Changement conceptuel

L'idée de base

Avez-vous déjà lu un livre perspicace ou regardé un documentaire captivant qui a changé votre vision du monde ? Ce phénomène peut être qualifié de changement conceptuel : les connaissances sont restructurées et l'interprétation d'une conception donnée - qu'il s'agisse d'une opinion, d'une croyance, d'une idéologie ou d'une notion - est révisée en conséquence.

Vous pouvez probablement penser à un exemple de votre propre vie, où vous ou quelqu'un que vous connaissez avez changé de point de vue en apprenant de nouvelles informations. Il peut s'agir de ce cours d'introduction à la psychologie dispensé en première année d'université, qui a changé vos idées sur le libre arbitre. Il peut également s'agir d'un article convaincant sur le changement climatique publié dans un magazine renommé, dont votre amie a dit qu'il avait changé sa façon de penser en matière de développement durable. Bien qu'il existe de nombreux exemples de ces moments épiphaniques, un aspect clé du changement conceptuel est l'élément d'apprentissage.

De temps en temps, l'esprit d'un homme est sollicité par une nouvelle idée ou une nouvelle sensation, et ne revient jamais à ses anciennes dimensions.


- Oliver Wendell Holmes Sr.

La théorie au service de la pratique

TDL est un cabinet de recherche appliquée. Dans notre travail, nous tirons parti des connaissances de divers domaines - de la psychologie et de l'économie à l'apprentissage automatique et à la science des données comportementales - pour sculpter des solutions ciblées à des problèmes nuancés.

Nos services de conseil

L'histoire

La notion selon laquelle le processus d'apprentissage est une interaction entre un nouveau contenu et les croyances et concepts existants d'une personne a été théorisée dans le domaine de la psychologie depuis le début du 20e siècle. Cette idée a été développée par le célèbre psychologue du développement, Jean Piaget, dont les travaux portaient sur la compréhension conceptuelle des phénomènes par les enfants.1

Les idées de Piaget ont suscité un intérêt scientifique pour le développement des concepts2 , une attention particulière étant accordée à la formation des idées fausses. L'intérêt croissant pour ce sujet a débouché sur un article publié en 1982 par un groupe de chercheurs de l'université de Cornell, qui proposait formellement une théorie du changement conceptuel.1 Dans leur article, les auteurs reconnaissaient les travaux existants sur le sujet, mais affirmaient à l'époque qu'"il n'y a pas eu de théorie bien articulée expliquant ou décrivant les dimensions substantielles du processus par lequel les concepts centraux et organisateurs des gens passent d'un ensemble de concepts à un autre, incompatible avec le premier".

Le modèle de changement conceptuel qu'ils ont proposé s'inspire largement de la philosophie contemporaine des sciences, en particulier du texte canonique de Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques.3 Kuhn pensait que la science était exécutée en fonction d'engagements centraux - ou "paradigmes" - dans un domaine de recherche, mais que ces engagements centraux nécessitaient parfois des révisions. Au cours de cette dernière étape, les hypothèses de base d'un scientifique sont remises en question et, pour progresser, il doit faire preuve d'une certaine forme d'ajustement conceptuel. Kuhn considérait cette étape comme une "révolution scientifique" et il s'agissait d'une idée moderne qui, ironiquement, expliquait sa propre influence. Kuhn a remis en cause la croyance dominante selon laquelle le progrès scientifique était obtenu par la simple accumulation de faits et de théories en proposant des paradigmes, qui bouleversent le domaine et stimulent de nouvelles recherches. Les chercheurs de Cornell pensaient essentiellement qu'un processus similaire à la version de Kuhn du changement conceptuel se produisait dans l'expérience d'apprentissage des étudiants.

Les personnes

Jean Piaget

Le psychologue suisse est peut-être la figure la plus remarquable dans le domaine de la psychologie du développement et de l'enfant. Connu pour ses travaux sur le développement cognitif de l'intelligence, Piaget a été considéré comme le deuxième psychologue le plus éminent du XXe siècle dans une analyse portant sur la fréquence des citations et les récompenses obtenues.

Thomas Kuhn

Sans doute le philosophe des sciences le plus influent du XXe siècle, l'ouvrage de Kuhn intitulé La structure des révolutions scientifiques, publié en 1962, est l'un des livres universitaires les plus cités de tous les temps. Son travail sur le progrès des connaissances scientifiques a donné naissance à l'expression "changement de paradigme".

Conséquences

La recherche sur le changement conceptuel a conduit à son application en tant qu'approche de l'éducation. Ce processus consiste généralement à découvrir les idées préconçues d'un élève sur un phénomène donné, puis à le guider dans la modification de son cadre conceptuel.5 Analogue à l'idée de révolution scientifique de Kuhn, le changement conceptuel dans l'éducation implique plus qu'une simple accumulation de connaissances et d'informations. Il nécessite une restructuration des concepts qui sont à la base des croyances entourant les connaissances et les informations pertinentes. Dans une étude, les chercheurs ont fourni aux étudiants des textes et des outils de changement conceptuel qui traitent des idées fausses, tout en intégrant de nouvelles conceptions scientifiques dans la leçon.6 Un groupe de contrôle a reçu un enseignement traditionnel sous forme de cours magistraux et de méthodes de discussion. Les chercheurs ont découvert que les textes et les outils de changement conceptuel permettaient une meilleure compréhension des concepts scientifiques et conduisaient également à une attitude plus positive à l'égard de la science en tant que matière.

La notion de changement conceptuel est également pertinente pour les entreprises. À l'instar de la vision du progrès scientifique de Kuhn, les engagements ou paradigmes centraux au sein d'une industrie ou d'une organisation doivent souvent être révisés. En 1997, la Business Roundtable, un groupe de PDG de grandes entreprises américaines, a écrit que "le devoir primordial de la direction et des conseils d'administration est de servir les actionnaires de la société". En 2019, la même organisation a publié une déclaration concernant une révision de l'objectif d'une société, indiquant que la responsabilité sociale doit également être essentielle à ses efforts, en plus de la maximisation de la valeur actionnariale. Selon la mesure dans laquelle vous êtes prêt à croire les PDG sur parole, ce changement conceptuel représente un changement de paradigme dans le rôle des entreprises dans la société moderne.

Outre les changements sectoriels à grande échelle, comme dans l'exemple ci-dessus, les changements conceptuels dans les environnements professionnels peuvent également se produire au niveau individuel. Un employé, par exemple, peut avoir eu certaines convictions sur le temps et l'effort dans une entreprise ou un secteur particulier qui ne permettait pas de faire des pauses pendant la journée. Cependant, lorsqu'il passe à un nouvel emploi où les pauses sont non seulement tolérées mais encouragées, il peut se retrouver à ajuster ses convictions sur la gestion du temps au travail.

Controverses

Un article publié en 1993 par un groupe de chercheurs de l'université du Michigan a remis en question le modèle existant de changement conceptuel, arguant qu'il était trop "rationnel". 7 L'essentiel de leur argumentation était que le modèle "froid" de changement conceptuel dépendait trop de la cognition de l'élève. Il négligeait le rôle des croyances motivationnelles ainsi que les facteurs contextuels au sein de la classe. Cette critique a été bien accueillie car les premiers chercheurs de Cornell ont reconnu les lacunes de leur modèle initial.8 La plupart des travaux sur le changement conceptuel prennent aujourd'hui en compte les facteurs émotionnels, sociaux et contextuels au-delà du cadre cognitif, ce qui en fait une approche plus holistique.5

Étude de cas

Johannes Kepler

En 1997, des chercheurs ont publié un article mettant en lumière un excellent exemple de changement conceptuel : Ils notent que les travaux de Kepler ont contribué à une période de grands changements dans la théorie astronomique, où il a hérité d'un cadre conceptuel du système solaire de l'astronome Nicolaus Copernic, qui supposait que les planètes se déplaçaient en cercles parfaits à une vitesse ordonnée. Une réflexion analytique poussée a conduit Kepler à un changement conceptuel, qui a culminé avec la découverte des lois du mouvement planétaire qui ont fait passer le système de Copernic, centré sur le soleil, à un univers plus dynamique, où le soleil fait se déplacer les planètes à des vitesses irrégulières.

Ressources connexes

Pourquoi les préjugés sexistes persistent et comment les sciences comportementales peuvent nous aider à les surmonter

L'un des principaux obstacles à l'inclusion et à la diversité des genres est la persistance d'idées fausses sur les normes et les attentes en matière de genre. Cet article explique comment les sciences du comportement peuvent contribuer à "nous donner des idées sur la manière de changer les mentalités et d'assurer la parité hommes-femmes dans la société, au travail et à la maison".

Le déni de science n'est pas seulement un problème conservateur

Les idées fausses en science, un sujet au centre de la recherche sur le changement conceptuel, sont souvent considérées comme une question politique, exclusive aux individus de droite. Cet article bat en brèche ce stéréotype, en brisant la frontière politique qui est supposée accompagner le déni de la science.

Sources d'information

  1. Posner, G. J., Strike, K. A., Hewson, P. W. et Gertzog, W. A. (1982). Accommodation of a scientific conception : Toward a theory of conceptual change. Science education, 66(2), 211-227.
  2. Driver, R. et Easley, J. (1978). Pupils and paradigms : A review of literature related to concept development in adolescent science students.
  3. Kuhn, T. S. (1970). La structure des révolutions scientifiques (2e éd.). Chicago : University of Chicago Press.
  4. Haggbloom, S. J., Warnick, R., Warnick, J. E., Jones, V. K., Yarbrough, G. L., Russell, T. M., ... & Monte, E. (2002). Les 100 psychologues les plus éminents du 20e siècle. Review of General Psychology, 6(2), 139-152.
  5. Orey, M. (2011). Changement conceptuel : Définition. OpenStaxCNX. Récupérée de https://cnx.org/contents/fAaZ4pCX@1/Conceptual-change-Definition
  6. Uzuntiryaki, E., et Geban, Ö. (2005). Effect of conceptual change approach accompanied with concept mapping on understanding of solution concepts. Instructional science, 33(4), 311-339.
  7. Pintrich, P. R., Marx, R. W. et Boyle, R. A. (1993). Beyond cold conceptual change : The role of motivational beliefs and classroom contextual factors in the process of conceptual change. Review of Educational research, 63(2), 167-199.
  8. Strike, K. A. et Posner, G. J. (1992). A revisionist theory of conceptual change. Philosophie des sciences, psychologie cognitive et théorie et pratique de l'éducation, 176.
  9. Gentner, D., Brem, S., Ferguson, R. W., Markman, A. B., Levidow, B. B., Wolff, P. et Forbus, K. D. (1997). Analogical reasoning and conceptual change : A case study of Johannes Kepler. The journal of the learning sciences, 6(1), 3-40.
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?