Comment la messagerie juridique a permis d'augmenter de 15 % le respect de la redevance TV et radio

Intervention · Droit

Résumé

L'augmentation des taux de criminalité conduit généralement à une surveillance accrue et à des lois punitives plus sévères afin d'accroître le respect de la loi. Ces mesures reposent sur l'idée qu'avant de commettre un délit, l'individu rationnel évalue les coûts et les avantages de ses actes et peut être dissuadé si les coûts l'emportent sur les avantages. L'une des limites de cette approche est que nous n'agissons pas toujours de manière rationnelle, en particulier lorsque nous décidons de commettre des délits.

Cette intervention a testé si les motivations comportementales pouvaient être utilisées pour réduire l'évasion de la redevance TV et radio en Autriche. Une expérience de terrain naturelle à grande échelle a été menée pour comparer l'efficacité d'une menace légale, d'un appel moral et d'informations sociales pour augmenter les niveaux de conformité. L'intervention a révélé qu'une menace légale soulignant un risque élevé de détection était efficace pour améliorer la conformité, alors que l'utilisation de l'attrait moral et de l'information sociale ne l'était pas.1

Note = 5/5 (Forte validité externe ; processus de recherche solide)

Comment les messages juridiques, moraux et sociaux influencent les taux de conformité des frais
Condition
Résultats
Aucune lettre (groupe de contrôle) 0,8 % d'augmentation de la conformité
Menace juridique 15% d'augmentation de la conformité 15% d'augmentation de la conformité
Appel moral Aucun effet constaté par rapport au contrôle Aucun effet constaté par rapport au contrôle
Information sociale Pas d'effet constaté par rapport au contrôle Pas d'effet constaté par rapport au contrôle

Concepts clés

Expérience naturelle sur le terrain : étude qui évalue de manière discrète les effets de traitements réalistes sur des sujets dans un environnement réel.

Attrait moral : messages qui font appel au sens moral d'une personne.

Hypothèse de dissuasion : hypothèse selon laquelle la criminalité peut être dissuadée en ajustant la sévérité et la probabilité de la sanction par une application plus stricte de la loi.

Le problème

La conformité peut être due à des menaces juridiques et/ou à des normes sociales.

Dans la plupart des systèmes juridiques, l'approche générale visant à assurer le respect de la loi suit l'hypothèse de la dissuasion, c'est-à-dire l'idée que les individus éviteront rationnellement d'enfreindre la loi pour éviter des mesures punitives sévères. Il est toutefois difficile de déterminer dans quelle mesure la dissuasion de l'activité criminelle est assurée par des lois formelles ou par des dynamiques sociales informelles.2 Par exemple, il se peut que vous ne souhaitiez pas braquer une banque pour éviter la prison, mais aussi pour des raisons morales (il s'agit de l'argent durement gagné par quelqu'un d'autre) ou sociales (vos parents seraient très déçus par votre comportement). La réponse à ce problème n'est pas claire, car les recherches sur les stratégies de répression qui utilisent à la fois des motifs comportementaux et des menaces de dissuasion sont limitées.

Les sanctions formelles peuvent être difficiles à appliquer

Le recours à des sanctions formelles pour améliorer le respect des règles peut être particulièrement difficile à mettre en œuvre lorsqu'il s'agit de l'utilisation de biens publics. Par exemple, la plupart des émissions de radio et de télévision dans le monde sont librement accessibles et sont souvent financées par des redevances télévisuelles et radiophoniques payées par les consommateurs. Comme les gens peuvent toujours utiliser les biens sans payer la redevance, un problème d'application se pose. L'Autriche dispose d'un système de redevance dans lequel les ménages doivent déclarer qu'ils possèdent un téléviseur ou une radio et payer la redevance. Si un fraudeur est détecté, il est passible d'une forte amende. Bien que les Autrichiens soient conscients des sanctions légales associées à l'évasion de la redevance, environ 6 % de la population ne s'y soumet pas. Les connaissances comportementales, associées aux sanctions légales, peuvent-elles inciter les 5 % restants à se conformer à la loi ?

Conception

Une expérience naturelle sur le terrain

Avec un échantillon de 50 498 fraudeurs potentiels en Autriche, les chercheurs ont mené une expérience de terrain naturelle à grande échelle. Pour commencer, 95 % de l'échantillon a été réparti au hasard pour recevoir l'une des trois lettres du "Fee Information Service" (l'organisme autrichien chargé de la collecte et de l'application de la redevance). Le texte de chaque lettre variait en fonction du traitement :

  1. Menace juridique : elle met l'accent sur le risque élevé de détection, les périls juridiques et les conséquences financières de la non-conformité. Si le risque juridique objectif reste le même dans tous les traitements, cette condition le met en exergue.
  2. Appel moral : appel à la morale du sujet en soulignant que le non-respect de la loi serait injuste pour les ménages honnêtes.
  3. Information sociale : a mis en évidence la norme de conformité en révélant que 94 % de la population se conforme généralement à la loi.

Chaque lettre comprenait également un formulaire de réponse et une enveloppe préaffranchie. Un groupe de 5 % de la population, sélectionné au hasard, a été utilisé comme groupe de contrôle et n'a pas reçu de courrier. Les effets des traitements ont été évalués en comparant les réponses des 95 % qui ont reçu des courriers au groupe de contrôle et au traitement de base (le comportement avant l'intervention).

Enquête pour évaluer la perception

Étant donné que les sanctions légales réelles sont restées constantes, tout changement de comportement peut être attribué aux perceptions subjectives des bénéficiaires quant à l'évasion des taxes. Pour l'évaluer, une enquête de suivi a été menée auprès d'un échantillon différent. On a montré aux participants les lettres utilisées dans l'expérience sur le terrain et on leur a demandé de faire part de leur perception du risque d'être pris, de la sanction et des conséquences sociales potentielles.

Le cadre MINDSPACE

Le cadre MINDSPACE décrit neuf forces qui régissent le comportement humain et qui peuvent être utilisées pour optimiser les interventions des pouvoirs publics : Le messager, les incitations, les normes, les défauts, la saillance, l'amorçage, l'affect, les engagements et l'ego.

Dans cet exemple, les éléments MINDSPACE utilisés comprennent le messager (qui communique l'information), les incitations (ce qui motive le comportement), les normes (influences environnementales sur le comportement) et les défauts (notre tendance à nous en tenir au statu quo). L'ensemble de ces éléments permettra aux chercheurs de mieux comprendre le comportement des fraudeurs et de mettre en place des interventions visant à améliorer le respect de la loi.

Les incitations et les défaillances ont été identifiées comme étant deux forces susceptibles de façonner le comportement de conformité. Les chercheurs prennent en compte les incitations en examinant la manière dont les gens évaluent les coûts et les avantages de se soustraire aux redevances. La charge monétaire imposée en cas de non-respect est supposée dissuader les gens de se soustraire à la redevance. Ils reconnaissent également que la diffusion par défaut de services gratuits signifie que les gens sont plus susceptibles de maintenir le statu quo et de ne pas payer à moins d'y être incités.

Le messager et les normes ont été identifiés comme deux forces susceptibles de modifier les comportements. En envoyant des lettres aux fraudeurs par l'intermédiaire d'une organisation officielle, au lieu d'un canal moins formel tel que les campagnes médiatiques, l'intervention fait appel à un messager ayant de l'autorité. Cette intervention fait également appel aux normes en révélant aux sujets le taux de conformité global.

Résultats et application

Les menaces juridiques sont les plus efficaces

Dans le groupe "menace légale", la proportion de personnes ayant commencé à se conformer à la loi a augmenté de 15 % par rapport à la situation de référence. L'enquête a révélé que cela était dû à une meilleure prise de conscience des coûts liés au non-respect de la loi. Cela indique que les individus ajustent rationnellement leur comportement de conformité à leur perception des conséquences juridiques. Cette constatation constitue une preuve solide en faveur de l'hypothèse de la dissuasion.

La persuasion morale et les normes sociales n'augmentent pas le respect des règles.

L'appel à l'aspect moral n'a pas eu d'effet sur le respect des règles. Cela peut s'expliquer par le fait que l'expérience n'a porté que sur un échantillon de personnes qui ne payaient déjà pas la redevance et qui sont donc susceptibles de suivre des normes antisociales.3 Pour qu'un appel moral fonctionne, ces personnes doivent d'abord avoir intériorisé des normes interdisant d'enfreindre la loi.4 L'intervention suggère donc que rendre un concept moral plus saillant est inefficace lorsqu'on essaie d'accroître le respect de la loi parmi ceux qui s'en écartent activement.

La lettre qui révélait le taux de conformité réel (94 %) n'a pas non plus augmenté le taux de conformité global, mais a eu des effets variables en fonction du taux de fraude. Dans les municipalités où la fraude à la redevance était courante, cette information sociale a augmenté le taux de conformité. En revanche, elle l'a diminué dans les municipalités où la fraude était rare. Cela montre que les gens ajustent leur conformité en fonction de la conformité perçue par les autres, dans le but de se conformer à la norme sociale. Le principal enseignement que l'on peut en tirer est que, lorsqu'ils utilisent des motifs comportementaux comme outils d'application de la loi, les décideurs politiques doivent examiner attentivement si la population a une croyance préalable commune et contradictoire. Si cette croyance diffère de l'intention de l'intervention, celle-ci risque d'être annulée et ne produira donc pas les changements de comportement souhaités.

Perceptions subjectives, comportement et résultats politiques

L'enquête a révélé que les lettres avaient un fort effet d'alerte et une augmentation significative du risque de détection perçu. Cette alerte, ainsi que la réduction de l'effort nécessaire pour s'inscrire (puisque chaque lettre contenait un formulaire de réponse), peut avoir entraîné une augmentation notable du taux de conformité dans le groupe ayant reçu la lettre par rapport au groupe n'ayant pas reçu la lettre.

Industrie
Application
Services financiers L'évasion fiscale est un problème majeur qui limite les résultats positifs d'un système d'avantages fiscaux. Une méthode fondée sur l'hypothèse de la dissuasion pourrait être utilisée pour mieux appliquer le système, ce qui permettrait d'améliorer la conformité fiscale volontaire.
Politique publique Cette intervention fournit des preuves solides que les menaces juridiques n'ont pas d'effets négatifs sur les personnes qui respectent la loi, mais que l'incorporation de motifs comportementaux peut en avoir. Ainsi, les décideurs politiques peuvent utiliser avec plus d'assurance l'hypothèse de la dissuasion que les motivations comportementales pour accroître le respect de la loi.
Éducation La tricherie parmi les lycéens et les étudiants est omniprésente, ce qui peut avoir un impact négatif sur les résultats d'apprentissage et conduire à des comportements futurs contraires à l'éthique.⁵ Au lieu de faire appel à la moralité et aux normes d'honnêteté, l'utilisation de l'hypothèse de dissuasion peut être plus efficace pour atténuer la tricherie.

L'éthique

  • Elle apporte un éclairage nouveau sur les limites de l'utilisation des normes et des appels moraux dans les stratégies d'application de la loi.
  • Elle apporte un soutien solide à l'hypothèse de la dissuasion.
  • En tant qu'expérience de terrain naturelle à grande échelle, l'intervention fournit des informations très fiables pour les interventions dans le monde réel.
. . .

Tr>

Dimension
Verdict
Commentaires
Bien-être

L'intervention améliore-t-elle de manière démontrable la vie des personnes concernées ?
Positif
Augmente la proportion des services utilisés qui sont payés. 
L'intervention respecte-t-elle la vie privée (y compris la confidentialité de l'identité) des personnes qu'elle affecte ?
Positif
Les chercheurs n'ont pas eu accès aux informations personnelles  du sujet.
L'intervention dispose-t-elle d'un plan de contrôle de la sécurité, de l'efficacité et de la validité de l'intervention ?
Mesure à prendre
L'intervention ne s'est concentrée que sur les réponses reçues dans les 50 premiers jours suivant l'envoi des courriers, ce qui en limite la validité. 
Autonomie

L'intervention respecte-t-elle un degré raisonnable de consentement?
Mesure à prendre
Les sujets n'étaient pas au courant de l'intervention.
L'intervention respecte-t-elle la capacité des personnes concernées à prendre leurs propres décisions ?
Positif
Les sujets étaient toujours libres de décider s'ils voulaient se conformer. 
L'intervention augmente-t-elle le nombre de choix disponibles pour ceux qu'elle affecte ?
Information insuffisante/Non applicable
L'intervention n'augmente pas le nombre de choix disponibles.
Equité

L'intervention reconnaît-elle les perspectives, les intérêts et les préférences de toutes les personnes qu'elle affecte, y compris les groupes traditionnellement marginalisés ?
Mesure à prendre
Il n'est fait aucune mention des perspectives, intérêts ou préférences de groupes spécifiques. En raison de l'application directe de cette intervention aux forces de l'ordre, il est essentiel de reconnaître ces perspectives.
Les participants sont-ils diversifiés ?
Information insuffisante/Non applicable
Il n'y a aucune mention des caractéristiques démographiques des participants.
L'intervention contribue-t-elle à assurer une distribution juste et équitable de l'aide sociale ?
Positif
En réduisant le nombre de personnes qui évitent les frais, l'intervention favorise une société plus honnête. 

Contenu connexe de TDL

Comment les normes sociales compliquent la recherche comportementale

Notre comportement est fortement influencé par les normes sociales que nous suivons souvent implicitement. Si l'utilisation de ces normes sociales pour changer le comportement des gens peut être puissante, il est souvent difficile de cartographier et de prédire avec précision ces dynamiques sociales variables. Cet article explore les difficultés associées à de telles interventions et propose des solutions pour les atténuer.

Peut-on concevoir un environnement qui facilite l'honnêteté ?

Il ne fait aucun doute que notre environnement peut influencer notre prise de décision. Outre les éléments observés dans cette intervention, le désordre dans notre environnement peut également brouiller nos processus de raisonnement concernant les normes et l'application de la loi. Comprendre ce qui cause ce désordre dans l'environnement, ainsi que la dynamique derrière la façon dont il influence le comportement, pourrait fournir des indications clés sur la façon de réduire le comportement de transgression des règles. Cet article présente une série d'expériences menées pour vérifier si le désordre visuel affecte les comportements de tricherie.

Sources

  1. Fellner, G., Sausgruber, R., & Traxler, C. (2009). Testing Enforcement Strategies in the Field: Legal Threat, Moral Appeal and Social Information. Journal of the European Economic Association, 11(3). https://doi.org/10.2139/ssrn.1468344
  2. Dills, A., Miron, J., & Summers, G. (2008). What do economists know about crime? https://doi.org/10.3386/w13759
  3. Yale University, T., & Kahan, D. (2004). Updating the Study of Punishment. Stanford Law Review, 56(5). https://doi.org/10.2307/40040176
  4. Pruckner, G. J., & Sausgruber, R. (2008). Honesty on the streets - A natural Field experiment on newspaper purchasing. SSRN Electronic Journal, 11(3). https://doi.org/10.2139/ssrn.1277208
  5. Graves, S. M. (2008). Student Cheating Habits: A Predictor Of Workplace Deviance. Journal of Diversity Management (JDM), 3(1), 15–22. https://doi.org/10.19030/jdm.v3i1.4977
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?