Remue-méninges

L'idée de base

Toute bonne idée commence par une bonne séance de remue-méninges. Vous avez probablement participé à d'innombrables séances de brainstorming dans le cadre de vos études ou de votre travail, avec plus ou moins de succès. Parfois, une séance de remue-méninges en groupe peut s'avérer productive et passionnante, mais d'autres fois, elle peut donner l'impression d'une perte de temps. En effet, malgré la popularité écrasante du brainstorming, les recherches ont démontré à maintes reprises que le brainstorming en groupe est inefficace - mais il doit bien y avoir des avantages, n'est-ce pas ?

Le brainstorming peut être défini comme un processus de créativité de groupe visant à créer des solutions potentielles à un problème - en d'autres termes, il s'agit de réfléchir ensemble à de nouvelles idées dans un laps de temps réduit. En général, un petit groupe de personnes partage des idées entre elles et une personne enregistre ces idées pour les évaluer ultérieurement.

La créativité peut sembler être un processus hors de notre contrôle - parfois l'inspiration disparaît juste au moment où nous avons besoin de nouvelles idées - mais la recherche a révélé certaines pratiques qui peuvent améliorer la qualité de nos résultats lorsque nous faisons un remue-méninges.

Il est plus facile d'atténuer une idée folle que d'en inventer une nouvelle.


- Alex Osborn

L'histoire

Alex Faickney Osborne, un publicitaire américain, a popularisé le brainstorming pour la première fois dans son livre Applied Imagination, paru en 1953. Osborn y décrit un processus permettant de générer de nouvelles idées en groupe, en "utilisant le cerveau pour s'attaquer à un problème créatif - et ce, en mode commando, chaque personne s'attaquant au même objectif"¹ Osborn insiste sur quatre règles pour que le brainstorming soit efficace :

  • Se concentrer sur la production d'un grand nombre d'idées
  • Pas de critique des idées
  • Exprimer librement ses idées - encourager les idées folles
  • Combiner et développer les idées des autres

Les séances de brainstorming de l'agence de publicité BBDO d'Osborn suivaient ces quatre règles. Un animateur désigné appliquait ces directives, supervisait environ 5 à 12 participants et précisait le problème à traiter. En outre, des facteurs environnementaux tels que des murs aux couleurs vives et un mobilier accueillant contribuaient à créer une atmosphère accueillante et ouverte, propice à l'échange d'idées. Un sténographe a enregistré les idées exprimées et un cadre supérieur n'a examiné les résultats du brainstorming qu'à la fin de la session. BBDO, qui avait connu des difficultés de rentabilité dans les années 1940, s'est redressée et a connu un succès massif dans les années 1950, apparemment grâce à la nouvelle technique créative d'Osborn. Le brainstorming est devenu largement connu aux États-Unis et, en 1958, huit des dix plus grandes entreprises américaines avaient adopté le brainstorming dans leur culture d'entreprise.¹

Suite à cette explosion de popularité, des études ont commencé à voir le jour sur le brainstorming et son efficacité. En particulier, une étude de l'université de Yale réalisée en 1958 a montré que le brainstorming en groupe était moins efficace que le brainstorming individuel, remettant ainsi en cause la technique d'Osborn.² Bien que certaines des règles originales d'Osborn en matière de brainstorming aient été étayées par des études, l'aspect collectif du brainstorming a été remis en question à plusieurs reprises par des études ultérieures. Les recherches ont souvent comparé des groupes "nominaux", ou la collecte d'idées provenant de personnes qui réfléchissent individuellement, à des groupes "réels", qui consistent en des personnes qui réfléchissent ensemble. Les groupes nominaux se sont toujours révélés plus efficaces pour générer de nouvelles idées que les groupes réels. Par exemple, une étude réalisée en 1970 a tiré les mêmes conclusions que l'étude de Yale, démontrant en outre que lorsque le nombre de personnes impliquées augmente, la mise en commun des efforts créatifs individuels devient un mode de génération d'idées supérieur au brainstorming en groupe.

Néanmoins, le brainstorming reste un outil créatif incroyablement populaire pour les organisations - comme vous le savez probablement par expérience. Les nombreuses recherches sur le brainstorming, qui remontent aux années 1950, peuvent guider les groupes et faire la différence entre une séance de brainstorming réussie et une perte de temps frustrante.

Conséquences

Générer de nouvelles idées et des solutions créatives reste une compétence essentielle pour toute organisation ou équipe. À ce titre, l'utilisation des enseignements tirés des études sur les processus créatifs peut transformer notre capacité à produire des idées nouvelles et de qualité.

Il existe des tonnes d'articles sur les techniques de brainstorming et les meilleures pratiques, mais des études ont montré à plusieurs reprises que l'un des principaux moyens de générer des idées de haute qualité consiste à effectuer un brainstorming seul avant de présenter ses idées à un groupe. De cette façon, les membres du groupe peuvent enregistrer librement leurs idées sans que des phénomènes sociaux ne viennent les perturber.

Pourquoi le brainstorming est-il moins efficace en groupe ? Les chercheurs ont étudié les spécificités des pratiques de brainstorming qui rendent le processus souvent inefficace. En ajustant ces éléments de notre approche de la créativité en groupe, nous pouvons optimiser la production d'idées puissantes.

Une étude réalisée en 1987 a identifié le blocage de la production comme l'obstacle le plus important à l'efficacité moindre du brainstorming de groupe par rapport au brainstorming individuel.⁴ Le blocage de la production se produit lorsqu'un membre d'un groupe empêche les autres d'être productifs. Dans le cadre d'un brainstorming, cela peut se produire lorsqu'un membre du groupe fait part de son idée - les autres peuvent perdre le fil de leur pensée en écoutant leur collègue. Les personnes qui prennent plus de temps pour exprimer leurs idées peuvent exacerber ce problème en retardant la capacité des autres à partager leurs pensées. Pensez à ce collègue ou à ce camarade de classe qui parle, parle et parle - suffisamment longtemps pour que vous oubliiez ce que vous alliez dire par la suite. Cet obstacle justifie le recours au brainstorming purement individuel, mais il peut également être résolu par le brainwriting⁵ ou le brainstorming électronique. Dans ces deux techniques, un groupe peut se réunir dans un espace partagé ou sur une plateforme en ligne et partager des idées en les écrivant, ce qui permet aux autres de les lire au fur et à mesure qu'elles émergent. Le blocage de la production est réduit, car il n'y a pas de limite à la parole d'une personne à la fois.

Le brainstorming électronique élimine également les facteurs limitatifs que sont le nombre de personnes et l'appréhension liée à l'évaluation. Une étude a montré que l'augmentation du nombre de personnes participant à une session de brainstorming électronique augmentait le nombre d'idées de qualité générées, même si l'augmentation du nombre de participants diminue considérablement l'efficacité des groupes de brainstorming traditionnels.⁶ En outre, la suppression de l'interaction en face à face peut atténuer la peur de partager ses idées, ou l'appréhension liée à l'évaluation.

Le brainwalking, qui consiste simplement à intégrer le mouvement dans le processus de brainstorming, peut également stimuler la créativité. Les participants peuvent se déplacer dans une pièce pour noter différentes idées ou faire une promenade avant le brainstorming. Des études ont démontré que la marche augmente les niveaux de créativité de 60 % en moyenne.⁷

Controverses

De nombreuses études et articles s'opposent à l'utilisation du brainstorming traditionnel, qui reste pourtant une activité quasi-universelle dans les organisations et les entreprises. C'est pourquoi les chercheurs ont étudié les raisons pour lesquelles les pratiques de brainstorming inefficaces persistent.⁸

Deux des principales raisons pour lesquelles les équipes continuent d'utiliser des méthodes de brainstorming éprouvées sont a) l'acceptation de la décision et b) le rassemblement d'autant d'esprits créatifs que possible. L'acceptation de la décision fait référence à l'adhésion des membres de l'équipe à un projet particulier, étant donné que le brainstorming augmente la probabilité que tout le monde soit d'accord avec l'idée finale. Le fait d'impliquer tout le monde dès le début encourage l'investissement dans l'idée. La deuxième raison - la mise en commun des ressources - semble logique dans la mesure où plus de personnes peuvent proposer plus d'idées, mais le blocage de la production et les tendances inhibitrices peuvent limiter l'efficacité de la participation d'un grand nombre de personnes à une session de brainstorming. Sans évaluation critique du succès du brainstorming, il peut être facile de retomber dans la même méthode créative inefficace sous l'apparence d'une activité amusante de renforcement de l'esprit d'équipe.

Cela dit, la recherche a identifié certains aspects positifs des règles d'Osborn pour le brainstorming. Une étude réalisée en 2011 a confirmé la suggestion d'Osborn selon laquelle les participants devraient se concentrer sur la quantité d'idées plutôt que sur un nombre réduit d'idées de qualité. Les groupes de brainstorming dont l'objectif était de produire la plus grande quantité d'idées ont obtenu de meilleurs résultats que les groupes dont l'objectif était de produire les réponses de la plus haute qualité, dont l'objectif était à la fois qualitatif et quantitatif, et dont l'objectif était nul.⁹

En outre, Osborn a mis en évidence des phénomènes sociaux qui augmentent la créativité et la productivité dans les groupes, à savoir la facilitation sociale. Le simple fait d'être entouré d'autres personnes pendant qu'elles trouvent des idées peut inspirer une plus grande créativité et une plus grande efficacité. Outre le risque de blocage de la production en groupe, l'influence d'autres personnes peut également constituer un obstacle à la créativité.

Notre désir de nous conformer aux vues du groupe peut conduire à des trains de pensée similaires et à des idées qui en découlent, ce que l'on appelle la pensée de groupe. La règle de l'absence de critique peut conduire à ce que de mauvaises idées persistent plus longtemps et inspirent d'autres personnes à poursuivre une ligne de pensée qui pourrait s'avérer inutile. La pensée de groupe se produit lorsqu'un groupe se conforme à une idée partagée sans évaluation critique.¹º Alors que le brainstorming est toujours conçu comme une simple première étape avant le jugement, les dynamiques de pouvoir peuvent également influencer le partage ou non de certaines idées. C'est pourquoi Osborn a encouragé le brainstorming entre employés de même rang, mais le conformisme peut néanmoins rester une préoccupation en fonction de la culture du groupe. Les idées des membres les plus bruyants du groupe prennent souvent le dessus sur la session, ou les préférences connues d'un patron peuvent orienter les idées dans une direction étroite.

En outre, dans un contexte de groupe, les individus ont tendance à réduire leur créativité ou leurs compétences au profit d'individus moins créatifs ou moins productifs. Ce phénomène, souvent observé dans la pratique sportive, où les meilleurs athlètes réduisent leurs compétences lorsqu'ils s'entraînent avec des joueurs de niveau inférieur, signifie que les personnes très performantes s'alignent sur le niveau inférieur de leurs collègues, étouffant ainsi leurs contributions potentiellement efficaces.¹¹¹

L'efficacité d'une séance de brainstorming dépend également de la personnalité des membres du groupe. Par exemple, une étude a montré que les personnes socialement anxieuses ne sont pas aussi performantes lors des séances de remue-méninges. Les auteurs ont démontré que l'inhibition des personnes socialement anxieuses dans un groupe peut décourager davantage les autres de partager ouvertement leurs idées, diminuant ainsi l'efficacité globale du groupe.¹² Malgré les mesures suggérées par Osborn pour rendre un environnement accueillant, telles qu'un animateur encourageant ou un décor de salle relaxant, il semble que l'appréhension puisse néanmoins s'insinuer - au point que le brainstorming individuel, dans lequel les personnes trouvent des idées par elles-mêmes avant de les présenter à un groupe, devienne plus efficace.

La généralisation du travail à distance et du brainstorming électronique pourrait offrir une solution optimale aux principaux obstacles au brainstorming en groupe, tout en maintenant les effets positifs de l'acceptation des décisions et de la facilitation sociale. Une étude a démontré que le brainstorming électronique est plus efficace et plus satisfaisant que le brainstorming verbal, même si les deux se déroulent en groupe.⁶ Les auteurs ont suggéré que le brainstorming électronique élimine les problèmes de blocage de la production et d'appréhension de l'évaluation qui réduisent généralement le succès d'une session de brainstorming en personne. Cette méthode préserve également les effets positifs de la mise en commun des ressources et de l'investissement partagé dans les idées proposées.

Les règles originales d'Osborn pour le brainstorming tirent parti de certains phénomènes sociaux pour améliorer la créativité, mais le brainstorming traditionnel est également la proie d'autres tendances psychologiques qui nuisent à la productivité. Par conséquent, les meilleures pratiques de brainstorming au sein de votre équipe dépendront probablement de divers facteurs tels que la taille du groupe, le niveau de confort et la dynamique de pouvoir du groupe. Le travail étant devenu plus distant et plus flexible, le brainstorming traditionnel pourrait finalement connaître un déclin si le brainstorming électronique s'avère plus puissant.

Contenu connexe de TDL

Comment le travail à domicile peut améliorer la communication et la créativité de votre équipe

L'avantage d'un brainstorming individuel précédant les sessions de groupe est devenu plus courant depuis que la pandémie de COVID-19 a entraîné une généralisation du travail à distance. Les avantages pour la créativité de l'équipe d'un cadre de travail en ligne sont explorés ici, y compris l'adoption du brainstorming électronique, qui peut incorporer des aspects du brainstorming individuel et du brainstorming de groupe afin d'obtenir les impacts positifs des deux.

Loafing social

La paresse sociale est le phénomène par lequel les gens font moins d'efforts dans un groupe qu'ils n'en feraient s'ils travaillaient seuls. Les chercheurs ont étudié cette tendance comme un obstacle à un brainstorming efficace, suggérant que les autres peuvent s'appuyer sur quelques intervenants clés pour participer à une session de brainstorming plutôt que de proposer leurs propres idées.

Pensée de groupe

La pensée de groupe peut être un autre obstacle à un bon brainstorming. Dans un environnement sans critique, comme Osborn l'a suggéré comme essentiel pour le brainstorming, les idées et les lignes de pensée peuvent converger facilement. Cet article explore notre tendance à nous conformer et même à adhérer à des idées médiocres lorsque la critique est découragée.

Sources d'information

  1. Besant, Hanisha. The Journey of Brainstorming. (2016) Journal of Transformative Innovation. 2(1), 1-7. https://www.regent.edu/acad/global/publications/jti/vol2iss1/Besant_JTISU16A.pdf
  2. Taylor, D., Berry, P. et Block, C. (1958). Does Group Participation When Using Brainstorming Facilitate or Inhibit Creative Thinking ? Administrative Science Quarterly, 3(1), 23-47. doi:10.2307/2390603
  3. Bouchard, T. J., Jr. et Hare, M. (1970). Size, performance, and potential in brainstorming groups. Journal of Applied Psychology, 54(1), 51-55. https://doi.org/10.1037/h0028621
  4. Diehl, Michael & Stroebe, Wolfgang. (1987). Productivity Loss In Brainstorming Groups : Toward the Solution of a Riddle. Journal of Personality and Social Psychology. 53. 497-509. 10.1037/0022-3514.53.3.497.
  5. Thompson, Leigh. (2017) Comment le "Brainwriting" peut faire émerger de meilleures idées au sein de votre équipe. Harvard Business Review. https://hbr.org/sponsored/2017/05/how-brainwriting-can-get-better-ideas-out-of-your-team
  6. Gallupe, Brent, Dennis, Alan R, Cooper, William H., Valacich, Joseph S., Bastianutti, Lana M. & Nunamaker, Jay F. Jr. (2017). Brainstorming électronique et taille du groupe. Academy of Management Journal. 35(2). https://doi.org/10.5465/256377
  7. Oppezo, Marily & Schwartz, Daniel L. (2014) Give your ideas some legs : L'effet positif de la marche sur la pensée créative. Journal of Experimental Psychology : Learning, Memory and Cognition. 40(4), 1142-1152. https://doi.org/10.1037/a0036577
  8. Furnham, Adrian. (2003). The Brainstorming Myth. Business Strategy Review, 11(4), 21-28. https://doi.org/10.1111/1467-8616.00154
  9. Paulus, Paul, Kohn, Nicholas & Arditti, Lauren. (2011). Effets des instructions de quantité et de qualité sur le brainstorming. The Journal of Creative Behavior. 45(1), 38-46. https://doi.org/10.1002/j.2162-6057.2011.tb01083.x
  10. Lehrer, Jonah (2012). Groupthink. The New Yorker. https://www.newyorker.com/magazine/2012/01/30/groupthink
  11. Chamorro-Premuzic, Tomas. (2015). Pourquoi le brainstorming en groupe est une perte de temps. Harvard Business Review. https://hbr.org/2015/03/why-group-brainstorming-is-a-waste-of-time
  12. Camacho, L. Mabel, & Paulus, Paul B. (1995). The role of social anxiousness in group brainstorming. Journal of Personality and Social Psychology, 68(6), 1071-1080. https://doi.org/10.1037/0022-3514.68.6.1071
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?