent encore la réponse manifestement correcte, tandis que 36,8 % se rallient au consensus du groupe et choisissent la mauvaise réponse.

Les expériences d'Asch ont démontré le pouvoir de l'influence du groupe, de sorte que les gens pouvaient être amenés à choisir la mauvaise réponse à un test simple, simplement pour éviter la non-conformité. Cependant, les expériences ont également démontré que de nombreux participants pouvaient refuser de se conformer, de sorte que la conformité avec le groupe ne doit pas être considérée comme allant de soi pour tout le monde.

En 1955, après ces célèbres expériences, Herbert. C Kelman a tenté de distinguer trois types de conformité : la conformité, l'intériorisation et l'identification.2

  • Dans le cas du conformisme, les individus se conforment au groupe auquel ils appartiennent afin de gagner ses faveurs ou d'éviter les sanctions, même s'ils ne sont pas d'accord en privé.
  • Dans l'intériorisation, la conformité des individus atteint un niveau plus profond car ils en viennent à croire aux affirmations de vérité et aux valeurs du groupe dans lequel ils se trouvent.
  • Dans l'identification, les individus se conforment parce que le fait de se conformer définit une partie de leur identité en tant que membre d'un groupe.

Toutefois, dans les sciences comportementales modernes, nous utilisons souvent les deux catégories de conformité inventées par Deutsch et Gerrard9 pour désigner deux types principaux de conformité : normative et informationnelle. La conformité normative est motivée par la recherche de l'approbation du groupe social, tandis que la conformité informationnelle se produit lorsqu'un individu se fie au groupe social comme source d'information sur la réalité.

Les personnes

Muzafer Sherif

Muzafer Sherif était un psychologue turco-américain et l'un des fondateurs de la psychologie moderne. Il est particulièrement connu pour ses contributions à la théorie du jugement social et à la théorie du conflit réaliste. Les expériences menées par Sherif en 1935 ont été les premières évaluations scientifiques populaires de la conformité de groupe.1

Soloman Asch

Asch était un psychologue américain d'origine polonaise dans les années 1900. Ses travaux ont porté sur de nombreux sujets, dont la conformité et la formation des impressions. Il est connu pour son utilisation de la psychologie de la Gestalt, un type de psychologie qui met l'accent sur la nécessité de saisir le contexte pour comprendre des actions particulières. Les expériences qu'il a menées en 1951 ont été les premières, depuis celles de Sherif, à apporter une contribution importante à la compréhension de la conformité de groupe.3

Herbert C. Kelman

Kelman est le professeur émérite d'éthique sociale RIchard Clarke Cabot de l'université de Harvard. Il est célèbre pour ses contributions à la psychologie sociale, ainsi que pour son engagement politique dans la résolution du conflit israélo-palestinien. Il a été l'un des premiers à classer les types de conformité de groupe dans un cadre formel.5

Conséquences

Il est important de se rappeler que le conformisme peut avoir une bonne ou une mauvaise influence sur votre vie, en fonction du groupe social et de la situation. Si vous faites partie d'un groupe social qui encourage les comportements positifs et sains, le conformisme du groupe peut accroître votre bien-être - vous serez peut-être plus enclin à faire de l'exercice avec votre club de randonnée, à boire moins avec vos amis abstinents ou à faire preuve de créativité avec les artistes de votre quartier. En revanche, dans le cas d'un groupe social qui encourage les comportements à risque, comme la consommation excessive de drogues ou les comportements abusifs, le conformisme social peut avoir des conséquences négatives.

En ce qui concerne la conformité normative, la dynamique de groupe peut encourager quelqu'un à prendre des mesures ou à dire des choses qu'il n'aurait pas faites seul. Un scénario dans lequel cela peut se produire est celui d'un environnement de travail toxique. Vous pouvez avoir l'impression de ne pas être traité équitablement par votre supérieur, mais vous vous abstenez de dire quoi que ce soit si aucun de vos collègues n'exprime de doutes sur le style de gestion de votre patron.

D'un point de vue positif, la conformité au groupe peut pousser les individus à minimiser leurs traits négatifs. Une étude réalisée en 2010 par Campbell-Meiklejohn et ses collègues a montré que les personnes présentant les traits de personnalité de la "triade sombre" (narcissisme, machiavélisme et psychopathie) étaient beaucoup plus justes dans la distribution de l'argent si celle-ci était perçue comme une norme de groupe pour laquelle la non-conformité pouvait être punie.4 Cela va dans le sens de l'observation selon laquelle les normes sociales sont nées d'accords de groupe sur les comportements appropriés.

La conformité de l'information peut également avoir des effets positifs, comme les messages des organismes de santé publique. Ces organismes jouissent souvent de la confiance de nombreux groupes sociaux (mais pas de tous) et adhèrent à des normes rigoureuses afin de garantir l'exactitude et la validité scientifique de leurs messages. Rappelons l'essor de l'information sur la santé publique au début de la pandémie de COVID-19. Compte tenu du grand nombre de témoignages contradictoires sur les meilleures pratiques en matière de sécurité, de nombreuses personnes ont eu intérêt à s'en remettre à des sources fiables et réputées.

Toutefois, le fait de s'en remettre au jugement du groupe peut également conduire au silence des voix contradictoires. Les décisions peuvent se fonder davantage sur le consensus du groupe que sur une évaluation rationnelle des alternatives. Ce type de phénomène, également appelé "pensée de groupe", peut conduire à des résultats désastreux. Un exemple frappant est le lancement malavisé du vaisseau spatial Challenger de la NASA en 1986, qui a tragiquement explosé peu après le lancement.6 Malgré les signes avant-coureurs, le groupe de scientifiques impliqués dans le lancement était tellement convaincu de son propre succès que les dissidents ont été réduits au silence et que le lancement a eu lieu.

Controverses

Si le conformisme de groupe peut sembler puissant, il est important de se rappeler que les individus peuvent refuser de se conformer à la majorité, et qu'ils le font souvent, lorsqu'ils estiment que le groupe est incorrect ou contraire à l'éthique. Certains des moments les plus forts de l'histoire sont dus à des individus courageux qui sont allés à l'encontre des normes de la majorité afin de défendre des groupes sociaux minoritaires ou des droits individuels.

La conformité de groupe peut être influencée par un certain nombre de facteurs, mais la recherche a souvent eu du mal à déterminer lesquels étaient les plus pertinents. Certaines cultures tendent à encourager une attitude de conformité sociale plus que d'autres2, et la socialisation en fonction du sexe peut jouer un rôle dans les attitudes de conformité. On a émis l'hypothèse que, dans les cultures occidentales, les hommes sont souvent socialisés pour être plus individualistes, tandis que les femmes ont tendance à être socialisées en mettant davantage l'accent sur la valeur de la conformité et en sanctionnant plus sévèrement la non-conformité.10 Bien qu'un grand nombre de recherches menées à la fin du 20e siècle aient étayé ce point de vue, il n'y a pas eu suffisamment de preuves récentes pour le valider. Compte tenu de l'évolution des rôles des hommes et des femmes et des changements culturels, il est difficile de savoir si le sexe jouera un rôle dans la conformité à l'avenir.

La taille et la nature du groupe social sont également des facteurs dont il a été démontré qu'ils influencent la conformité. Des recherches récentes ont montré que les groupes moins diversifiés tendent à avoir un degré de conformité plus élevé11, soulignant l'importance de la diversité des équipes pour la pensée critique. Toutefois, l'impact de la taille du groupe sur le conformisme reste flou. Alors que les premières études ont montré que la conformité diminuait lorsque le groupe comptait plus de trois individus, d'autres résultats ont mont que plus le groupe était grand, plus nous étions susceptibles de nous conformer.12 Il est clair que nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir avant de comprendre pleinement les facteurs de groupe qui conduisent à la conformité.

Étude de cas

Conformité au groupe et comportements scolaires positifs

Dans une étude réalisée en 2013, Masland et Lease ont examiné la relation entre le comportement scolaire des enfants de l'école primaire et la conformité au groupe. Alors que l'on a beaucoup parlé de l'influence négative de la conformité sociale sur les enfants (on nous a tous dit de ne jamais céder à la "pression des pairs"), cette étude a mis l'accent sur un résultat positif de la conformité de groupe.

Les chercheurs ont constaté que les enfants ayant dans leur groupe de pairs des personnes plus orientées vers les études obtenaient de meilleurs résultats à l'école et valorisaient davantage la réussite scolaire que les enfants n'ayant pas de groupe de pairs orientés vers les études. Bien que les capacités individuelles et la personnalité aient également eu un effet, les chercheurs ont pu isoler l'effet positif de la conformité au groupe, même en tenant compte des caractéristiques individuelles préexistantes.

Conformité du groupe et réactions à la déviance liée au COVID-19

La conformité de groupe a récemment fait l'objet d'un grand intérêt en santé publique lors de la pandémie de COVID-19. Cette situation nous a donné l'occasion de voir comment les mécanismes de conformité fonctionnent non seulement au sein d'un seul groupe, mais aussi entre les groupes.

La décision de suivre les mesures de santé publique est une décision individuelle, mais elle est fortement liée aux normes du groupe. Tout au long de la pandémie, des groupes déviants et non déviants ont été créés entre les mesures de santé publique telles que les vaccins, la distanciation sociale et le port de masques.

Alors que les membres du groupe interne de ceux qui suivent les mesures de santé publique ressentent généralement une forte pression de la part des autres membres du groupe pour adhérer aux normes, les individus plus étroitement liés aux groupes anti-science sont susceptibles de ressentir une pression pour ne pas respecter les règles. Comme le notent Dominic J. Packer et ses collègues, "dans des contextes polarisés, la conformité peut être autant une question de ne pas faire ce qu'ils font que de faire ce que nous faisons".8 Les experts en communication sanitaire ont utilisé la conformité de groupe dans leurs efforts pour promouvoir des activités saines, telles que la vaccination, en transmettant des informations par l'intermédiaire de membres respectés de leur groupe. Certains peuvent considérer les hauts responsables de la santé comme des étrangers à leur propre groupe, mais les célébrités ou les personnes influentes comme faisant partie de leur groupe. En bref, c'est au pouvoir de la conformité de groupe que l'on doit les campagnes de vaccination à grand renfort de vedettes.

Contenu connexe de TDL

Surcharge d'informations

La surcharge d'informations est un autre mécanisme qui peut avoir des effets importants et potentiellement pervers sur la prise de décision, et peut nous amener à nous fier aveuglément à la conformité du groupe plutôt qu'à des processus de prise de décision rationnels. Pour en savoir plus sur ce concept, cliquez ici.

Communiquer pendant la crise du coronavirus

Le conformisme du groupe n'est qu'un des nombreux défis à relever pour communiquer efficacement avec les autres et prendre les mesures qui s'imposent en cas de changement des mesures de santé publique. Pour en savoir plus sur les défis de communication liés à la pandémie, cliquez ici.

Sources d'information

  1. GoodTherapy. 2020. Conformité. https://www.goodtherapy.org/blog/psychpedia/conformity
  2. McLeod, Saul. 2016. Qu'est-ce que le conformisme ? Simply Psychology. https://www.simplypsychology.org/conformity.html
  3. Wikipédia. 2021. Expériences de conformité d'Asch. https://en.wikipedia.org/wiki/Asch_conformity_experiments
  4. Sleek, Scott. 2016. The Science of Sameness. Association for Psychological Science.
  5. Université de Harvard. Herbert. C. Kelman. https://scholar.harvard.edu/hckelman/home
  6. Howell, Elizabeth. 2019. Challenger : La catastrophe de la navette qui a changé la NASA. SPACE. https://www.space.com/18084-space-shuttle-challenger.html
  7. Masland, L. C. et Lease, A. M. (2013). Effects of achievement motivation, social identity, and peer group norms on academic conformity (Effets de la motivation pour la réussite, de l'identité sociale et des normes du groupe de pairs sur la conformité scolaire). Social Psychology of Education, 16(4), 661-681.
  8. Packer, D. J., Ungson, N. D. et Marsh, J. K. (2021). Conformité et réactions à la déviance à l'époque du COVID-19. Group Processes & Intergroup Relations, 24(2), 311-317.
  9. Deutsch M & Gerard H B. (1955). A study of normative and informational social influences upon individual judgment. J. Abnorm. Soc. Psychol. 51:629-36.
  10. Jhangiani, D. R., Tarry, D. H. et Stangor, D. C. (2014, 26 septembre). Person, gender, and cultural differences in conformity. Principles of Social Psychology 1st International Edition. Consulté le 14 septembre 2021 sur https://opentextbc.ca/socialpsychology/chapter/person-gender-and-cultural-differences-in-conformity/.
  11. Gaither, S. E., Apfelbaum, E. P., Birnbaum, H. J., Babbitt, L. G. et Sommers, S. R. (2017). La simple appartenance à des groupes racialement diversifiés réduit la conformité. Social Psychological and Personality Science, 9(4), 402-410. https://doi.org/10.1177/1948550617708013
  12. Bond, R. (2005). Group size and conformity. Group Processes & Intergroup Relations, 8(4), 331-354. https://doi.org/10.1177/1368430205056464
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?