Ethos, Pathos et Logos

L'idée de base

Nous sommes quotidiennement bombardés de messages émanant d'entreprises, d'autorités, de notre famille et de nos amis. L'objectif est souvent d'influencer notre comportement d'une certaine manière. Les entreprises peuvent essayer de vous faire acheter leur produit ; le gouvernement peut vous inciter à recycler ; votre famille peut vous conseiller sur votre carrière ; vos amis peuvent vous persuader de faire la fête avec eux ce week-end. Puisque notre comportement est influencé par tant de messages différents, qu'est-ce qui détermine les informations que nous écoutons et celles que nous ignorons ?

Ethos, pathos et logos sont trois méthodes de persuasion : des appels rhétoriques qui influencent la prise de décision.

L'ethos est un appel à l'autorité et à la réputation de l'orateur (ou de l'auteur).1 Par exemple, si votre père veut que vous étudiiez le commerce à l'école, il pourrait dire : "Je suis plus âgé et j'ai plus d'expérience de la vie, je sais donc ce qui est le mieux pour vous".

Le pathos est un appel aux émotions.1 Tirer sur les cordes sensibles d'un public peut le persuader d'écouter. Par exemple, si le gouvernement plaide avec émotion pour que vous recycliez davantage parce que la Terre est en train de "mourir", son langage émotionnel peut vous inciter à agir.

Enfin, le logos est un appel à la logique ou à la preuve, qui prend souvent la forme de statistiques.1 Si une entreprise veut que vous achetiez son nettoyant universel, elle pourrait vous persuader en annonçant qu'il "tue 98 % de toutes les bactéries et de tous les germes".

Les modes de persuasion fournis par la parole sont de trois sortes. Le premier dépend de la personnalité de l'orateur [ethos], le deuxième de l'état d'esprit de l'auditoire [pathos] et le troisième de la preuve, ou de l'apparente preuve, fournie par les mots du discours lui-même [logos]. La persuasion est obtenue par le caractère personnel de l'orateur lorsque le discours est prononcé de manière à ce que l'on pense qu'il est crédible...


- Aristote, dans Rhétorique2

Exemples des trois modes de persuasion

Ethos (appel à l'autorité) :
  • "4 dentistes sur 5 ayant des connaissances approfondies en matière d'hygiène bucco-dentaire recommandent cette marque de dentifrice.
  • "Mes dix années de service public et mon engagement de toute une vie envers cette communauté font de moi le candidat idéal pour être votre maire.
  • "Ayant consacré une grande partie de ma vie d'adulte à l'étude de la nutrition, ce qui m'a permis d'obtenir un doctorat en sciences de la santé à Harvard, je peux recommander en toute confiance à chacun de consommer cinq portions de fruits et légumes par jour".
Pathos (appel aux émotions) :
  • "Les caméras Ring ne vous permettent pas seulement de contrôler qui entre et sort de votre maison, elles peuvent aussi vous aider à protéger les personnes qui vous sont chères. La sécurité de votre conjoint et de vos enfants a-t-elle un prix ?"
  • "Si nous n'arrêtons pas d'utiliser des pailles maintenant, les tortues souffriront, et nous aussi lorsqu'elles disparaîtront.
  • "Si le fait qu'il existe encore un écart salarial entre les hommes et les femmes ne vous affecte pas, pensez à votre future fille. Voulez-vous qu'elle souffre parce que nous n'avons pas œuvré en faveur de l'égalité aujourd'hui ?"
Logos (appel à la logique) :
  • "Sur plus de 200 adultes étudiés, nous avons constaté que 97 % d'entre eux ont bénéficié de la prise de notre complément alimentaire.
  • "L'augmentation de la criminalité en été peut s'expliquer par l'impact de la chaleur sur le corps humain. La chaleur provoque l'épuisement et l'irritation, ce qui contribue à expliquer l'augmentation de 5 % des crimes violents les jours de canicule".
  • "Vous devriez acheter cette voiture maintenant parce que nous avons une réduction de 15 %. Votre voiture est en fin de vie, la question n'est donc pas de savoir si, mais quand, vous devrez en acheter une nouvelle, et c'est le meilleur moment pour vous d'un point de vue économique."

L'histoire

Aristote a identifié les trois principaux moyens de faire appel au discours : ethos, pathos et logos. Le premier volume de sa Rhétorique se concentre sur ces trois modes de persuasion. Il a reconnu que le contexte dans lequel quelqu'un lance un appel est important et peut nécessiter des versions différentes de chacun des principaux modes de persuasion. Le volume II de la Rhétorique examine donc trois types différents de discours publics : le discours délibératif, le discours judiciaire et le discours épidictique5.

Les contextes de discours délibératifs sont des situations dans lesquelles l'orateur conseille à l'auditoire de faire ou de ne pas faire quelque chose.5 Cela signifie que l'auditoire est invité à réfléchir à des choses qui se produiront dans le futur.

Le discours judiciaire se déroule dans une salle d'audience, où les avocats accusent ou défendent quelqu'un. Le discours judiciaire porte toujours sur des faits qui se sont produits dans le passé.5

Le discours épidétique, contrairement au discours délibératif et judiciaire, ne vise pas à persuader les gens de prendre une décision particulière, mais plutôt à les amener à croire en la bonté ou en la méchanceté d'une personne. Le discours épidétique fait l'éloge ou le blâme de quelqu'un.5

En se basant sur les trois modes de persuasion et les trois contextes de discours, Aristote décrit dans la Rhétorique les différentes manières dont l'ethos, le pathos et le logos peuvent être utilisés pour persuader un auditoire. Il considère ces méthodes comme des moyens "techniques" de persuasion, qui doivent être fournis par l'orateur, par opposition à des faits ou des connaissances préexistants que les gens possèdent déjà.5

La Rhétorique est à la fois un manifeste et des notes personnelles d'Aristote, à la fois descriptives et prescriptives. C'est l'un des textes les plus influents pour le domaine de la rhétorique, traduit d'innombrables fois dans de nombreuses langues.4 C'est l'un des premiers textes à établir une distinction claire entre la rhétorique et la dialectique (bien qu'Aristote ait soutenu qu'elles étaient étroitement liées). La rhétorique, et avec elle les trois principaux modes de persuasion, est devenue une composante intégrale de l'éducation en Grèce, qui s'est répandue dans le monde entier au cours de la Renaissance et du Siècle des Lumières.4

Conséquences

Étant donné que ce n'est pas seulement l'information qui nous est présentée, mais aussi la manière dont cette information nous est présentée qui influence le comportement et la prise de décision, l'ethos, le pathos et le logos sont des tactiques essentielles que nous devons comprendre et utiliser.

L'effet de cadrage décrit comment nos décisions sont influencées par la manière dont l'information est présentée et par les aspects de cette information qui sont mis en valeur. Ainsi, l'ethos, le pathos et le logos peuvent être considérés comme des techniques de mise en valeur : l'ethos met l'accent sur l'autorité, le pathos sur les émotions et le logos sur les preuves.

Prendre conscience de ces méthodes de persuasion nous aide à devenir critiques quant à la manière dont nos décisions sont influencées par les politiciens et les spécialistes du marketing. Il existe des façons de parler et d'écrire avec tact qui influencent nos décisions, ce qui peut à la fois nous aider à aborder notre propre communication et nous aider à réfléchir à nos choix et à nos points de vue. Cela peut nous inciter à nous concentrer sur les faits plutôt que de nous laisser aveugler par un langage poétique et persuasif.

Controverse

Si Aristote a été l'un des premiers philosophes à étudier la rhétorique à une si grande échelle et à produire un texte canonique sur le sujet, de nombreuses personnes s'étaient déjà intéressées à la rhétorique.

En fait, la conception de la rhétorique d'Aristote diffère légèrement de celle de Platon, qui a été le mentor et le professeur philosophique d'Aristote pendant un certain nombre d'années. Pour Platon, la rhétorique doit être utilisée pour transmettre des vérités (des faits) déjà connues du public, mais qui ont besoin d'être réaffirmées.6 Aristote était moins préoccupé par la "vérité" et a élargi l'objectif défini de la rhétorique pour englober toute forme de persuasion, quelle que soit l'exactitude des affirmations.

Platon pensait également que la rhétorique ne nécessitait pas un ensemble unique de connaissances et qu'elle n'était donc pas un "art véritable".7 Aristote, quant à lui, estimait qu'une connaissance spécifique de l'ethos, du pathos et du logos, propres à la rhétorique, était nécessaire pour persuader ; la connaissance de la "vérité" d'un sujet n'était pas suffisante pour être un communicateur efficace. Platon ayant critiqué la rhétorique plutôt que de la valoriser, Aristote est généralement reconnu comme le père fondateur de la rhétorique.

Aristote pensait que l'ethos, le pathos et le logos étaient des modes par lesquels n'importe qui, s'il étudiait correctement, pouvait persuader les gens. Toutefois, cette conception des ingrédients nécessaires au changement ne tient pas compte de nombreuses questions sociopolitiques qui ont une incidence sur la persuasion. Même si une personne maîtrise l'ethos, le pathos et le logos, sa race, son sexe ou sa situation économique peuvent l'empêcher d'accéder à l'autorité et à la position nécessaires pour persuader les gens.

Études de cas

Lutte contre le COVID-19

La gravité du COVID-19 a semblé balayer la planète en quelques jours seulement, les établissements fermant pratiquement sans préavis et les gens recevant l'ordre de rester chez eux pendant la nuit. La rapidité avec laquelle ce virus a changé nos vies a fait que les scientifiques et les gouvernements ont eu du mal à empêcher sa propagation. Les dirigeants politiques n'ont donc pas pu s'appuyer sur le "quoi" pour persuader les gens de rester chez eux, mais plutôt sur des tactiques telles que l'ethos, le pathos et le logos.

Différents pays ont réussi, à des degrés divers, à inciter leurs citoyens à agir rapidement. Les dirigeants politiques italiens et britanniques ont réussi à persuader leurs concitoyens de prendre des mesures préventives avant qu'un verrouillage mondial ne se produise.8 Leur succès peut être attribué à leur utilisation des trois principaux modes de persuasion. Par exemple, le Premier ministre italien Giuseppe Conte a utilisé l'ethos pour souligner la crédibilité des politiques COVID-19 de son gouvernement : "Nous avons toujours agi sur la base des évaluations fournies par le comité technico-scientifique". M. Conte a également utilisé le pathos en jouant sur le patriotisme de la population pour encourager l'optimisme : "Nous sommes un pays fort. Un pays qui n'abandonne pas, c'est dans notre ADN". Le Premier ministre britannique Boris Johnson a utilisé le logos pour montrer aux gens pourquoi rester à la maison pouvait sauver des vies : "Il est vital de ralentir la propagation de la maladie. C'est ainsi que nous réduirons le nombre de personnes nécessitant un traitement hospitalier à un moment donné, afin de préserver la capacité du NHS à faire face à la situation et de sauver davantage de vies "8.

Donald Trump : Défier les formes standard de la persuasion

Bien qu'extrêmement controversé, Donald Trump a certainement un groupe de fidèles. De nombreuses personnes citent ses capacités de persuasion comme la raison pour laquelle il a été élu, ce qui démontre l'importance des stratégies rhétoriques telles que l'ethos, le pathos et le logos.

L'un des nombreux discours controversés de M. Trump portait sur le statut de Jérusalem. La question de savoir si Jérusalem se trouve en Palestine ou en Israël est controversée et, le 6 décembre 2017, Trump a affirmé que Jérusalem était la capitale légitime d'Israël. Son discours était persuasif et a recueilli l'assentiment des foules, ce qui en fait un élément intéressant à étudier d'un point de vue linguistique9.

Une étude linguistique a examiné le discours de Jérusalem et a conclu qu'il était persuasif parce que Trump a utilisé efficacement les trois principaux modes de persuasion. Achmad Fanani et son équipe ont analysé que dans son discours, une clause relevait de l'ethos, qui suggérait que sa position dans la fonction signifiait que sa décision était impartiale et donc "vraie". 50 clauses faisaient appel au pathos pour susciter des émotions positives et négatives, comme sa déclaration selon laquelle "par-dessus tout, notre plus grand espoir est l'espoir de la paix, l'aspiration universelle de toute âme humaine". 20 clauses faisaient appel au logos, dans lesquelles il présentait des faits à l'appui de sa décision.9

Bien que le discours et l'orateur lui-même aient certainement suscité des réactions négatives tout au long de sa présidence, la capacité de Trump à utiliser efficacement l'ethos, le pathos et le logos pourrait contribuer à expliquer son succès présidentiel et son armée permanente de partisans.

Ressources connexes TDL

Le rôle de la confiance en la pensée dans la persuasion

L'ethos, le pathos et le logos sont des méthodes qui permettent de persuader efficacement les gens. Dans cet article, notre rédactrice Zoe Adams examine une branche émergente de la recherche sur la persuasion, qui étudie quels types de techniques de persuasion entraînent les changements d'attitude les plus durables. L'article se concentre sur le rôle de la confiance, qui est important pour l'ethos, car nous ne serons persuadés que par ceux qui peuvent nous convaincre qu'ils savent de quoi ils parlent.

Ce que les sciences du comportement ont à dire sur les économies d'énergie

Le changement climatique n'est pas une plaisanterie : si nous continuons à adopter les mêmes comportements qu'au cours des dernières décennies, la Terre ne survivra pas à l'activité humaine. Malgré la nécessité impérieuse de changer les choses, il est difficile de persuader les gens d'adapter leur consommation d'énergie. Cet article examine les différentes tactiques permettant de mettre en œuvre le changement, y compris les interventions tarifaires et non tarifaires, ainsi que les implications politiques. L'article compare également la persuasion aux "nudges", suggérant que ces derniers pourraient conduire plus efficacement à un changement de comportement en matière d'économie d'énergie.

Sources d'information

  1. Ethos, Pathos et Logos. (2020, 8 août). La nature de l'écriture. https://natureofwriting.com/courses/introduction-to-rhetoric/lessons/ethos-pathos-and-logos/
  2. Exemples d'Ethos, de Logos et de Pathos. (n.d.). Your Dictionary. Consulté le 17 mars 2021 à l'adresse suivante : https://examples.yourdictionary.com/examples-of-ethos-logos-and-pathos.html
  3. Shields, C. (2008, 25 septembre). Aristote. Stanford Encyclopedia of Philosophy. https://plato.stanford.edu/entries/aristotle/
  4. La rhétorique d'Aristote : Le pouvoir des mots et la pertinence continue de la persuasion [Session de conférence]. (2014, avril). Conférence des jeunes historiens, Grant High School. https://pdxscholar.library.pdx.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1052&context=younghistorians
  5. Rapp, C. (2002, 2 mai). La rhétorique d'Aristote. Stanford Encyclopedia of Philosophy. https://plato.stanford.edu/entries/aristotle-rhetoric/#purpose
  6. L'impact de Platon et d'Aristote sur la rhétorique. (s.d.). 123 Help Me. Consulté le 17 mars 2021 sur https://www.123helpme.com/essay/Plato-and-Aristotles-Impact-on-Rhetoric-314238# :
  7. La rhétorique dans l'Antiquité. (n.d.). Lumen Learning. Consulté le 17 mars 2021 à l'adresse suivante : https://courses.lumenlearning.com/introductiontocommunication/chapter/174/
  8. Di-Miceli, A. (2021, 7 février). La rhétorique sociale au temps de Covid-19 : The art of compliance. LSE Psychological & Behavioural Science. https://blogs.lse.ac.uk/psychologylse/2021/02/07/social-rhetoric-in-the-time-of-covid-19-the-art-of-compliance/
  9. Fanani, A., Setiawan, S., Purwati, O., Maisarah, M. et Qoyyimah, U. (2020). La grammaire de persuasion de Donald Trump dans son discours. Heliyon, 6(1), e03082. https://doi.org/10.1016/j.heliyon.2019.e03082
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?