La boucle OODA

L'idée de base

L'information est aujourd'hui la denrée la plus recherchée - mais comme pour les autres denrées, sa valeur est révélée lorsqu'elle est utilisée comme intrant dans quelque chose d'autre.

Prenons l'exemple de votre voiture. L'essence est un intrant pour les voitures. Si la qualité des intrants que nous utilisons est importante (un carburant de qualité inférieure est moins bon pour votre moteur qu'un carburant de qualité supérieure), la qualité du cadre utilisé pour traiter l'information est tout aussi importante (une voiture haut de gamme offre un meilleur rendement énergétique qu'une voiture bas de gamme). Et cela va bien au-delà de notre technologie. Lorsque nous essayons de prendre une décision - quelle céréale acheter ou quel emploi accepter - l'information est notre entrée.

OODA Loop

Il existe de nombreux cadres de traitement de l'information, et beaucoup d'entre eux suivent une certaine forme de "cycle action-apprentissage" (CAA). Dans un ALC nérique, vous élaborez un plan, vous agissez, vous réfléchissez à cette action et vous synthétisez l'apprentissage. Les leçons tirées de ce cycle sont ensuite intégrées dans le plan du cycle suivant. L'idée d'un ALC ressemble beaucoup à la méthode scientifique qui consiste à élaborer une hypothèse, à tester cette hypothèse, à analyser les résultats du test et à rendre compte des conclusions, qui alimentent ensuite d'autres études scientifiques.

Figure 1: Action Learning Cycle & Figure 2: Scientific Method

Un traitement efficace de l'information est essentiel pour réussir dans un environnement concurrentiel. Le type d'informations utilisées dans de tels contextes décisionnels est souvent appelé "renseignement" (pensez aux renseignements militaires et aux rapports de dépistage d'avant-match dans le domaine sportif). Les environnements compétitifs sont souvent caractérisés par des "jeux à somme nulle" dans lesquels le succès d'un joueur se fait au détriment de l'échec d'un autre joueur. Par exemple, vous avez peut-être été candidat à une promotion contre votre collègue, un scénario dans lequel seul l'un d'entre vous peut réussir.

Contrairement à un exercice d'apprentissage indépendant ou à une expérience scientifique, la prise de décision dans un environnement concurrentiel est souvent soumise à l'interférence de rivaux. En d'autres termes, vous devez prendre des décisions qui vous aideront à réussir aux dépens de votre concurrent, malgré les efforts de ce dernier pour réussir à vos dépens. Il se peut que vous et votre collègue acceptiez des missions supplémentaires pour rappeler à votre patron à quel point vous êtes un travailleur acharné et généreux. Quel type de cadre de traitement de l'information peut être utilisé lorsque vous êtes engagé dans un "jeu à somme nulle" avec un adversaire ?

Un cadre de traitement de l'information pour les environnements de "jeu à somme nulle" a été développé dans les années 1970 par le colonel de l'armée de l'air américaine et stratège militaire John Boyd. Communément appelé "boucle OODA" ou "cycle de Boyd", ce cadre de traitement de l'information est souvent présenté comme un simple cycle de quatre états : Observation, Orientation, Décision et Action.

Figure 3: Simple OODA Loop

Bien que cette boucle simple soit la représentation la plus courante de la boucle OODA, le cadre tel que Boyd l'a envisagé est un processus plus nuancé et itératif, comme le montre la figure suivante :

Figure 4: Detailed OODA Loop

Figure 4 : Boucle OODA détaillée2

La deuxième représentation de la boucle OODA semble plus complexe que la première, mais l'idée de base est la même dans les deux cas. Lorsqu'il s'engage dans une compétition, un acteur compétitif doit d'abord observer son adversaire et l'environnement qui l'entoure. Prenant ses observations comme un ensemble de données et son "répertoire" de leçons tirées d'actions antérieures comme un autre ensemble de données, il doit ensuite s'orienter en réduisant l'ensemble des options stratégiques avec lesquelles il pourrait essayer de vaincre son adversaire. Après s'être orienté, il peut alors décider d'un plan d'action et le mettre en œuvre au mieux de ses capacités.Il existe deux différences majeures entre les deux représentations de la boucle OODA :

  1. La première différence est que la représentation simple est une boucle unique, alors que la version plus complexe consiste en une collection de boucles.

Boyd n'imaginait pas que les gens passaient par chaque état de la boucle OODA dans un ordre consécutif. Il a plutôt décrit un processus itératif dans lequel les informations peuvent passer par de multiples boucles de rétroaction tout au long du processus de prise de décision.

En fait, la notion de boucles OODA multiples est une caractéristique essentielle de la théorie de Boyd, car elle permet de perturber un système de traitement de l'information, comme nous le verrons dans un instant. Selon les circonstances de la compétition, un concurrent peut s'appuyer plus ou moins fortement sur différentes sources d'information circulant dans différentes boucles de rétroaction. S'il se trouve dans une situation qu'il a déjà vécue, il peut décider de s'appuyer sur le "guidage et contrôle implicite" (IG&C) de son répertoire d'expériences antérieures. En revanche, s'il se trouve dans une situation relativement peu familière, il peut s'appuyer davantage sur les nouvelles données issues de l'observation en temps réel de son adversaire et de son environnement. Ainsi, différentes boucles de rétroaction peuvent être activées dans différentes circonstances.

  1. La deuxième différence majeure entre les deux représentations de la boucle OODA est que l'état d'orientation est centralisé dans la représentation la plus complexe.

Bien que certaines configurations de boucles de rétroaction sautent les états Décision ou Action, toutes les boucles de rétroaction possibles passent par l'état Orientation. Il ne s'agit pas d'une coïncidence visuelle : Boyd pensait que l'orientation était au cœur du système de traitement de l'information. Une définition simple de l'orientation pourrait être "votre perception de la réalité". Comme le montre le schéma, Boyd considérait que l'orientation était fonction de divers facteurs, notamment la culture, l'héritage, l'expérience antérieure et les capacités psychophysiques. Dans le cadre de la boucle OODA, l'orientation d'un individu constitue le cœur du "moteur cognitif" qui alimente la boucle OODA.

Boyd pensait que la clé du succès dans les environnements concurrentiels résidait dans la capacité d'un concurrent à "opérer à l'intérieur des boucles OODA de l'adversaire". C'est essentiellement la définition de Boyd de ce que nous appelons communément "se mettre dans la tête de l'adversaire". Bien qu'il n'ait jamais décrit formellement ce que cela impliquait, il a décrit le processus comme la capacité à "observer, orienter, décider et agir plus discrètement, plus rapidement et avec plus d'irrégularité" que l'adversaire.2 Il pensait que ce type d'action produirait un effet de désorientation sur l'adversaire, perturbant ainsi l'état d'orientation de la boucle OODA de l'adversaire et empêchant l'adversaire de prendre des mesures efficaces.5

Être extrêmement subtil, jusqu'à l'absence de forme. Soyez extrêmement mystérieux, jusqu'à l'insonorisation. C'est ainsi que vous pourrez être le metteur en scène du destin de l'adversaire.


- Sun Tzu, stratège militaire et philosophe

Termes clés

Modèle mental : un cadre "raccourci" que vous utilisez pour construire un sens à partir de l'expérience.

Répertoire : la collection de modèles mentaux que vous avez accumulés tout au long de votre vie.

Observation : état dans lequel vous utilisez vos sens pour absorber de nouvelles informations.

Orientation : état dans lequel vous traitez vos observations et votre "répertoire" d'expériences pour façonner votre perception du monde.

Décision : état dans lequel vous choisissez une action parmi un ensemble d'options.

Action : état dans lequel vous mettez en œuvre un plan d'action sélectionné.

L'histoire

La boucle OODA est un cadre abstrait, mais elle trouve son origine dans l'exemple très pratique du combat des pilotes de chasse. En tant que colonel de l'US Air Force, Boyd a cherché à comprendre pourquoi ses pilotes de chasse F-86 s'étaient si bien débrouillés face aux chasseurs MiG pendant la guerre de Corée. Grâce à ses observations, Boyd a déterminé que 1) les avions F-86 offraient aux pilotes un champ de vision plus large que les avions MiG, et 2) les commandes hydrauliques de l'avion F-86 permettaient des manœuvres plus rapides que celles de l'avion MiG.1 À partir de ces deux observations techniques, Boyd a élaboré un cadre général expliquant comment les pilotes pouvaient obtenir un avantage concurrentiel sur leurs adversaires dans le contexte d'un "conflit à évolution rapide".7 Cette analyse initiale a jeté les bases de la boucle OODA, telle qu'elle est connue aujourd'hui.

Boyd a exposé ses premières réflexions sur l'observation, l'orientation, la décision et l'action dans un essai de 1976 intitulé Destruction et création. Il a ensuite partagé ces idées dans une série de présentations publiques qu'il a données pendant plusieurs années. Le concept de boucle OODA a été introduit pour la première fois dans sa présentation de 1986 intitulée Patterns of Conflict, mais sa définition la plus formelle de la boucle OODA en tant que théorie a été présentée dans sa présentation de 1995 intitulée The Essence of Winning and Losing (L'essence de la victoire et de la défaite).

Les personnes

Colonel John Boyd

Ce colonel de l'armée de l'air américaine et stratège militaire est à l'origine du concept de la boucle OODA. Ses idées ont été inspirées par les écrits de stratèges, de scientifiques et de philosophes, ainsi que par ses propres recherches sur les sources de succès dans les situations de combat aérien.

Conséquences

La théorie de la boucle OODA n'a jamais été rigoureusement testée à l'aide de méthodes scientifiques et n'a donc jamais été publiée en tant que théorie académique, mais elle a néanmoins été largement adoptée et utilisée dans le monde militaire et dans celui des affaires. La boucle OODA aurait influencé la stratégie américaine lors des deux guerres du Golfe et servi de base à un certain nombre de théories militaires liées à la prise de décision humaine, aux structures de commandement et de contrôle et à la guerre de l'information.1 Les idées de Boyd ont connu un regain de popularité après le 11 septembre, lorsque les organisations militaires et quasi-militaires ont cherché de nouvelles stratégies pour lutter contre la criminalité et le terrorisme.7

Pour élaborer sa théorie de la boucle OODA, Boyd a emprunté des idées à un large éventail de disciplines, dont la stratégie militaire, les mathématiques, la physique et la philosophie. Son approche pluridisciplinaire a sans doute contribué à la diffusion de ses idées dans un grand nombre de disciplines. Une étude réalisée en 2004 par William Angerman a exploré la diffusion et l'évolution du concept de boucle OODA dans la littérature académique. Cette étude conclut que les idées de la boucle OODA sont répandues dans les études qui relèvent de trois domaines thématiques : l'information, les systèmes et les processus. Angerman propose un cadre conceptuel pour réfléchir aux boucles OODA, qui se résume en trois idées principales :

  1. L'information est le carburant de la boucle OODA
  2. Le traitement est l'activité de la boucle OODA.
  3. Un système (par exemple un être humain ou un ordinateur) est l'hôte de la boucle OODA.

Afin de valider de manière informelle les idées de Boyd, Angerman compare la boucle OODA à la "théorie unifiée de l'information", qui est une théorie plus rigoureusement validée décrivant trois formes principales de traitement de l'information : la cognition, la communication et la coopération. Angerman constate que la boucle OODA a été utilisée dans la littérature pour décrire les trois types de traitement de l'information du système, ce qui suggère que le cadre de la boucle OODA peut, à tout le moins, fournir un cadre conceptuel pour compléter des théories plus rigoureusement validées pour comprendre le traitement de l'information du système.

La popularité de la théorie peut peut-être être attribuée à sa simplicité et à son intuitivité ; le stratège Colin Gray a déclaré que "la boucle OODA peut sembler trop humble pour mériter d'être classée dans la catégorie des grandes théories, mais... elle est d'une simplicité élégante, possède un vaste domaine d'applicabilité et contient une grande qualité d'idées sur les éléments stratégiques essentiels".3 En d'autres termes, la boucle OODA est utile parce qu'elle distille les principes fondamentaux de la stratégie concurrentielle et les présente sous une forme largement accessible.

Controverses

Malgré son influence considérable, la théorie de Boyd n'a pas été universellement acceptée. L'une des raisons en est que la boucle OODA est souvent présentée sous la forme simplifiée à l'extrême illustrée par la figure 3 ci-dessus. Jim Storr, un officier britannique, a critiqué cette interprétation simplifiée de la boucle OODA : L'observation, l'orientation et l'action sont des processus continus, et les décisions sont prises occasionnellement en conséquence. Il n'y a pas de boucle OODA. L'idée d'entrer dans le cycle de décision de l'ennemi est profondément erronée "4 Cette interprétation erronée de la boucle OODA peut s'expliquer par le fait que Boyd n'a pas consigné ses idées de manière claire et exhaustive dans un document écrit. Hormis l'essai Destruction and Creation, les seuls médias par lesquels Boyd a diffusé ses idées sont ses présentations. L'autre raison majeure pour laquelle les idées de Boyd n'ont pas eu un plus grand retentissement est qu'il critiquait ouvertement l'armée américaine. Cela a pu conduire certains militaires à rejeter ses idées sur la base de divergences personnelles plutôt que sur le mérite des idées.6

Dans son article de 2016 intitulé Tightening the OODA Loop : Police Militarization, Race, and Algorithmic Surveillance, Jeffrey Vagle suggère que la théorie de la boucle OODA a inspiré la révolution des stratégies de surveillance et de maintien de l'ordre centrées sur l'information. Lorsqu'elle est alimentée par des informations fondées sur la race ou la classe, la boucle OODA peut renforcer les préjugés dans les systèmes de décision automatisés fondés sur des pratiques de "police prédictive". Le risque d'accumulation de préjugés par le biais de boucles de rétroaction renforcées dans les systèmes de traitement de l'information n'est pas propre à la boucle OODA. Toutefois, les conséquences d'un biais dans une boucle OODA appliquée dans un contexte militarisé peuvent être relativement plus graves que les conséquences d'un biais dans un contexte moins conflictuel.

Conclusion

Bien qu'elle n'ait jamais été formellement introduite dans la littérature académique en tant que théorie autonome, la boucle OODA reste une idée influente dans une série de disciplines liées aux systèmes de traitement de l'information. Elle a été particulièrement influente dans la conception de structures de surveillance, de commandement et de contrôle centrées sur l'information dans des contextes militaires et quasi-militaires. Elle fournit un cadre utile pour la conception de stratégies visant à vaincre les adversaires dans des environnements concurrentiels. La théorie est souvent mal comprise parce qu'elle est souvent présentée de manière trop simplifiée. Cependant, dans sa forme complète, la théorie peut compléter des théories plus rigoureusement validées pour modéliser la prise de décision dans des environnements concurrentiels.

Sources d'information

  1. Angerman, W. (2004). Coming Full Circle with Boyd's OODA Loop Ideas : An Analysis of Innovation Diffusion and Evolution. Thèses et mémoires. 4085. https://scholar.afit.edu/etd/4085?utm_source=scholar.afit.edu%2Fetd%2F4085&utm_medium=PDF&utm_campaign=PDFCoverPages
  2. Boyd, J.R. (1995). The Essence of Winning and Losing. https://cdn.white.is/KB/boyd/boyd-the-essence-of-winning-and-losing-slides-richards-spinney.pdf
  3. Gray, C.S. (1999). Modern Strategy (New York : Oxford University Press), 91.
  4. Osinga, F.P.B. (2005). Science, stratégie et guerre : La théorie stratégique de John Boyd. (Thèse de doctorat). Delft (Pays-Bas) : Eburon Academic Publishers.
  5. Richards, C. (2020). La boucle OODA de Boyd. Necesse 2020, Vol 5, Issue 1, 142-165. https://fhs.brage.unit.no/fhs-xmlui/bitstream/handle/11250/2683228/Boyds%20OODA%20Loop%20Necesse%20vol%205%20nr%201.pdf?sequence=1&isAllowed=y
  6. Rule, J.N. (2013). Une relation symbiotique : La boucle OODA, l'intuition et la pensée stratégique. United States Army War College. https://scrummaster.dk/lib/AgileLeanLibrary/Topics/OODALoop/OODAASymbioticRelationship.pdf
  7. Vagle, J.L. (2016). Tightening the OODA Loop : Police Militarization, Race, and Algorithmic Surveillance, 22 MICH. J. RACE & L. 101. https://repository.law.umich.edu/mjrl/vol22/iss1/4?utm_source=repository.law.umich.edu%2Fmjrl%2Fvol22%2Fiss1%2F4&utm_medium=PDF&utm_campaign=PDFCoverPages
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?