La bienséance

L'idée de base

Un parent vous a-t-il déjà dit : "Si tes amis sautaient d'un pont, est-ce que tu sauterais aussi ?".

Cette question rhétorique a probablement été posée après que tu aies demandé à participer à un comportement réprouvé - que ce soit pour participer à une fête, te faire percer les oreilles ou rejoindre une ligue de hockey avec tes amis. Bien que cette question ait semblé condescendante, tes parents t'ont fait comprendre que tu n'as pas toujours besoin de suivre le comportement des autres.

Si vos parents vous ont dit que vous ne pouviez pas porter de tutu à l'école ("Ce n'est pas approprié à l'école !") ou vous ont appris à ne pas mettre vos coudes sur la table pendant le dîner ("C'est irrespectueux !"), ils vous ont encouragé à respecter les convenances. La bienséance est "l'état ou la qualité d'une personne qui se conforme aux normes de comportement ou de morale conventionnellement acceptées "1.

Le conformisme et la bienséance se ressemblent mais se distinguent subtilement. Le conformisme est notre tendance à modifier notre comportement pour nous intégrer à un groupe particulier, tandis que la bienséance fait référence à un comportement jugé "poli" et honorable. Il s'agit de maintenir le décorum pour paraître civilisé et élégant aux yeux de la société.2

La bienséance peut également être importante lorsqu'il s'agit de pratiques de recherche. L'American Psychological Association définit les normes de bienséance comme "les exigences légales et éthiques d'une étude d'évaluation".3 Il s'agit de normes qui garantissent que toute étude menée est appropriée et conforme aux valeurs du domaine.

Bien que les définitions varient selon les contextes, l'essence générale de la bienséance réside dans l'idée que, puisque nos actions ont un impact sur les autres, nous devons veiller à ce qu'elles soient conformes aux normes appropriées. Elles sont souvent encouragées par les parents ou d'autres figures d'autorité qui veulent que nous soyons perçus comme des membres corrects et intègres de la société. Alors que le conformisme peut faire référence à la décision de participer à des comportements immoraux en raison de la pression du groupe, la bienséance se réfère uniquement aux cas où nous nous comportons de manière appropriée selon les normes de la société.

Ne regardez pas ce qui est contraire aux convenances ; n'écoutez pas ce qui est contraire aux convenances ; ne parlez pas ce qui est contraire aux convenances ; ne faites pas de mouvements contraires aux convenances.


- Confucius, ancien philosophe chinois4

Termes clés

Conformité : un individu adapte son comportement pour s'aligner sur la perception ou l'opinion des autres.

Décorum : un code de règles qui régit le comportement des personnes civilisées. La bienséance est considérée comme un indicateur d'intelligence et de classe.2

Etiquette : autre terme désignant le code de règles (faisant souvent référence aux bonnes manières) qui régit notre comportement dans les situations sociales. 2

Normes sociales : croyances collectives sur le type de comportement à adopter dans une situation donnée.

Preuve sociale : notre tendance à copier les comportements des personnes qui nous entourent pour nous assurer que nous agissons d'une manière appropriée à la situation ou à l'environnement dans lequel nous nous trouvons.

Socialisation : processus qui dure toute la vie et au cours duquel les personnes adoptent les valeurs et les idéologies de la société et adaptent leur comportement à ces normes.5

L'histoire

L'idée de bienséance existe depuis que l'homme vit en groupe, formant des sociétés avec des points de vue particuliers sur ce qui est considéré comme acceptable. Bien que nous ayons aujourd'hui tendance à parler de la bienséance dans le contexte de notre comportement qui correspond aux comportements socialement acceptés, il y a des siècles, ce terme était utilisé pour désigner l'état d'un objet créé - souvent une œuvre d'art - qui correspondait aux normes appropriées.

Lorsque quelqu'un crée une œuvre d'art, on attend parfois de lui qu'il se conforme à un style particulier ou à des normes générales. C'était particulièrement le cas dans les périodes antérieures de l'histoire. Comme l'indique l'auteur romain Marcus Vitruvius Pollio dans le premier livre de sa série Les dix livres sur l'architecture, "la bienséance est cette perfection de style qui vient lorsqu'une œuvre est construite de manière autoritaire sur des principes approuvés. Elle découle de la prescription, de l'usage ou de la nature". 6 S'il arrive que l'art d'avant-garde soit largement célébré, d'autres fois, les gens attendent des artistes qu'ils ajoutent leur propre style aux normes existantes. C'est grâce à la bienséance que nous pouvons définir clairement des périodes artistiques, comme la Renaissance ou le Réalisme, car tous les artistes de cette époque suivaient généralement les mêmes lignes directrices tacites.

Les normes sociales sont le moteur du conformisme. Les normes sociales sont à la société ce que les conventions grammaticales sont à la langue : elles dictent ce qui est acceptable. Talcott Parsons, bien connu pour ses recherches sur la conformité sociale, suggère que les humains subissent une socialisation, un processus au cours duquel nous apprenons à agir de manière morale et éthique afin d'assurer une structure sociétale stable.7

Les théories ultérieures ont inclus une contextualisation de la bienséance en tant que stratégie de maximisation des gains. Le modèle coût-bénéfice a été popularisé par le psychologue norvégien Ragnar Rommetveit en 1955, ainsi que par le psychologue social John Thibaut et H. H Kelley en 1959.5 La perception des autres peut grandement influencer notre vie et notre réussite, et c'est pourquoi beaucoup d'entre nous se conforment à la bienséance dans l'espoir d'obtenir des résultats favorables. La bienséance est la manière "rationnelle" de se comporter, car elle permet aux individus d'éviter le discrédit et la punition.5

La socialisation et la vision rationnelle de la bienséance considèrent toutes deux que la conformité a un moteur externe, social, mais considèrent également que l'individu prend une décision isolée de ces facteurs.

D'autres théories ont vu le jour dans les années 1960, centrées sur l'individu confronté à une décision. Les théories des jeux ont compris qu'il ne s'agissait pas seulement pour l'individu de prendre une décision isolée pour éviter le discrédit, mais aussi que nous attendons de tout le monde qu'il fasse de même. Nous plaçons la fourchette à gauche de l'assiette non pas parce qu'elle est appropriée, mais parce que c'est ce que nous attendons des autres et que nous voulons suivre les règles du jeu.5 Il n'est pas toujours rationnel d'agir ainsi, car cela peut ne pas servir notre intérêt personnel, mais notre désir de coopérer et de s'entendre avec les autres est prioritaire.

Conséquences

Notre désir de nous conformer aux convenances influence considérablement notre comportement. Combien de fois avez-vous fait quelque chose parce que c'était ce que l'on attendait de vous ou parce que vous pensiez que cela vous donnerait une bonne image ? Chaque fois que vous respectez un code vestimentaire, que vous faites preuve d'étiquette ou que vous suivez une coutume particulière, vous l'avez fait pour des raisons de bienséance.

La bienséance n'est pas intrinsèquement positive ou négative. Souvent, la volonté de se comporter de manière appropriée conduit à un comportement bénéfique pour la société. Cependant, suivre le statu quo peut avoir des effets néfastes. Si personne ne s'élevait jamais contre les normes restrictives en matière de genre ou les stéréotypes raciaux, nous vivrions dans une société moins équitable.

Controverses

La recherche a montré que la bienséance a une forte influence sur notre comportement. Cependant, la déviance est une influence (presque) aussi puissante. Les gens enfreignent parfois les règles dans le seul but de ne pas se plier aux normes de la société - en particulier les adolescents angoissés qui font tout ce qui est en leur pouvoir pour décevoir leurs parents !

Si le défi et la bienséance sont tous deux des facteurs qui déterminent notre comportement, pouvons-nous prédire quand l'un l'emportera sur l'autre ? L'un des facteurs prédictifs pourrait être les modèles culturels. Les cultures individualistes valorisent l'indépendance et l'autosuffisance, ce qui signifie que les gens pourraient être plus enclins à être déviants. À l'inverse, les cultures collectivistes valorisent le bien-être du groupe, ce qui incite les individus à incarner la bienséance.8

Le concept de "déviance acceptable" a été introduit pour comprendre comment les gens ont tendance à se situer quelque part entre la bienséance et la déviance. Il est socialement accepté de sortir un peu des sentiers battus, mais seulement dans une certaine mesure.9

Étude de cas

Mode et propriété

Nos vêtements sont perçus comme des marqueurs de notre identité. Bien que la mode soit un excellent moyen d'exprimer son identité, nous sommes souvent limités par les convenances. Il existe des normes concernant les vêtements à porter pour certains événements - nous avons même des codes vestimentaires comme le formel, le semi-formel et le décontracté. La bienséance explique pourquoi nous portons du noir aux enterrements et pourquoi nous ne rêverions pas de porter une robe blanche au mariage de quelqu'un d'autre. Si certaines de ces normes sont inoffensives et contribuent à maintenir un certain niveau de bienséance, d'autres normes de mode peuvent être très préjudiciables.

Dès leur plus jeune âge, les filles sont invitées à ne pas s'habiller de manière trop provocante, car cela peut les mettre en danger ou amener les autres à les prendre moins au sérieux. De nombreuses recherches montrent que les femmes sont perçues comme moins intelligentes et moins morales lorsqu'elles ne s'habillent pas "correctement". 10

Le psychologue social Regan A. R. Gurung et ses collègues ont confirmé ces jugements sévères à l'égard des femmes dans leur étude de 2017 intitulée Dressing 'in code' : Clothing rules, propriety, and perceptions. Dans leur étude, il a été demandé à des étudiants universitaires de regarder des photos de femmes et d'attribuer une note à six attributs positifs : l'intelligence, la compétence, la puissance, l'organisation, l'efficacité et le professionnalisme. Gurung et al. ont constaté que les étudiants - indépendamment de leur sexe ou des mesures autodéclarées de sexisme - évaluaient systématiquement les femmes portant des vêtements moins provocants à un niveau plus élevé pour ce qui est des attributs positifs. Les femmes portant des vêtements moulants ou des chemisiers transparents étaient moins bien notées. Il n'a pas été précisé si ces femmes étaient habillées de la sorte pour le travail ou simplement dans leur vie de tous les jours. Cependant, celles qui ne respectaient pas les codes vestimentaires professionnels étaient jugées négativement.11

D'autres recherches confirment ces résultats. Une étude menée au Royaume-Uni par le psychologue Neil Howlett a montré que les femmes ont tendance à évaluer plus négativement les femmes qui portent des jupes plus courtes et dont le chemisier est moins boutonné. Cela était particulièrement vrai si on leur disait que ces femmes occupaient des postes de direction, mais moins fort si on leur disait que la femme était une réceptionniste. Ces résultats montrent que les gens ont tendance à porter un jugement plus sévère sur les vêtements des femmes ayant un statut élevé.12

Alors que les hommes doivent respecter un certain niveau de bienséance sur le lieu de travail, ils sont jugés moins sévèrement pour leurs tenues vestimentaires. Les conséquences pour une femme qui ne respecte pas les convenances sur le lieu de travail sont bien plus importantes que pour les hommes, ce qui conduit à une discrimination fondée sur le sexe.10

Contenu connexe

Tenir la ligne : Les normes sociales et le vote sur la ligne de parti

Les opinions politiques ont une forte influence sur les valeurs que les gens jugent les plus importantes et sur les comportements qui sont perçus comme appropriés. C'est parce que nos opinions politiques influencent ce que nous définissons comme convenable qu'elles peuvent conduire à une si grande polarisation. Il est difficile de se comprendre lorsque l'on n'est pas d'accord sur la morale. Dans cet article, notre collaboratrice Shi Shi Li examine comment les normes sociales nous incitent à voter selon les lignes du parti, indépendamment de nos opinions personnelles. M. Li prend l'exemple de la majorité des sénateurs démocrates qui ont voté pour la condamnation de l'ancien président Donald Trump, alors que la majorité des sénateurs républicains ont voté pour l'acquittement, pour montrer comment les normes sociales conduisent au vote en fonction de la ligne de parti.

Trois schémas de pensée qui permettent aux annonceurs de vous influencer sur les médias sociaux

À l'ère numérique, il existe également des normes de bienséance concernant notre comportement en ligne. Nous sommes censés agir d'une certaine manière et les annonceurs en profitent pour nous influencer. Nous n'avons pas tendance à réaliser à quel point le contenu que nous rencontrons sur nos ordinateurs et nos téléphones influence notre comportement. Nous y sommes très sensibles, notamment en raison de la pression exercée sur nous pour que nous nous conformions à la majorité, ce que l'on appelle l'influence normative. Dans cet article, notre collaboratrice Hannah Potts explore la psychologie qui explique pourquoi la publicité sur les médias sociaux est si efficace et donne des conseils sur la manière d'éviter ces jeux de l'esprit.

Sources d'information

  1. convenance. (n.d.). Oxford Languages Dictionary. Consulté le 4 novembre 2021.
  2. Décorum vs Decency vs Propriété vs Dignité vs Etiquette. (2020, 2 avril). Conseils de daction. https://www.writingtips.cc/decorum-vs-decency-vs-propriety-vs-dignity-vs-etiquette/
  3. normes de bienséance. (n.d.). Dictionnaire de psychologie de l'American Psychological Association. Consulté le 4 novembre 2021 sur le site https://dictionary.apa.org/propriety-standards
  4. Citations de bienséance. (n.d.). BrainyQuote. Consulté le 4 novembre 2021, à l'adresse suivante : https://www.brainyquote.com/topics/propriety-quotes
  5. Bicchieri, C., Muldoon, R. et Sontuoso, A. (2018). Social Norms. Stanford Encyclopedia of Philosophy. https://plato.stanford.edu/entries/social-norms/#EarlTheoSoci
  6. Citations sur la bienséance. (n.d.). Quote Master. Consulté le 4 novembre 2021, à l'adresse https://www.quotemaster.org/Propriety
  7. Socialisation. (2021, 20 février). LibreTextes en sciences sociales. https://socialsci.libretexts.org/Bookshelves/Sociology/Introduction_to_Sociology/Book
  8. Conformité. (2021, 19 octobre). The Decision Lab. https://thedecisionlab.com/reference-guide/sociology/conformity/#section-5
  9. Harman, L. D. (1982). Acceptable deviance as social control : The cases of fashion and slang. Deviant Behavior, 6(1), 1-15. https://doi.org/10.1080/01639625.1985.9967656
  10. Gurung, R. A. (2018, 7 juin). To Bi(kini) or not to Bi(kini) : Quand les règles vestimentaires oppriment. Psychology Today. https://www.psychologytoday.com/ca/blog/the-psychological-pundit/201806/bikini-or-not-bikini-when-clothing-rules-oppress
  11. Gurung, R. A., Brickner, M., Leet, M. et Punke, E. (2017). S'habiller "en règle" : Règles vestimentaires, bienséance et perceptions. The Journal of Social Psychology, 158(5), 553-557.
  12. Howlett, N., Pine, K. J., Cahill, N., Orakçıoğlu, İ. et Fletcher, B. (2015). Unbuttoned : L'interaction entre la provocation de la tenue de travail féminine et le statut professionnel. Sex Roles, 72(3-4), 105-116. https://doi.org/10.1007/s11199-015-0450-8
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?