Two older adults smiling and standing in a field of flowers.

Protéger les investisseurs âgés contre la fraude financière

read time - icon

0 min read

Aux États-Unis, les personnes âgées perdent chaque année environ 3 milliards de dollars à cause d'escroqueries financières. Ce chiffre devrait être étonnant, mais la triste vérité est que notre culture est devenue complaisante à l'égard des risques financiers auxquels nous sommes confrontés à un âge avancé. La simple utilisation des termes "arnaque à la grand-mère" ou "arnaque aux grands-parents" atteste du fait que la maltraitance financière des personnes âgées est devenue normale dans notre monde de plus en plus numérique.

Si le vieillissement est inévitable, la fraude financière à l'âge mûr ne l'est pas. Notre équipe de recherche a voulu comprendre : pourquoi les personnes âgées ont-elles tendance à être plus sensibles aux situations frauduleuses, et comment pouvons-nous prévenir ce phénomène ?

Pourquoi les personnes âgées sont-elles plus exposées à la fraude financière ?

Les décisions financières comptent déjà parmi les plus stressantes que nous ayons à prendre. Ces décisions complexes deviennent de plus en plus difficiles à prendre avec l'âge. Rien qu'aux États-Unis, les personnes âgées perdent environ 3 milliards de dollars par an à cause d'escroqueries financières.

Mais les populations âgées ne sont pas plus vulnérables à la fraude financière simplement en raison de leur naïveté ou de leurs connaissances technologiques limitées. Ce qui rend les personnes âgées vulnérables aux escroqueries, c'est la façon dont notre cerveau change avec l'âge.

La littérature sur les sciences du comportement permet de comprendre pourquoi nous devenons plus vulnérables à la fraude financière avec l'âge. En général, les recherches ont montré que les personnes âgées se fient davantage à la pensée du système 1 - c'est-à-dire la pensée rapide, automatique et inconsciente - qu'à celle du système 2, qui s'appuie sur l'intelligence fluide pour raisonner et résoudre les problèmes de manière délibérée.1

Les personnes âgées ont également plus de mal à s'y retrouver dans un large éventail de choix. Submergées par les options qui s'offrent à elles, les personnes âgées ont tendance à s'appuyer davantage sur des heuristiques cognitives, ce qui se traduit par une prise de décision plus difficile.2 La diminution de la numératie (ou de la maîtrise des chiffres) accroît également le risque auquel les personnes âgées sont confrontées.3

Ne pas avoir une vue d'ensemble

Mais il y a une autre raison importante pour laquelle les populations plus âgées peuvent être plus sensibles à la fraude financière. En effet, elles ont tendance à accorder une attention particulière aux détails, tout en ignorant la situation dans son ensemble - un phénomène également connu sous le nom de "construction de bas niveau" (low-level construal). Cette prédisposition à penser aux détails dans le présent (voir l'heuristique de disponibilité et le biais de saillance) peut accroître la vulnérabilité dans les environnements de prise de décision financière.

Cette situation est particulièrement inquiétante, car de nombreux courriels frauduleux misent sur l'urgence d'"agir maintenant". Par exemple, une arnaque à la loterie étrangère peut contenir un message du type suivant : "Envoyez un dépôt de 200 dollars dans les prochaines 24 heures pour réclamer vos gains de loterie". Ce message met en évidence la nécessité d'agir rapidement. Les préjugés en faveur des actions présentes sont amplifiés lorsque les conséquences de certains comportements se feront sentir beaucoup plus tard dans l'avenir.

Il est donc possible que l'incitation à la pensée abstraite, ou à la "construction de haut niveau", favorise la réflexion critique sur les décisions financières chez les populations plus âgées. Notre hypothèse est que l'intégration de questionnaires d'évaluation des risques financiers personnels dans les environnements de prise de décision en matière d'investissement favoriserait effectivement la pensée abstraite, réduisant en fin de compte la vulnérabilité à la fraude financière chez les adultes plus âgés (60 ans et plus).

Tester notre hypothèse

Notre expérience a porté sur 102 répondants nord-américains répartis en cohortes égales de jeunes (18-25) et de personnes âgées (60+). Les participants ont été répartis au hasard entre un groupe de traitement et un groupe de contrôle. Les deux groupes ont reçu un courrier électronique concernant une opportunité d'investissement, qui comportait de nombreux signaux d'alerte communs aux offres frauduleuses.

Après avoir pris connaissance de l'e-mail, les personnes interrogées ont évalué l'offre selon plusieurs critères, notamment l'attrait, la volonté d'investir et le risque perçu. L'intervention pour le groupe de traitement était une évaluation des risques financiers personnels, que les personnes interrogées ont remplie avant de voir et d'évaluer le courrier électronique.

Possibilité d'investissement frauduleux offerte aux participants à l'expérience. Selon la Commission fédérale du commerce des États-Unis, les escroqueries financières se produisent de plus en plus souvent en ligne.

Comment un simple piratage de l'esprit permet de réduire la susceptibilité à la maladie

En comparant les groupes de traitement et de contrôle, nous avons constaté un effet significatif de l'intervention sur les scores de susceptibilité chez les personnes âgées de 60 ans et plus. Le groupe de contrôle qui n'a pas complété l'évaluation des risques financiers personnels était beaucoup plus susceptible de considérer l'opportunité financière comme attrayante, digne de confiance, et il a exprimé une plus grande volonté d'investir. En outre, l'intervention n'a eu aucun effet sur le groupe des 18-25 ans, ce qui suggère que l'intervention a ciblé spécifiquement les déficits cognitifs associés à la vieillesse.

Ce graphique présente les effets d'une intervention d'évaluation des risques financiers personnels sur la susceptibilité à l'escroquerie financière chez les 18-25 ans par rapport aux 60 ans et plus. Cette intervention a permis de réduire la vulnérabilité (p < 0,05), mais uniquement dans le groupe des plus de 60 ans, ce qui suggère qu'elle pourrait cibler spécifiquement les déficits de décision liés au déclin cognitif.

Principaux enseignements

À mesure que le monde devient de plus en plus numérique et que les populations vieillissent, les escroqueries financières risquent de devenir plus fréquentes. Plus nous fournirons d'outils aux populations vulnérables pour qu'elles ne tombent pas dans le panneau, moins il y aura de victimes qui devront faire face aux conséquences négatives de ces escroqueries.

Dans l'ensemble, les points essentiels à retenir de cet article sont les suivants :

  • Bien que les personnes de tout âge puissent être victimes de fraude financière, les personnes âgées sont les plus exposées en raison de l'altération de leurs fonctions cognitives.
  • Chez les personnes âgées, le fait de privilégier les détails par rapport à la vision d'ensemble accroît la vulnérabilité globale à la fraude financière.
  • Les interventions, telles que les évaluations des risques personnels qui incitent à une "réflexion globale", encouragent l'esprit critique et peuvent, à leur tour, réduire la vulnérabilité à la fraude financière.
  • Nos résultats appuient la littérature existante, qui démontre que les personnes âgées changent stratégiquement leurs modes de décision préférés, passant d'un mode délibératif à un mode plus heuristique, afin de compenser les déclins cognitifs dans le fonctionnement quotidien.

Références

  1. Peters, E., Finucane, M. L., MacGregor, D. G. et Slovic, P. (2000). The bearable lightness of aging : Judgment and decision processes in older adults. The aging mind : Opportunities in cognitive research, 144-165.
  2. Besedeš, T., Deck, C., Sarangi, S. et Shor, M. (2012). Decision-making strategies and performance among seniors. Journal of economic behavior & organization, 81(2), 524-533.
  3. Best, R. et Charness, N. (2015). Age differences in the effect of framing on risky choice : A meta-analysis. Psychology and Aging, 30(3), 688-698. https://doi.org/10.1037/a0039447
  4. Denburg, N. L., Tranel, D. et Bechara, A. (2005). La capacité à décider de manière avantageuse décline prématurément chez certaines personnes âgées normales. Neuropsychologia, 43(7), 1099-1106. https://doi.org/10.1016/j.neuropsychologia.2004.09.012
  5. Grable, J. E., McGill, S. et Britt, S. (2011). Risk Tolerance Estimation Bias : The Age Effect (Biais d'estimation de la tolérance au risque : l'effet de l'âge). Journal of Business & Economics Research (JBER), 7(7). https://doi.org/10.19030/jber.v7i7.2308
  6. Kannadhasan, M. (2015). La tolérance au risque financier des investisseurs de détail et leur comportement de prise de risque : The role of demographics as differentiating and classifying factors. IIMB Management Review, 27(3), 175-184. https://doi.org/10.1016/j.iimb.2015.06.004
  7. Perez, A. M., Spence, J. S., Kiel, L. D., Venza, E. E., & Chapman, S. B. (2018). Processus cognitifs influents sur les biais de cadrage dans le vieillissement. Frontiers in Psychology, 9, 661. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2018.00661
  8. Reed, A. E. et Carstensen, L. L. (2012). The Theory Behind the Age-Related Positivity Effect (La théorie derrière l'effet de positivité lié à l'âge). Frontiers in Psychology, 3. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2012.00339
  9. Roalf, D. R., Mitchell, S. H., Harbaugh, W. T. et Janowsky, J. S. (2012). Risk, Reward, and Economic Decision Making in Aging. The Journals of Gerontology : Series B, 67B(3), 289-298. https://doi.org/10.1093/geronb/gbr099
  10. Sumit Agarwal, John C. Driscoll, Xavier Gabaix et David Laibson. (2009). L'âge de raison : Financial Decisions over the Life Cycle and Implications for Regulation. Brookings Papers on Economic Activity, 2009(2), 51-117. https://doi.org/10.1353/eca.0.0067
  11. Weller, J. A., Levin, I. P. et Denburg, N. L. (2011). Trajectoire de la prise de décision risquée pour les gains et les pertes potentiels de 5 à 85 ans. Journal of Behavioral Decision Making, 24(4), 331-344. https://doi.org/10.1002/bdm.690

Read Next

Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?