Perspective comportementale

L'idée de base

De nombreux philosophes, scientifiques et biologistes ont longtemps cherché à répondre à une question simple : Qu'est-ce qui motive les êtres humains ? Qu'est-ce qui peut expliquer nos décisions, nos actions et notre comportement ? Selon la perspective comportementale, la façon dont nous nous comportons et apprenons peut être expliquée par nos interactions avec l'environnement. Nos actions sont toujours des réponses à des stimuli, qui se produisent soit naturellement, soit en raison d'une réponse apprise.1

La perspective comportementale appartient à une école de pensée connue sous le nom de behaviorisme ou théorie comportementale. La théorie comportementale est l'analyse globale du comportement humain axée sur l'examen de l'environnement d'une personne et des associations apprises. Le béhaviorisme suggère que tout comportement est acquis par conditionnement et peut donc être observé sans tenir compte des pensées ou des sentiments. Puisque tout comportement n'est qu'une réponse, le béhaviorisme suggère également que n'importe qui peut apprendre à effectuer n'importe quelle action avec le bon conditionnement. Au lieu d'attribuer les talents, les compétences ou les comportements à la génétique, à la personnalité ou à la cognition, les béhavioristes pensent qu'ils sont simplement le produit du conditionnement.2

Donnez-moi une douzaine d'enfants en bonne santé, bien formés, et mon propre monde spécifique pour les élever, et je garantirai de prendre n'importe lequel au hasard et de le former pour qu'il devienne n'importe quel type de spécialiste que je pourrais choisir - médecin, avocat, chef de marchand, et oui, même mendiant et voleur - sans tenir compte de ses talents, penchants, tendances, capacités, vocations, et de la race de ses ancêtres.


- John B. Watson dans son article "Les psychologues vus par les béhavioristes "2

La théorie au service de la pratique

TDL est un cabinet de recherche appliquée. Dans notre travail, nous tirons parti des connaissances de divers domaines - de la psychologie et de l'économie à l'apprentissage automatique et à la science des données comportementales - pour sculpter des solutions ciblées à des problèmes nuancés.

Nos services de conseil

Termes clés

Stimulus : Tout ce qui se produit dans l'environnement et qui fait réagir un individu.

Réponse : Bien que nous considérions généralement une réponse comme une action physique, les réponses peuvent également être verbales ou écrites. Tant que le comportement ou l'action est observable et qu'il s'agit d'une réaction à un stimulus, il s'agit d'une réponse.

Pulsion non apprise : Une tendance naturelle de l'être humain à manger, boire, dormir ou avoir des relations sexuelles, qui influence les décisions et le comportement.

Conduite apprise : Comportement particulier que l'on apprend à un individu à adopter.

Conditionnement classique : Technique d'apprentissage qui associe un stimulus naturel à un stimulus choisi afin d'apprendre à un individu à réagir de la même manière au stimulus choisi qu'au stimulus naturel.2

Conditionnement opérant : Technique d'apprentissage qui utilise des renforcements positifs et négatifs (récompenses ou punitions) pour apprendre à un individu à continuer ou à cesser certains comportements.

Incitation : Tenter d'inciter quelqu'un à faire quelque chose, ou le rendre plus attrayant, en lui promettant une récompense par la suite.

L'histoire

La théorie comportementale a été établie lorsque le psychologue comportementaliste John B. Watson a publié son article "Psychology as the Behaviorists View It" en 1913.2 Dans cet article, Watson suggère que les gens commencent leur vie comme des ardoises vierges et qu'ils peuvent être conditionnés ou éduqués pour se comporter de n'importe quelle manière.

Alors que Watson est souvent considéré comme le père de la perspective comportementale, Ivan Pavlov est le fondateur du conditionnement classique. La célèbre expérience de Pavlov est connue familièrement sous le nom de "chiens de Pavlov" et a été découverte accidentellement en 1897 alors que l'on essayait de mesurer la quantité de salive produite par les chiens. Le laborantin de Pavlov donnait aux chiens un bol de nourriture, ce qui les faisait saliver. Il a constaté qu'au bout d'un certain temps, les chiens salivaient lorsqu'ils voyaient le laborantin, qu'il leur apporte ou non de la nourriture. La réaction naturelle de salivation en présence de nourriture a été associée à un stimulus différent, l'assistant de laboratoire. Cette étude, qui a démontré le conditionnement classique, a contribué à jeter les bases de la perspective comportementale, car elle a montré qu'un comportement peut être entraîné.4

Sept ans après la publication de son article, Watson a également mené la tristement célèbre expérience du petit Albert. Aujourd'hui, cette expérience serait considérée comme contraire à l'éthique, mais les politiques et les lignes directrices relatives aux expériences psychologiques étaient moins nombreuses dans les années 1920. Dans l'expérience du petit Albert, Watson et son étudiante diplômée Rosalie Rayner voulaient voir si le conditionnement classique fonctionnait également chez l'homme, puisque Pavlov avait montré qu'il fonctionnait chez les chiens. Ils ont testé la théorie sur un bébé, Albert. Watson et Rayner ont montré au petit Albert des stimuli neutres, notamment un rat blanc, un lapin et un singe. Au début, Albert n'a réagi à aucun stimulus d'une manière indiquant qu'il avait peur. Cependant, Albert fondait en larmes lorsqu'un marteau était frappé contre une barre d'acier derrière sa tête. Watson et Rayner ont décidé de frapper la barre d'acier au moment où l'on montrait le rat blanc à Albert. Cette opération a été répétée plusieurs fois, au cours de deux séances espacées d'une semaine. À ce moment-là, Albert a appris à pleurer lorsqu'on lui présentait le rat blanc parce qu'il avait appris la réaction de peur en associant le rat à un bruit fort.5

Dans le sillage de Watson, entre 1920 et le milieu des années 1950, la perspective comportementale a continué à se développer jusqu'à devenir la théorie dominante de la motivation, en partie parce que la psychologie tentait de s'imposer comme une science objective et mesurable. La perspective comportementale suggérant que les caractéristiques internes n'ont aucune influence sur les actions ou les émotions, elle a permis d'objectiver et de mesurer les stimuli externes.2

Les personnes

Edward Thorndike

Thorndike est surtout connu pour ses travaux sur la théorie de l'apprentissage, dont B.F. Skinner s'est inspiré pour théoriser le conditionnement opérant chez l'homme. Thorndike a développé la "loi de l'effet", qui stipule que des réponses satisfaisantes dans une situation particulière ont plus de chances de se reproduire dans la même situation. Thorndike a étudié la théorie de l'apprentissage avec des chats qui tentaient de sortir d'une boîte en utilisant différentes méthodes. Il a constaté que ceux qui avaient remarqué un levier qui leur permettait de sortir de la boîte appuyaient à nouveau sur le levier lorsqu'on les remettait dans la boîte. Cette expérience a servi de base au conditionnement opérant.6

Burrhus Frederic (B.F.) Skinner

Skinner est une figure fondatrice de la perspective comportementale. Skinner pensait que le conditionnement classique était une explication trop simpliste de l'ensemble du comportement humain et s'intéressait non seulement à la cause d'une action, mais aussi à ses conséquences. Il a constaté que les comportements renforcés par des récompenses ont tendance à se répéter, tandis que les comportements qui ne sont pas renforcés ou qui entraînent une punition ont tendance à disparaître. Il a appelé ce type de conditionnement le conditionnement opérant.7

Clark Hull

Hull pensait que le comportement humain pouvait être expliqué par le conditionnement et le renforcement. Sa théorie repose sur le concept d'homéostasie : il suggère que la motivation humaine résulte d'un besoin biologique. Lorsqu'ils ont soif, qu'ils ont faim ou qu'ils sont fatigués, les individus ressentent une "pulsion", définie comme une tension ou une excitation, qui les pousse à se comporter de manière à réduire cette pulsion.8 Hull a publié ces théories dans Principles of Behavior (Principes du comportement) en 1943.

Kenneth Spence

Spence a été l'élève de Hull et l'a aidé à développer ses idées sur l'apprentissage et la conduite. Il a poussé plus loin les idées sur le conditionnement opérant en suggérant qu'une réponse est en fait influencée par la taille ou la valeur d'une récompense. Par exemple, si de l'argent est utilisé comme incitation, la quantité d'argent aura un impact sur la probabilité qu'une personne présente la réponse souhaitée. Spence a ainsi suggéré que les performances dépendent du renforcement, ainsi que des incitations motivationnelles.3

Conséquences

La popularité croissante de la perspective comportementale a entraîné une nouvelle compréhension de la psychologie. Si le comportement pouvait être observé et mesuré, la psychologie était plus proche de la science qu'on ne le pensait auparavant. Watson écrit dans son article que "la psychologie telle que la conçoit le behavioriste est une branche expérimentale purement objective des sciences naturelles "9.

L'adoption de la perspective comportementale au début du 20e siècle a modifié non seulement la manière d'expliquer le comportement, mais aussi le type de comportement étudié. Seul ce qui était observable était considéré comme important par l'école de pensée behavioriste, ce qui signifiait que les émotions, les biais cognitifs ou d'autres événements internes étaient ignorés.

Le fait que la perspective comportementale étudie des actions objectives et mesurables signifie qu'elle est capable de formuler des prédictions claires sur le comportement. Un grand nombre d'études soutiennent cette perspective parce qu'il est facile de reproduire l'environnement stimulus-réponse en laboratoire. Ses conclusions peuvent également avoir des implications positives dans un certain nombre de domaines. Par exemple, dans le domaine de l'éducation, la compréhension du conditionnement opérant et du renforcement positif peut aider à intéresser les étudiants à la matière et à les motiver à travailler dur. Dans le domaine de la psychothérapie, le conditionnement classique peut être utilisé pour aider les clients phobiques à se débarrasser de leur peur en associant les objets redoutés à des stimuli plus neutres ou positifs. Le béhaviorisme fournit également des indications sur la formation des habitudes et suggère que les mauvaises habitudes peuvent être rompues et que de bonnes habitudes peuvent être développées puisque tout comportement est appris. La perspective comportementale soutient le côté nourricier du débat "nature contre nourricier", car elle attribue tous les comportements complexes à nos réponses à l'environnement.

Controverses

Comme la perspective comportementale suggère que notre comportement (et donc ce que nous sommes) dépend de l'apprentissage et du conditionnement, ses détracteurs affirment qu'elle nie le libre arbitre. Au lieu d'être des agents actifs dans nos processus de prise de décision, les behavioristes affirment que nous répondons simplement aux stimuli. Ce point de vue semble réduire des êtres humains complexes à des entités machinales. C'est pourquoi l'approche psychodynamique, développée par Sigmund Freud, reproche à la perspective comportementale de ne pas prendre en compte les influences inconscientes. En outre, Freud a critiqué la perspective comportementale parce qu'elle considère les nouveau-nés comme des ardoises vierges qui peuvent être conditionnées pour se comporter de n'importe quelle manière.9

En outre, l'une des principales critiques formulées à l'encontre de la perspective comportementale est qu'elle est réductionniste. Elle suggère que tout peut être expliqué par la relation stimulus-réponse et ignore ce qui ne peut être observé, comme les émotions, les pensées internes ou les biais cognitifs. Suggérer que tous les comportements peuvent facilement être attribués à une réponse de notre environnement revient à ignorer de nombreuses facettes de notre humanité. Les différences individuelles sont expliquées comme de simples différences de conditionnement et non comme le résultat de personnalités différentes.9

La croyance en la perspective comportementale a également conduit à certaines applications contraires à l'éthique. La thérapie cognitivo-comportementale, branche de la psychothérapie associée au behaviorisme, tente de modifier les schémas de pensée. Si elle peut être utile pour aider les personnes à gérer l'anxiété, la dépression ou les pensées inadaptées ou intrusives, elle est aussi historiquement utilisée dans la thérapie de conversion, qui tente de convertir la sexualité d'une personne de gay à hétérosexuelle.

Un certain nombre d'autres perspectives contredisent la perspective comportementale, à savoir

  • La perspective biologique, qui a gagné en importance grâce aux progrès scientifiques, nous a permis de "voir" ce qui se passe à l'intérieur. La perspective biologique affirme que tout comportement a une cause physique ou organique. Si notre biologie peut être façonnée par l'environnement, la perspective biologique estime que nos actions peuvent être expliquées en grande partie par ce qui se passe à l'intérieur de notre corps.9
  • La perspective cognitive rejette la perspective biologique parce qu'elle estime que cette dernière réduit les êtres humains à leurs instincts biologiques. La perspective cognitive suggère au contraire que les humains sont des processeurs d'information : lorsque nous sommes exposés à des stimuli, nous accédons aux informations que nous avons stockées dans notre esprit pour former une réponse appropriée. Si la perspective cognitive présente certaines similitudes avec la perspective comportementale, elle s'intéresse davantage à des éléments non observables tels que la mémoire et la prise de décision.1
  • La perspective interculturelle, qui est relativement récente, suggère que le comportement est guidé par des influences culturelles. Elle est souvent utilisée pour décrire un comportement qui semble étrange à certaines personnes, mais qui est en fait le produit des normes et des coutumes d'une culture différente.1

Étant donné la multiplicité des perspectives, il est difficile de suggérer que tous les comportements peuvent être expliqués uniquement par l'apprentissage et le conditionnement. Si certaines actions sont certainement renforcées ou diminuées par le conditionnement, d'autres facteurs tels que la génétique, les cultures, les pensées, les sentiments et les environnements jouent certainement un rôle dans le comportement humain.

Études de cas

La perspective comportementale et l'autisme

La perspective comportementale a contribué à façonner la thérapie et les techniques de traitement telles que l'analyse comportementale appliquée (ABA). L'ABA aide les enfants à apprendre de nouveaux comportements ou à réduire les comportements problématiques et peut être particulièrement utile lorsqu'elle est appliquée aux enfants autistes ou présentant des retards de développement.10

Les enfants autistes ont des besoins divers et variés, dont l'un des plus courants est l'aide à l'acquisition de compétences sociales. Il leur est difficile de contrôler les stimuli, et ils peuvent donc bénéficier d'un conditionnement pour apprendre les réponses appropriées aux stimuli. Grâce à une technique appelée "discrete child training", qui décompose les tâches en éléments individuels, les thérapeutes ABA peuvent provoquer un comportement souhaité, comme poser une question polie, puis le renforcer par l'utilisation d'une récompense. De cette manière, les thérapeutes ABA conditionnent leurs clients à se comporter de manière socialement acceptable. Bien que l'ABA existe depuis un certain temps, elle a fait l'objet de critiques virulentes de la part de la communauté autiste, qui qualifie souvent ses méthodes de dures et de réductrices. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Styles d'attachement et relations

Vous avez peut-être entendu parler des quatre styles d'attachement de l'enfant : sécurisé, évitant, anxieux et désorganisé.13 Selon la perspective comportementale, les expériences vécues pendant l'enfance déterminent nos styles d'attachement, qui influencent la façon dont nous recherchons et gérons les relations à l'âge adulte.

Lorsqu'un enfant développe un style d'attachement sécurisant, il a plus de chances de devenir un adulte autonome. Les enfants qui présentent un style d'attachement évitant sont susceptibles d'être dédaigneux vis-à-vis des émotions et des attentes de leur partenaire. Ceux qui présentent un style d'attachement anxieux pendant l'enfance sont susceptibles d'être dans le besoin et peu sûrs d'eux dans leurs relations amoureuses à l'âge adulte. Enfin, ceux qui ont un style d'attachement désorganisé peuvent avoir du mal à tolérer la proximité émotionnelle et l'intimité avec un partenaire à l'âge adulte.13

La croyance selon laquelle il existe un modèle chronique de comportements relationnels résultant des expériences d'attachement vécues dans l'enfance s'inscrit dans la perspective comportementale, car elle suggère que les expériences antérieures conditionnent les personnes à répondre aux autres de manière particulière.14

Contenu connexe de TDL

Bruit de téléphone portable fantôme : Une perspective comportementale

Les téléphones portables faisant partie du tissu social moderne, cet article examine si l'utilisation excessive de la technologie peut être considérée comme une dépendance. Les addictions rendent les gens hypersensibles aux signaux liés aux récompenses qu'ils recherchent. Cet article présente une perspective comportementale qui pourrait expliquer pourquoi nous pensons que notre téléphone a sonné ou envoyé un message alors que ce n'est pas le cas.

La science de la récompense

L'apprentissage par renforcement est l'un des principaux enseignements de la perspective comportementale. Dans cet article, nous nous efforçons de comprendre quels types d'incitations motivent les comportements et pourquoi. En particulier, nous répondons à la question suivante : l'argent est-il une incitation efficace pour les employés ?

Sources d'information

  1. Finkelstein, M. (2019, 1er juillet). Qu'est-ce que la perspective comportementale ? Comprendre la relation entre le stimulus, la réponse et le comportement. BetterHelp. https://www.betterhelp.com/advice/behavior/what-is-the-behavioral-perspective-understanding-the-relationship-between-stimulus-response-and-behavior/
  2. Cherry, K. (2019, 24 septembre). Histoire et concepts clés de la psychologie comportementale. Verywell Mind. https://www.verywellmind.com/behavioral-psychology-4157183#
  3. Perspective comportementale : AP® Psychology Crash Course. (2020, 23 juillet). Albert Resources. https://www.albert.io/blog/behavioral-perspective-ap-psychology-crash-course
  4. Université de Husson. (2018, 1er juin). Théories du comportement du consommateur : La théorie pavlovienne. https://online.husson.edu/consumer-behavior-pavlovian-theory/
  5. McLeod, S. (2020). L'expérience du petit Albert. Simply Psychology. https://www.simplypsychology.org/little-albert.html
  6. McLeod, S. (2018). Edward Thorndike : la loi de l'effet. Simply Psychology. https://www.simplypsychology.org/edward-thorndike.html
  7. McLeod, S. (2007, 5 février). B.F. Skinner - Conditionnement opérant. Simply Psychology. https://www.simplypsychology.org/operant-conditioning.html
  8. Cherry, K. (2020, 17 septembre). Théorie de la réduction de la conduite et comportement humain. Verywell Mind. https://www.verywellmind.com/drive-reduction-theory-2795381
  9. McLeod, S. (2007, 5 février). Approche comportementale. Simply Psychology. https://www.simplypsychology.org/behaviorism.html
  10. Cherry, K. (2020, 3 février). L'analyse du comportement en psychologie. Verywell Mind. https://www.verywellmind.com/what-is-behavior-analysis-2794865
  11. Hixson, M. D., Wilson, J. L., Doty, S. J. et Vladescu, J. C. (2008). A review of the behavioral theories of autism and evidence for an environmental etiology (Examen des théories comportementales de l'autisme et des preuves d'une étiologie environnementale). The Journal of Speech and Language Pathology - Applied Behavior Analysis, 3(1), 46-59. https://doi.org/10.1037/h0100232
  12. Welch, C. D. et Polatajko, H. J. (2016). L'analyse appliquée du comportement, l'autisme et l'ergothérapie : A search for understanding. American Journal of Occupational Therapy, 70(4), 7004360020p1. https://doi.org/10.5014/ajot.2016.018689
  13. Levy, T. (2017, 25 mai). Quatre styles d'attachement chez l'adulte. Centre de psychothérapie Evergreen. https://www.evergreenpsychotherapycenter.com/styles-adult-attachment/
  14. Mikulincer, M. et Shaver, P. R. (2006). A Behavioral Systems Approach to Romantic Love Relationships : Attachment, Caregiving, and Sex. Dans R. J. Sternberg & K. Weis (Eds.), The New Psychology of Love (pp. 259-279). Yale University Press.
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?