Rumination

L'idée de base

Vous rentrez chez vous après une longue journée d'école avec un seul objectif à l'esprit : plonger dans un sommeil doux et enivrant.

Mais alors que vous êtes allongé dans votre lit, vous commencez à vous remémorer les événements de la journée, les choses qui ont mal tourné et la façon dont vous auriez pu réagir différemment. Avant même de vous en rendre compte, vos pensées se mettent à tourner en rond, s'attardant sur les échecs du passé et du présent, prolongeant ainsi la tristesse que vous éprouvez.

Cet effet domino des pensées dépressives est connu sous le nom de rumination. La rumination est une forme de pensée obsessionnelle qui amplifie les effets négatifs et l'importance d'une situation qui s'est déjà produite. La rumination entraîne souvent un stress émotionnel et, dans le pire des cas, elle peut favoriser l'apparition de troubles psychopathologiques tels que la dépression et l'anxiété.

La rumination se compose de deux éléments importants:1

  • La réflexion : Il s'agit de revenir sur une situation qui s'est produite afin de traiter les émotions associées à l'événement.
  • Ruminations : concentration sur les conséquences négatives d'une situation passée ou présente sur l'humeur.

La rumination était le principal domaine de recherche de la psychologue Susan Nolen-Hoeksema. Ses travaux, combinés à ceux d'innombrables autres chercheurs, ont permis au concept de rumination de devenir un mécanisme qui relie le stress et d'autres facteurs dépressifs aux troubles psychopathologiques.

Même si l'explication fournie par le thérapeute est erronée, le fait de donner aux ruminateurs déprimés une raison plausible de leur dépression et l'espoir qu'ils pourront la surmonter en suivant les prescriptions du thérapeute peut contribuer grandement à interrompre le cycle dépression-rumination-inaction.


- Susan Nolen-Hoeksema et ses collègues ont publié en 2008 Rethinking Rumination (Repenser la rumination).

Termes clés

Psychopathologie : L'étude scientifique des états mentaux anormaux et des troubles mentaux.

Thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : Une technique de traitement psychologique qui a été utilisée pour traiter des troubles tels que la dépression et l'anxiété, en remettant en question les schémas de pensée négatifs.

Le comportement adaptatif : Il s'agit des comportements pratiques et sociaux que nous adoptons quotidiennement pour fonctionner, notamment la propreté, le respect des règles et le fait de se faire des amis.2

Comportement inadapté : Les comportements qui nous empêchent de nous adapter à certaines circonstances, entraînant généralement des conséquences indésirables. Les exemples incluent la colère, l'évitement, le comportement passif-agressif et la consommation de substances psychoactives.3

Théorie des styles de réponse (RST) : Théorie introduite par la psychologue Susan Nolen-Hoeksema qui suggère que la façon dont les individus réagissent aux symptômes de la dépression peut contribuer à l'étendue et à la durée de leurs symptômes.

Goal Progress Theory (GPT) : théorie introduite par les psychologues Leonard Martin et Abraham Tesser, qui suggère que la rumination peut se matérialiser lorsqu'un individu est lent à atteindre ses objectifs. La théorie suggère également que la rumination persiste tant que l'objectif n'est pas atteint ou abandonné.

L'histoire

La rumination a été conceptualisée pour la première fois en 1991 par Susan Nolen-Hoeksema dans sa publication intitulée Responses to Depression and Their Effects on the Duration of Depressive Episodes.4 Nolen-Hoeksema a proposé que les personnes qui réagissent de manière ruminative à leur dépression, en se concentrant par exemple sur les causes et les conséquences possibles des symptômes dépressifs, tendent à prolonger la durée de leur dépression. En revanche, elle a suggéré que les personnes qui choisissent de se distraire de leurs symptômes surmontent plus rapidement la dépression.

Grâce à des expériences en laboratoire, Nolen-Hoeksema a pu montrer que la pensée ruminante prolongeait la dépression en encourageant les pensées négatives et en interférant avec les comportements positifs de résolution de problèmes. Nolen-Hoeksema a également présenté la théorie des styles de réponse (RST), qui a permis d'expliquer pourquoi les femmes étaient plus susceptibles de souffrir de dépression que les hommes, étant donné leur plus grande propension à s'engager dans des pensées ruminatives.

En 1996, Leonard Martin et Abraham Tesser ont proposé un autre cadre pour la rumination dans leur publication intitulée Some Ruminative Thoughts.5 Leur Goal Progress Theory (GPT) caractérise les pensées ruminantes comme des phénomènes subconscients résultant d'absences environnementales dans la vie d'une personne. Si une personne constate un ralentissement des progrès ou des obstacles sur le chemin de ses objectifs, elle commencera à ruminer ces objectifs. Les modèles RST et GPT de la rumination ont tous deux été étayés par de nombreuses preuves et approuvés par les pairs. Ils ont fini par devenir les pierres angulaires de la recherche future sur la rumination, avec des implications clés pour la psychologie clinique.

Nolen-Hoeksema s'est appuyée sur ses travaux antérieurs en publiant en 1999 un ouvrage intitulé Explaining the Gender Difference in Depressive Symptoms.6 Cet ouvrage confirmait son hypothèse de 1991 selon laquelle les femmes étaient plus vulnérables à la dépression que les hommes en raison de leur plus grande probabilité d'être des penseurs ruminants. Plus tard, en 2003, Nolen-Hoeksema a réalisé une analyse secondaire des résultats de sa publication de 1999, qui a développé le modèle RST en incluant la "réflexion" et la "rumination" comme sous-composantes de la rumination.7 La différenciation entre ces deux concepts a permis une meilleure application du RST.

Nolen-Hoeksema a ensuite publié en 2008 un résumé des différentes critiques du modèle RST, intitulé Rethinking Rumination8, afin de mettre en lumière les lacunes du modèle. L'une de ces lacunes est l'incapacité du modèle RST à prédire la durée de la dépression d'une personne qui rumine, ou sa relation avec l'inquiétude et d'autres stratégies de régulation des émotions.

Pour relier le RST et le GPT en un seul modèle, Edward Watkins et Noel-Hoeksema ont proposé un modèle théorique qui explore la relation entre les habitudes et les objectifs, créant ainsi un cadre Habit-Goal.9 Ce cadre a été utilisé par la suite dans la recherche et le traitement clinique des personnes qui ruminent.

Les personnes

Susan Nolen-Hoeksema

Psychologue américaine réputée pour son travail influent sur la compréhension moderne de la rumination. Elle a introduit le modèle de la théorie des styles de réponse (RST), qu'elle a ensuite combiné avec la théorie de la progression des objectifs (GPT) pour créer le cadre des habitudes et des objectifs, qui a des conséquences sur le traitement clinique de la rumination aujourd'hui.

Leonard Martin

Psychologue et professeur à l'université de Géorgie10, il a introduit le GPT avec Abraham Tesser. Il s'agissait d'une alternative au RST existant à l'époque. La contribution influente de Martin se situera à côté du RST, avant que les psychologues Edward Watkins et Noel-Hoeksema n'introduisent une théorie combinant les deux modèles.9

Conséquences

Le RST et le GPT ont joué un rôle important dans l'établissement des fondements de la recherche sur la rumination dans le domaine de la psychologie comportementale et sociale.11 On a constaté que les comportements cognitifs négatifs tels que l'autocritique, la dépendance et la solitude sont associés de manière significative à la rumination, ce qui permet de mieux détecter les tendances dépressives chez les individus lors d'une consultation.

Un autre exemple de cette association est le rôle que joue la rumination dans le lien entre les événements stressants de la vie et des problèmes tels que l'anxiété et la dépression.12,13 Les personnes ayant une vie très stressante sont plus enclines à la rumination et courent donc un plus grand risque de développer l'anxiété et la dépression. Par conséquent, les patients qui ont un tel mode de vie peuvent être aidés par un diagnostic précoce et une médication appropriée.

La recherche sur la rumination basée sur le genre a permis aux psychologues d'aborder des paradigmes dans la recherche sur les troubles cognitifs, tels que les raisons pour lesquelles les femmes sont plus sujettes à la dépression que les hommes.14 Ces découvertes se sont révélées être des outils efficaces pour sensibiliser aux stratégies de régulation des émotions et d'adaptation. La combinaison de la rumination avec les concepts de la psychopathologie a également contribué aux applications cliniques, car les praticiens peuvent désormais identifier correctement la pensée ruminante chez les patients et leur proposer des solutions qui peuvent aider à freiner la rumination.

L'application de la théorie cognitivo-comportementale (TCC) au traitement de la dépression en est un exemple : elle ne parvient pas à traiter le symptôme de la rumination après la thérapie. Des solutions améliorées, comme la thérapie cognitivo-comportementale centrée sur la rumination (RFCBT), mise au point par le psychologue Edward Watkins, offrent des solutions plus concrètes et plus efficaces aux patients qui présentent des pensées ruminatives.

Controverses

Si la rumination est aujourd'hui largement reconnue comme un facteur de risque dans l'apparition des symptômes de la dépression et de l'anxiété, les modèles fondamentaux ont eu leur part de critiques constructives.

L'une des lacunes du RSTl original proposé en 1991 était qu'il considérait la rumination comme un comportement inadapté dont la nature négative interférait avec la résolution de problèmes. En revanche, le GPT de 1996 identifie la rumination comme un comportement instrumental et adaptatif qui aide les individus à résoudre leurs problèmes.

En 2003, Nolen-Hoeksema a abordé le débat entre adaptation et mésadaptation en améliorant le modèle RST original pour y inclure une différenciation entre la rumination et la réflexion.7 La réflexion définit la tentative d'un individu de comprendre la raison de ses humeurs négatives et il a été démontré qu'elle permettait de prédire une diminution de la dépression. La réflexion définit la tentative d'un individu de comprendre la raison de ses humeurs négatives et il a été démontré qu'elle permettait de prédire une diminution de la dépression. Cette amélioration du RST lui a permis d'aborder certains des sujets couverts par le cadre alternatif du GPT.

Le modèle RST est devenu la théorie de la rumination la plus largement acceptée des deux, mais il a continué à être critiqué sur la base de nouvelles découvertes. En 2003, Nolen-Hoeksema passe également en revue les nouvelles preuves de la théorie RST et indique que la rumination est associée à des psychopathologies autres que la dépression, telles que l'anxiété, la consommation excessive d'alcool, la consommation excessive d'aliments et l'automutilation.

Étude de cas

Médias sociaux et rumination

Une étude menée par Romita Mitra et le Dr Madhavi Rangaswamy a montré que la rumination joue un rôle essentiel dans le lien entre l'addiction aux médias sociaux et la dépression chez les adultes.15 Il s'agit d'une découverte importante, car les études précédentes n'ont examiné que la manière dont une utilisation accrue des médias sociaux peut prédire la dépression, sans explorer la rumination comme médiateur de la relation entre les deux.

Les chercheurs ont mis en évidence deux implications importantes de l'utilisation excessive des médias sociaux sur les adultes.15 Premièrement, Mitra et Rangaswamy suggèrent que les symptômes de la dépression découlant de la rumination à la suite d'une utilisation excessive des médias sociaux se matérialisent différemment des autres types de dépression. En conséquence, ils soulignent l'importance de repenser la thérapie cognitivo-comportementale afin de mieux traiter la dépression résultant de l'addiction aux médias sociaux. Leur deuxième implication souligne la nécessité de mieux faire connaître l'ampleur des sympmes dépressifs résultant de la rumination et de l'utilisation excessive des médias sociaux.15

Contenu connexe de TDL

Pourquoi les nouvelles sont-elles toujours aussi déprimantes ? Le biais de négativité est un biais cognitif qui fait que les événements négatifs ont un impact plus important sur notre état psychologique que les événements positifs. Cet article du Decision Lab explore les raisons pour lesquelles nous ressentons plus intensément les événements négatifs et comment nous pouvons éviter ce biais.

Inertie : l'inertie est l'une des raisons pour lesquelles nous préférons continuer à nous comporter comme nous le faisons déjà ; nous nous en tenons à l'option par défaut, à moins que nous ne soyons spécifiquement motivés pour la changer. Elle s'applique également à nos croyances ; nous avons tendance à résister aux changements dans nos modes de pensée. Après tout, s'appuyer sur des modèles mentaux prédéterminés semble être une méthode efficace pour gérer les comportements et les décisions. Cet article du Decision Lab explore les conséquences de l'inertie émotionnelle et sa relation avec la rumination.

Sources d'information

  1. Scott, E. (2021, 24 mars). Rumination : Pourquoi les gens sont-ils obsédés par les choses ? Verywell Mind. https://www.verywellmind.com/rumination-why-do-people-obsess-over-things-3144571
  2. Tasse, M. J. (2013). Adaptive behavior. Dans M. L. Wehmeyer (Ed.), The oxford handbook of positive psychology and disability. Oxford University Press.
  3. Pietrangelo, A. (2020, 18 mars). Maladaptive behavior : Causes, lien avec l'anxiété et traitement. Healthline. https://www.healthline.com/health/maladaptive-behavior#maladaptive-traits
  4. Nolen-Hoeksema, S. (1991). Responses to depression and their effects on the duration of depressive episodes. Journal of Abnormal Psychology, 100(4), 569-582. https://doi.org/10.1037/0021-843x.100.4.569
  5. Martin, L. L. et Tesser, A. (1996). Some ruminative thoughts. In R. S. Wyer, Jr. (Ed.), Ruminative thoughts (pp. 1-47). Lawrence Erlbaum Associates, Inc.
  6. Nolen-Hoeksema, S., Larson, J. et Grayson, C. (1999). Explaining the gender difference in depressive symptoms. Journal of Personality and Social Psychology, 77(5), 1061-72.
  7. Treynor, W., Gonzalez, R. et Nolen-Hoeksema, S. (2003). Rumination reconsidered : a psychometric analysis. Cognitive Therapy and Research, 27(3), 247-259. https://doi.org/10.1023/A:1023910315561
  8. Nolen-Hoeksema, S., Wisco, B. E. et Lyubomirsky, S. (2008). Repenser la rumination. Perspectives on Psychological Science, 3(5), 400-424.
  9. Watkins, E. R. et Nolen-Hoeksema, S. (2014). A habit-goal framework of depressive rumination. Journal of Abnormal Psychology, 123(1), 24-34. https://doi.org/10.1037/a0035540
  10. Leonard L. Martin. (n.d.). Welcome to the Department of Psychology | The Department of Psychology. https://www.psychology.uga.edu/directory/people/leonard-l-martin
  11. Lyubomirsky, S., Layous, K., Chancellor, J. et Nelson, S. K. (2015). Penser la rumination : Les contributions scientifiques et l'héritage intellectuel de Susan Nolen-Hoeksema. Annual Review of Clinical Psychology, 11(1), 1-22. https://doi.org/10.1146/annurev-clinpsy-032814-112733
  12. Michl, L. C., McLaughlin, K. A., Shepherd, K. et Nolen-Hoeksema, S. (2013). Rumination as a mechanism linking stressful life events to symptoms of depression and anxiety : Longitudinal evidence in early adolescents and adults. Journal of Abnormal Psychology, 122(2), 339-352. https://doi.org/10.1037/a0031994
  13. Spasojević, J. et Alloy, L. B. (2001). Rumination as a common mechanism relating depressive risk factors to depression. Emotion, 1(1), 25-37. https://doi.org/10.1037/1528-3542.1.1.25
  14. Traitement des pensées ruminantes | The recovery village. (2021, 5 août). The Recovery Village Drug and Alcohol Rehab. https://www.therecoveryvillage.com/mental-health/rumination/treatment/
  15. Mitra, R. et Rangaswamy, M. (2019). L'utilisation excessive des médias sociaux et son association avec la dépression et la rumination dans une population de jeunes adultes indiens : Un modèle de médiation. Journal of Psychosocial Research, 14(1), 223-231. https://doi.org/10.32381/jpr.2019.14.01.24
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?