Position de vie

L'idée de base

Il arrive que nous nous comportions d'une manière qui peut sembler étrange, même à nos propres yeux. Nous pouvons nous sentir mal à l'aise par rapport à quelque chose que nous avons dit ou fait, tout en étant incapables d'expliquer le raisonnement qui sous-tend ces comportements. Souvent, ces situations peuvent être influencées par les expériences de l'enfance qui façonnent nos positions dans la vie.1

Les positions de vie sont des facettes de l'analyse transactionnelle, une forme de psychanalyse qui étudie les interactions sociales et la manière dont nous pouvons les améliorer.2 L'analyse transactionnelle est fondée sur nos états du moi, qui sont les façons dont nous pensons, ressentons et nous comportons. Les états du moi sont influencés par nos expériences avec nos parents (Parent), nos expériences antérieures en tant qu'enfants (Enfant) ou nos environnements actuels (Adulte).

Les positions de vie sont les croyances fondamentales que nous avons sur nous-mêmes et sur les autres et qui servent à justifier nos décisions et nos comportements.1 Nos positions de vie sont façonnées par nos premières expériences, jusqu'à l'âge de sept ans, et ces positions consistent à nous considérer et à considérer les autres comme "corrects" ou "pas corrects". Le fait d'être "OK" renvoie à des notions de bien ou de mérite ; on pense que tout le monde entre dans le monde "OK".

Les indications sont plus fortes que jamais que la classification naturelle sera basée sur la position du patient, et que cette [position] est la variable fondamentale de la vie humaine.


- Eric Berne dans son article fondateur sur les positions de vie, "Classification des positions"

L'histoire

L'histoire des positions de vie ne peut être racontée sans parler de l'analyse transactionnelle, puisque les positions de vie sont une facette de ce modèle psychanalytique plus large.2 L'analyse transactionnelle a été développée par le psychiatre canadien Eric Berne dans les années 1950, influencé par l'accent mis par Sigmund Freud sur la compréhension des états de l'ego. Dans ce contexte, les interactions sociales sont définies comme des transactions entre plusieurs parties. L'objectif de l'analyse transactionnelle était d'aider les gens à analyser leurs relations et à améliorer l'efficacité de la communication.

En 1957, Berne a publié deux articles établissant une distinction entre les états du moi du parent, de l'adulte et de l'enfant2 .

  • Le terme "parent" fait référence aux attitudes, aux sentiments et aux comportements des personnes qui s'occupent de l'enfant, qu'il s'agisse de l'élever ou de le contrôler ;
  • L'adulte fait référence à la capacité d'une personne à penser objectivement et à agir en fonction du présent, ce qui est l'état idéal de l'ego ; et,
  • L'enfant fait référence aux pensées, sentiments et comportements de l'enfance, soit curieux et ouvert, soit coupable et effrayé.2

En 1962, Berne a publié un article dans le Transactional Analysis Bulletin intitulé " Classification of positions ".1 Berne voulait développer une classification descriptive des " jeux " auxquels les gens jouent, les jeux étant des schémas de transactions qui sont communs dans la vie de tous les jours. Par exemple, le jeu "Pourquoi ne pas - oui mais" consiste à ce qu'une personne présente un problème, auquel d'autres personnes proposent des solutions.2 Cependant, la personne initiale s'oppose à toutes les solutions possibles (i.e. "oui, mais..."), ce qui amène les autres personnes à cesser de suggérer des solutions.

Berne voulait que ces classifications - qu'il appelait "positions de vie" - donnent des résultats cohérents, de sorte que les personnes ayant les mêmes positions de vie connaîtraient des schémas transactionnels similaires.1 Berne pensait que les positions de vie étaient basées sur une vérité universelle simple et prédictive. Ces positions de vie permettraient alors aux gens de justifier leurs décisions sur la base d'expériences antérieures. Par exemple, une vérité universelle apprise pourrait être que "toutes les femmes ne sont pas dignes de confiance" et que "je ne suis jamais aimable", provenant d'expériences de l'enfance. Cela pourrait conduire à la justification suivante : "Je ne prendrai plus jamais le risque d'aimer quelqu'un parce que ma mère m'a montré que je n'étais pas aimable".

Pour définir la classification des positions de vie, Berne a introduit le concept d'être "OK", qui consiste à être juste avec soi-même et avec les autres, ainsi qu'à se voir soi-même et les autres comme ayant des droits égaux.1 Selon Berne, les sujets de toutes les positions se concentrent sur "Je" par rapport à "Autres" et leurs prédicats se concentrent sur être "OK" par rapport à "pas OK". Ainsi, les prédicats de base sont :

  1. Je vais bien
  2. Je ne suis pas OK
  3. Vous allez bien
  4. Vous n'êtes pas OK

Ces prédicats forment alors les quatre positions de vie possibles:1

  1. Je vais bien, tu vas bien (I+ U+)
  2. Je vais bien, tu ne vas pas bien (I+ U-)
  3. Je ne vais pas bien, tu vas bien (I- U+)
  4. Je ne vais pas bien, tu ne vas pas bien (I- U-)

Berne a proposé que chacun naisse dans le monde en étant "bien", mais que les expériences vécues pendant l'enfance puissent changer cela en "pas bien" et influencer le fait de croire que les autres sont "bien" ou non.1 Comme Berne l'a dit, "les gens naissent princes et princesses et leurs parents les transforment en grenouilles".4 Cette croyance - que les positions de vie des gens sont entachées par les comportements de leurs parents - associée à la croyance que l'état de l'ego Adulte de chacun peut être renforcé, a été la base pour que l'analyse transactionnelle soit considérée comme une méthode d'autonomisation, aidant les gens à atteindre leurs objectifs.

Life Position

Inspiré par son travail avec Berne, son élève Frank H. Ernst Jr. a développé les positions de vie dans le corral OK, également connu sous le nom de matrice OK-not OK.5 Dans son article de 1971, Ernst a émis l'hypothèse que l'issue de toutes les transactions est résolue par l'une des quatre catégories de fonctionnement social dynamique :

  1. Get-On-With, qui apporte une solution "je vais bien" et "tu vas bien" (I+ U+). Il s'agit de la position la plus saine, qui s'apparente à la joie de vivre.
  2. Get-Rid-Of, qui apporte une solution "je vais bien" et "tu ne vas pas bien" (I+ U-). Il s'agit d'une position "d'avantage" dans laquelle l'individu est avantagé, ce qui peut provoquer la colère de l'autre partie.
  3. Get-Away-From, qui apporte une solution "je ne vais pas bien" et "tu vas bien" (I- U+). Il s'agit d'une position d'infériorité dans laquelle l'individu est désavantagé et se sent impuissant.
  4. Get-Nowhere-With, qui aboutit à une solution "je ne vais pas bien" et "tu ne vas pas bien" (I- U-). Il s'agit essentiellement d'une situation sans espoir, car aucune des parties n'est perçue comme allant bien, et il sera donc très difficile d'établir une communication efficace.

Les composantes distinctives du corral OK d'Ernst sont les opérations dynamiques qui se produisent à l'intérieur d'une personne et qui peuvent aboutir à une résolution choisie pour elle-même, sa vision interne, ainsi que sa vision de l'autre personne dans la transaction.5 Cela signifie, par exemple, qu'une personne peut se comporter d'une manière I+ U- à la maison, mais d'une manière I+ U+ lors d'une soirée avec sa moitié.

Dans le prolongement de l'analyse transactionnelle de Berne, il existe un résultat global de la transaction : lorsque l'état du moi Enfant est chargé de déterminer le résultat, celui-ci sera équivalent à la position de l'Enfant.5 Alternativement, l'état du moi Adulte de cette personne peut exercer une influence sur les transactions afin d'obtenir certains résultats.

Les personnes

Eric Berne

Ce psychiatre canadien est à l'origine du développement de l'analyse transactionnelle et de la notion de position de vie.6 La formation en psychologie de Berne lui a permis de s'inspirer des états du moi de Freud pour influencer son modèle d'analyse transactionnelle, qui est devenu depuis un domaine d'étude notable dans la recherche et le traitement. En fait, les travaux de Berne ont même abouti à la création de l'Association internationale d'analyse transactionnelle.

Franklin H. Ernst, Jr.

Psychiatre américain ayant travaillé dans l'armée et dans son propre cabinet, Ernst a assisté aux séminaires d'Eric Berne sur l'analyse transactionnelle en 1958.7 Ernst a étudié et s'est formé auprès de Berne, avant de devenir un membre fondateur et enseignant de l'Association d'Analyse Transactionnelle Interne. Sur la base de son travail avec Berne, Ernst a développé le célèbre OK corral pour organiser les différentes positions de vie que l'on peut occuper.

Conséquences

Le concept des positions de vie a été popularisé dans le livre de développement personnel I'm OK, You're OK, publié en 1967 par Thomas Anthony Harris, un psychiatre américain.8 Ce livre est devenu un best-seller et a été considéré comme un guide pratique de l'analyse transactionnelle en tant que méthode de résolution des problèmes dans la vie réelle.3 Dans son livre, Harris a également développé le sentiment de "ne pas être bien" dans l'état du moi de l'enfant. Il a émis l'hypothèse que les enfants pensent qu'ils ne vont pas bien parce qu'ils doivent s'adapter aux pressions inattendues du monde réel, alors qu'ils se sentaient en sécurité dans l'utérus.

Notamment, la conceptualisation originale de Berne de la position dans la vie n'équivaut pas nécessairement à la question de savoir si quelqu'un est moralement bon ou mauvais.8 Son concept se réfère plutôt aux attitudes relatives à la valeur personnelle de chacun et à la valeur perçue des personnes avec lesquelles il interagit. Cependant, la notion de "je vais bien et tu vas bien" s'est avérée utile dans l'étude de la liberté et du potentiel humain, car elle implique que l'adulte de chacun est égal et a un potentiel de croissance.

La psychologie positive, l'étude de ce qui fait que la vie vaut la peine d'être vécue en termes de bien-être individuel et sociétal, a été liée à l'étude des positions de vie.9 La recherche s'est concentrée sur la manière dont les attitudes humaines tendent à être optimistes et coopératives, de sorte qu'elles sont enclines à être "OK". Ces chercheurs suggèrent que l'optimisme est un aspect génétique de l'humanité et l'une de nos caractéristiques les plus adaptatives.8 Ainsi, la psychologie positive met l'accent sur l'importance d'être "OK" et sur notre capacité à revenir à cette position de vie.

Dans le monde d'aujourd'hui, les positions de vie font partie intégrante de l'analyse transactionnelle en tant que modèle de thérapie.10 La conviction que les gens peuvent reconnaître et recadrer leurs pensées déformées et améliorer leurs perceptions de soi, leurs comportements et leurs transactions, est à l'origine des efforts thérapeutiques. Une partie de ce travail consiste à identifier la position de vie d'une personne, les facteurs qui ont pu façonner cette position, et à examiner comment la communication peut être améliorée. C'est pourquoi les chercheurs ont mis au point des outils pour mesurer les positions de vie, tels que des échelles de position de vie et des enquêtes11,12.

Controverses

Il y a eu quelques divergences par rapport à l'analyse transactionnelle originale de Berne et au rôle que jouent les positions de vie.13 Berne soutenait que le destin général d'une personne ne peut être modifié rapidement, et d'autres chercheurs ont depuis conceptualisé les positions de vie de manière assez permanente.14 Ces chercheurs soutiennent que les positions de vie des personnages sont considérées comme des positions constantes, tandis que les différents résultats d'Ernst (c'est-à-dire I+ U- à la maison, par rapport à I+ U+ avec une personne importante) sont mieux caractérisés comme des états de sentiment. Cependant, comme Berne et Ernst ont tous deux utilisé le terme "position de vie", il y a eu une certaine confusion sur ce qu'est exactement une position de vie et sur son degré de stabilité.13

En réponse à cette confusion, certains chercheurs ont émis l'hypothèse que nous pouvons avoir des positions de vie changeantes.13 Par exemple, si la position de vie d'une personne "Je ne vais pas bien, tu vas bien" l'amène à se sentir souvent impuissante, l'analyse transactionnelle peut l'aider à adopter un comportement de surface dans lequel elle agit comme si elle allait bien. Au fil du temps, la constance de ces comportements aidera l'état de l'ego de l'enfant à commencer à modifier sa position pour refléter avec précision celle de "je vais bien". Avez-vous déjà entendu l'expression "faire semblant jusqu'à ce qu'on y arrive" ? Les positions de vie de surface mettent en évidence le fait que les gens peuvent agir différemment d'une minute à l'autre, sous l'influence de leur situation, bien que leur position de vie de caractère sous-jacente reste la même.

Étude de cas

Attributs comportementaux des positions de vie

Comme nous l'avons vu, il existe différentes opinions sur la stabilité des positions de vie : certains pensent qu'elles ne changent pas une fois établies,1,8,14 tandis que d'autres estiment que les résultats sociaux peuvent dépendre des contextes dans lesquels ils se produisent.13 Par conséquent, les chercheurs ont voulu étudier les caractéristiques comportementales associées à chacune des quatre positions de vie.15 Une meilleure compréhension de la question de savoir si les positions de vie sont considérées comme étant psychologiquement et comportementalement différentes les unes des autres pourrait peut-être éclairer la compréhension de la stabilité des positions de vie.

A l'aide d'une liste de 128 descripteurs comportementaux généralement utilisés dans la recherche sur le diagnostic des troubles de la personnalité, les chercheurs ont approché vingt-deux professionnels de l'analyse transactionnelle.15 I+ U+ et I+ U- partageaient des caractéristiques de dominance similaires, I+ U+ étant évalué par les professionnels comme étant plus aimant que I+ U-. Par rapport aux trois autres positions, I+ U+ a été considérée comme reflétant l'équilibre le plus souhaitable entre domination et amour, puisqu'elle est perçue comme la position la plus saine. Considérée avec respect comme une position de leadership, les personnes qui occupent cette position sont censées s'affirmer en répondant à leurs propres besoins et à ceux des autres. C'est ce qui permet aux personnes en position I+ U+ de susciter des sentiments de bien-être en soi et chez les autres.

I+ U- est considéré comme le plus destructeur au niveau interpersonnel (entre les personnes), induisant la soumission et la conformité.15 Cette position invite donc les autres à se sentir "pas bien". La position I- U+ est également considérée comme destructrice, mais à un niveau intrapersonnel (à l'intérieur de soi). Cette position est considérée comme une difficulté à s'affirmer par rapport à ses propres besoins et à allouer son énergie à la satisfaction des besoins perçus par les autres. Sans surprise, la position I- U- est considérée comme la plus destructrice sur le plan intrapersonnel, avec la plus faible indication des caractéristiques de domination et d'amour. Il en résulte une grande colère dirigée vers l'intérieur et vers les autres, évoquant des sentiments de culpabilité, de méfiance, de peur et de ressentiment. Cette position favorise le sentiment de "ne pas être bien", tant en soi que chez les autres.

En fin de compte, les chercheurs ont constaté que les personnes connaissant l'analyse transactionnelle étaient capables d'identifier les différentes positions de vie en fonction des comportements correspondants.15 L'étude a également produit une liste de descripteurs associés aux positions de vie qui pourraient être utiles pour les situations cliniques et de recherche. Si l'on pense que les positions de vie changent, alors il y a effectivement un certain degré de différence entre les différentes positions, qui sont censées influencer les comportements et les transactions.

Positions de vie et satisfaction de la vie

La satisfaction dans la vie est un domaine de recherche populaire en raison de ses liens avec la santé mentale, la santé globale et le bonheur.16 La satisfaction dans la vie mesure la composante cognitive du bien-être subjectif et a été définie comme un processus de jugement, dans lequel les individus évaluent la qualité de leur vie sur la base de leurs propres critères. Des facteurs tels que la personnalité et le sentiment d'appartenance peuvent jouer un rôle dans la satisfaction à l'égard de la vie. Par conséquent, l'un des facteurs susceptibles de jouer un rôle dans la satisfaction de vivre est la situation de vie de l'individu, en particulier en ce qui concerne les expériences vécues pendant l'enfance.

En raison des différents traits de personnalité et des perceptions de soi associés aux différentes positions dans la vie, Ali Karababa s'est intéressé à la relation entre la position dans la vie et la satisfaction dans la vie.16 Par exemple, la position I- U+ correspond à un sentiment d'infériorité, qui devrait être associé à une moindre satisfaction dans la vie, par rapport à la position I+ U+. Karababa a demandé à 429 étudiants universitaires d'évaluer leur satisfaction dans la vie et de répondre à un questionnaire élaboré pour évaluer les positions dans la vie.

La satisfaction à l'égard de la vie s'est avérée positivement associée à I+ U+ et I+ U-, et négativement associée à I- U- et I- U+.16 Ces résultats soutiennent l'idée que la satisfaction à l'égard de la vie peut être davantage liée au fait d'être "bien" au niveau individuel, au-delà de la question de savoir si les autres sont bien. Sans surprise, I+ U+ est le prédicteur le plus significatif de la satisfaction dans la vie. Après tout, le fait de se croire "bien" permet d'avoir des pensées existentielles plus saines, ce qui aide les personnes dans cette situation à surmonter leurs problèmes. Ces personnes sont plus susceptibles d'avoir des communications saines avec les autres, même dans le cas où l'autre personne n'est pas "OK".

Ces résultats soulignent donc l'importance d'identifier nos positions dans la vie et de s'efforcer d'être "OK" avec l'aide de l'analyse transactionnelle. Non seulement notre qualité de vie peut s'améliorer grâce à la satisfaction de soi, mais nos modes de communication peuvent également s'améliorer, ce qui accroît la satisfaction relationnelle.

Contenu connexe de TDL

Communiquer pendant la crise du coronavirus

L'analyse transactionnelle a été développée pour évaluer et améliorer les comportements sociaux et les modes de communication. Berne aurait-il pu prédire que le COVID-19 modifierait la définition de l'interaction sociale et de la communication ? Nous ne pouvons que nous demander comment il aurait appliqué l'analyse transactionnelle aux transactions actuelles, mais cet article donne un aperçu de la manière dont les styles de communication ont changé pendant la pandémie.

Sources d'information

  1. Berne, E. (1962). Classification des positions. Transactional Analysis Bulletin, 1(3), 23.
  2. Berne, E. (1964). Games People Play : The Psychology of Human Relationships. Grove Press.
  3. Jacobs, A. (1997). Les positions de vie de Berne : Science and morality. Transactional Analysis Journal, 27(3), 197-206.
  4. Steiner, C. M. (2012). La position OK : La liberté, l'égalité et la poursuite du bonheur. Transactional Analysis Journal, 42(4), 294-297.
  5. Ernst, F. H. (1971). Le corral OK : The grid for get-on-with. Transactional Analysis Journal, 1(4), 33-42.
  6. Eric Berne, fondateur. (2014). Association internationale d'analyse transactionnelle. https://www.itaaworld.org/eric-berne-founder
  7. Franklin Ernst Jr. (2009, 21 juin). Napa Valley Register. https://napavalleyregister.com/news/local/obituaries/franklin-ernst-jr/article_48a80687-8707-5aad-a0db-cf5b2f0e6052.html
  8. Harris, T. A. (1967). I'm OK, You're OK, Harper & Row.
  9. Seligman, M. (2011). Flourish : Une nouvelle compréhension visionnaire du bonheur et du bien-être. Free Press.
  10. Solomon, C. (2003). La théorie de l'analyse transactionnelle : The basics. Transactional Analysis Journal, 33(1), 15-22.
  11. Kramer, F. D. (1978). Transactional life position survey : An instrument for measuring life position. Transactional Analysis Journal, 8(2), 166-168.
  12. Boholst, F. A. (2002). A life position scale. Transactional Analysis Journal, 32(1), 28-32.
  13. White, T. (1994). Life positions. Transactional Analysis, 24(4), 269-276.
  14. Woollams, S. et Brown, M. (1978). Transactional Analysis. Huron Valley Institute Press.
  15. Fine, M. J. et Poggio, J. P. (1977). Behavioral attributes of the life positions. Transactional Analysis Journal, 7(4), 350-356.
  16. Karababa, A. (2019). Les positions de vie comme prédicteur de la satisfaction de vie chez les étudiants universitaires. Bolu Abant Ìzzet Baysal Üniversitesi Eğitim Fakültesi Dergisi, 19(2), 530-539.
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?