Barrières perceptuelles

L'idée de base

Avez-vous déjà eu l'impression d'être traité différemment parce qu'on attendait de vous que vous vous comportiez différemment ? Peut-être que votre formation dans une université de premier plan vous a rendu victime d'une charge de travail plus importante au bureau. Ou peut-être qu'un certain collègue pensait que vous vous opposeriez à sa nouvelle proposition de projet en raison d'un problème que vous aviez soulevé à propos de sa dernière grande idée.

Le plus souvent, ce type d'idées préconçues conduit à des blocages dans la communication, à des arrêts de travail et à une dissonance générale d'une personne à l'autre.

Si certains obstacles à la communication sont plus évidents, comme les différences linguistiques et les obstacles physiques, les barrières perceptuelles sont plus difficiles à repérer. Elles reflètent une perception interne de quelque chose qui se passe à l'extérieur et peuvent affecter de manière significative la façon dont nous communiquons avec les autres.1

La façon dont nous nous portons, notre langage corporel et nos gestes, nos origines socio-économiques, nos croyances et tendances personnelles sont autant de sources communes de préjugés qui créent des barrières perceptuelles qui entravent notre capacité à établir des relations les uns avec les autres. Il est donc utile d'être conscient de ces obstacles à la communication et de trouver des moyens de les surmonter.

L'un des principaux obstacles à la communication interpersonnelle réside dans notre tendance naturelle à juger, c'est-à-dire à approuver ou à désapprouver les déclarations de l'autre personne.


- Carl Rogers

La théorie au service de la pratique

TDL est un cabinet de recherche appliquée. Dans notre travail, nous tirons parti des connaissances de divers domaines - de la psychologie et de l'économie à l'apprentissage automatique et à la science des données comportementales - pour sculpter des solutions ciblées à des problèmes nuancés.

Nos services de conseil

Termes clés

Biais cognitif : une déviation inconsciente et systématique de la rationalité dans la prise de décision qui résulte de problèmes liés à la mémoire, à l'attention et à d'autres erreurs mentales.2

Humanisme : Mouvement en psychologie qui met l'accent sur l'étude holistique de l'individu et sur son caractère unique. Cette perspective met l'accent sur les concepts de libre arbitre, d'accomplissement personnel et d'efficacité personnelle.3,4

Effet de halo : Une forme de biais cognitif qui se produit lorsque nous transférons nos sentiments à l'égard d'un attribut du caractère d'une personne à un autre attribut, souvent sans rapport. Cela peut se produire lorsque notre impression initiale d'un trait ("elle est jolie !") est indûment projetée sur notre impression générale d'une personne ("elle est amicale !").5

Les personnes

Carl Rogers

Carl Rogers était un psychologue américain du XXe siècle, un père fondateur de la psychologie humaniste et une figure éminente de la psychothérapie. Il a été le pionnier de l'approche thérapeutique centrée sur la personne, qui se concentre sur la reconnaissance de la tendance à l'épanouissement du patient, définie comme la propension intrinsèque de chaque individu à rechercher la croissance, l'autonomie et la liberté par rapport aux sources périphériques de pouvoir.6

Pour Rogers, la psychothérapie a pour but d'aider les individus à parvenir, grâce à une relation privilégiée avec leur thérapeute, à une bonne communication avec eux-mêmes. Une fois cet objectif atteint, Rogers estimait que cette personne serait alors en mesure de communiquer plus librement et plus efficacement avec les autres.7

Le besoin naturel de juger ou d'évaluer les autres existe en chacun de nous, a soutenu M. Rogers. De plus, ce besoin est exacerbé dans les situations où les émotions et les sentiments sont plus forts. Pour lutter contre ces tendances à l'évaluation et aux préjugés, Rogers préconisait fortement d'écouter avec compréhension, c'est-à-dire de considérer l'attitude, l'idée ou la croyance supposée que nous percevons à propos d'une autre personne de son point de vue. Selon Rogers, cela nous permet de mieux percevoir ce que nos idées préconçues peuvent faire ressentir à l'autre personne et, par conséquent, d'améliorer notre façon de communiquer à l'avenir.8

L'histoire

Les barrières perceptuelles sont le résultat d'un certain type de biais cognitif, un terme utilisé pour décrire nos réponses systématiques mais incohérentes aux problèmes de jugement et de décision. La notion de biais cognitif a été introduite par les psychologues Amos Tversky et Daniel Kahneman dans les années 1970 et s'est depuis lors développée de manière exponentielle pour englober des douzaines de formes plus spécifiques de biais.9

Les cinq biais cognitifs qui contribuent le plus aux barrières perceptuelles sont : les stéréotypes, l'effet de halo, la participation sélective, la projection et les attentes.

La participation sélective consiste à prêter attention aux informations qui soutiennent vos idées et à ignorer le reste. Si vous avez des problèmes avec votre supérieur, la participation sélective peut consister à n'évaluer que ses traits de personnalité négatifs et à ignorer toutes les qualités qui seraient incompatibles avec vos croyances préexistantes à son sujet. La participation sélective peut également se refléter dans la défense perceptuelle, notre mécanisme de défense contre les idées et les conceptions qui menacent notre système de croyances. Un fumeur qui détourne son attention de l'avertissement relatif aux effets nocifs figurant sur un paquet de cigarettes est un exemple de cette tendance.10

L'effet de halo est une autre cause fréquente de barrières perceptuelles ; il a été observé pour la première fois par le psychologue américain Edward Thorndike et décrit dans son article de 1920 intitulé A Constant Error in Psychological Ratings.11 Dans son étude du système de classement de l'armée américaine, des officiers ont été invités à classer leurs subordonnés en fonction de leurs traits de caractère. Thorndike a constaté une forte corrélation entre l'apparence physique des subordonnés et l'évaluation de traits tels que l'intelligence, la compétence et l'habileté.12

Les stéréotypes peuvent également entraver la perception ; des généralisations largement répandues sur les gens peuvent nous inciter à attribuer des attributs aux individus uniquement sur la base de la catégorie dans laquelle nous les percevons. Les stéréotypes peuvent fausser notre première impression du caractère d'une personne sur la base d'attributs sans rapport avec elle, tels que le sexe, la race ou l'âge.13

Controverse

Une étude sur les stéréotypes des employés plus âgés dans une organisation a révélé qu'ils sont supposés être plus réticents aux changements organisationnels, moins créatifs ou susceptibles de prendre des risques calculés, moins bien classés en termes de capacité physique, et à la fois moins intéressés et moins capables d'apprendre de nouvelles techniques.14 Chargés de prendre des décisions concernant l'affectation du personnel, les étudiants en gestion participant à l'étude ont accordé moins de considération aux personnes plus âgées dans les opportunités de promotion, et ont reçu moins d'attention en matière de formation.

L'effet de halo peut également faire obstacle à une prise de décision et à une communication efficaces ; il peut conduire à des différences injustes dans la manière dont les employés sont traités, à des disparités dans les violations disciplinaires et peut même avoir un effet au cours du processus d'embauche. Si un candidat est favorisé en raison de l'effet de halo, il peut en résulter un processus d'embauche biaisé.15

Conséquences

Les idées préconçues mentionnées ci-dessus peuvent avoir de graves conséquences sur la manière dont nous communiquons les uns avec les autres. En ne percevant pas les autres de manière compétente sur la base de ces préjugés, nous créons des filtres dans la manière dont nous interprétons les informations et les transmettons dans la conversation.

La recherche de clarté est une tactique utile qui peut minimiser les effets néfastes des barrières perceptuelles. Si vous n'êtes pas clair sur les attentes ou les préférences d'une autre personne dans une interaction, la confusion peut se manifester et provoquer l'entrée en jeu de nos biais perceptuels. La clé pour surmonter un manque de clarté est de poser des questions pour s'assurer que vous et l'autre personne êtes sur la même longueur d'onde.16

Étude de cas

Les barrières perceptuelles peuvent poser des problèmes importants aux personnes appartenant à des minorités, tant sur le lieu de travail qu'en dehors. Les personnes souffrant d'un handicap, par exemple, sont souvent confrontées à des difficultés lorsqu'elles décident de saisir des opportunités plus facilement accessibles au public.

Une étude réalisée en 2019 par Erin Ludwig du Corcoran College of Art and Design a exploré la manière dont les personnes handicapées sont influencées par la stigmatisation lorsqu'elles décident de fréquenter des organisations artistiques. Ludwig a cherché à comprendre si les barrières attitudinales à la participation, au-delà des barrières structurelles et architecturales traditionnelles, influençaient la probabilité que ces personnes soient intéressées et participent à des activités artistiques.17 Le groupe de participants était composé d'un ensemble de 28 organisations artistiques de l'État du New Jersey, qui ont répondu à l'enquête initiale de l'étude, puis de 50 personnes handicapées qui ont répondu à la deuxième série d'enquêtes.

Si des formes d'accessibilité de base sont accessibles dans la plupart des organisations en fonction des besoins (rampes d'accès, interprétation en langue des signes, toilettes adaptées aux fauteuils roulants), l'étude a cherché à déterminer si ces organisations sont conscientes des barrières comportementales et des besoins sociaux de leurs clients handicapés. L'enquête initiale a révélé que les organisations répondantes étaient "très optimistes quant à l'absence de stigmatisation dans leurs organisations", 93 % des répondants ayant indiqué qu'ils avaient mis en place des politiques écrites sur l'accessibilité pour les personnes handicapées.18

La deuxième série d'enquêtes a révélé une situation différente : près de la moitié des usagers handicapés ont déclaré être d'accord ou tout à fait d'accord avec l'idée que "la stigmatisation (dans un contexte participatif) était parfois plus difficile à surmonter que les barrières physiques ou liées au programme". 19 Ludwig a constaté que la stigmatisation affecte les individus même s'ils n'ont pas personnellement subi une forme de discrimination, ce qui implique que l'autostigmatisation se produit simplement par la reconnaissance par les individus de leur appartenance à un groupe stigmatisé. Cela dissuade les clients handicapés de s'engager dans des situations où ils pensent qu'il y a des stigmatiseurs potentiels, comme le personnel des organisations artistiques.

Ludwig suggère que la promotion de la formation sur les effets causaux des barrières attitudinales pour les personnes handicapées peut contribuer grandement à la participation dans les organisations artistiques. En outre, l'apprentissage des aspects du handicap que le personnel ne connaît peut-être pas, comme le fait qu'il est courant d'être mal à l'aise lors des premières interactions avec des clients handicapés, peut constituer un grand pas en avant pour combler le fossé entre la stigmatisation et la réalité.20

Contenu connexe de TDL

Théorie de l'autoperception

Pour être conscient des barrières perceptuelles, il faut notamment réfléchir à son propre comportement. La théorie de l'autoperception explique comment nous prenons conscience de certaines prédispositions et attitudes en observant notre propre comportement.

L'effet de halo dans la perception du consommateur : Pourquoi de petits détails peuvent faire une grande différence

L'effet Halo est l'un des principaux instigateurs des barrières perceptuelles dans notre vie quotidienne. Dans le domaine de la consommation, l'effet Halo joue un rôle majeur dans la manière dont nous percevons les produits, tant au niveau de la marque que du produit.

Sources d'information

  1. Herman, C. (2019, 18 juin). Comment éliminer les barrières perceptuelles. Bizfluent. https://bizfluent.com/how-8483270-eliminate-perceptual-barriers.html
  2. Ruhl, C. (2021, 4 mai). Qu'est-ce qu'un biais cognitif ? Guides d'étude pour les étudiants en psychologie - Simply Psychology. https://www.simplypsychology.org/cognitive-bias.html
  3. Cherry, K. (2020, 20 juillet). Comment les théories humanistes sont utilisées en psychologie. Verywell Mind. https://www.verywellmind.com/what-is-humanistic-psychology-2795242
  4. Britannica, T. Editors of Encyclopaedia (Invalid Date). psychologie humaniste. Encyclopédie Britannica. https://www.britannica.com/science/humanistic-psychology
  5. Perera, A. (2021, 22 mars). L'effet de halo : Définition et exemples. Guides d'étude pour les étudiants en psychologie - Simply Psychology. https://www.simplypsychology.org/halo-effect.html
  6. Schunk, D. H. (2016). Les théories de l'apprentissage : An educational perspective. Pearson.
  7. Rogers, C. et Roethlisberger, B. (1991, 1er novembre). Barrières et passerelles de la communication. Harvard Business Review. https://hbr.org/1991/11/barriers-and-gateways-to-communication
  8. Rogers, C. et Roethlisberger, B. (1991, 1er novembre). Barrières et passerelles de la communication. Harvard Business Review. https://hbr.org/1991/11/barriers-and-gateways-to-communication
  9. Wilke, A. et Mata, R. (2012). Cognitive bias. Dans l'Encyclopédie du comportement humain (pp. 531-535). Academic Press.
  10. Dolan, S, & Lingham, T. (2021). Introduction au comportement organisationnel international (2e éd.). MyEducator. 2.10
  11. Perera, A. (2021, 22 mars). L'effet de halo : Définition et exemples. Guides d'étude pour les étudiants en psychologie - Simply Psychology. https://www.simplypsychology.org/halo-effect.html
  12. Dolan, S, & Lingham, T. (2021). Introduction au comportement organisationnel international (2e éd.). MyEducator. 2.10
  13. Black, J. S., Bright, D. S. et Gardner, D. G. (2019). Comportement organisationnel. OpenStax. https://openstax.org/books/organizational-behavior/pages/3-2-barriers-to-accurate-social-perception
  14. C. von Hippel, et al, "Age-based stereotype threat and work outcomes : Stress appraisals and ruminations as mediators," Psychology and Aging, February 2019, pp. 68-84.
  15. Miller, B. (2018, 1er octobre). Comment l'effet de halo a un impact sur votre lieu de travail. HR Daily Advisor. https://hrdailyadvisor.blr.com/2018/10/02/how-the-halo-effect-impacts-your-workplace/
  16. Dopico, A. (2019, 24 septembre). Comment surmonter les barrières perceptuelles ? JanetPanic.com - Portail de l'histoire mondiale. https://janetpanic.com/how-do-you-overcome-perceptual-barriers/
  17. Ludwig, E. (2012). Stigma in the arts : How perceptual barriers influence individuals' with disabilities participation in arts organizations. The Journal of Arts Management, Law, and Society, 42(3), 142.
  18. Ludwig, E. (2012). Stigma in the arts : How perceptual barriers influence individuals' with disabilities participation in arts organizations. The Journal of Arts Management, Law, and Society, 42(3), 143.
  19. Ludwig, E. (2012). Stigma in the arts : How perceptual barriers influence individuals' with disabilities participation in arts organizations. The Journal of Arts Management, Law, and Society, 42(3), 145
  20. Ludwig, E. (2012). Stigma in the arts : How perceptual barriers influence individuals' with disabilities participation in arts organizations. The Journal of Arts Management, Law, and Society, 42(3), 149
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?