Thérapie cognitivo-comportementale

L'idée de base

La thérapie se présente sous toutes les formes et dans toutes les tailles. Notre monde continue de connaître des changements majeurs, tout comme la façon dont nous abordons les problèmes de santé mentale et leur traitement. Avec un isolement social accru et des exigences de plus en plus grandes sur le lieu de travail, l'accès à différents types de thérapies s'est avéré salvateur pour des millions d'individus. Mais parmi toutes les options disponibles - de l'art et de la thérapie assistée par les animaux à la thérapie d'acceptation et d'engagement et au-delà - la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) reste la référence.1

La thérapie cognitivo-comportementale est une forme de psychothérapie qui aide les individus à recadrer les pensées négatives ou les sensations qu'ils éprouvent sous un angle positif. La TCC encourage les individus à prendre conscience de la façon dont leurs pensées et leurs sentiments affectent leur comportement, et utilise le modèle ABC pour aider les individus à apprendre des mécanismes de réponse plus sains.

Les hommes sont perturbés non pas par les choses qui se produisent, mais par les opinions qu'ils ont sur ces choses.


- Épictète, philosophe stoïcien grec

La théorie au service de la pratique

TDL est un cabinet de recherche appliquée. Dans notre travail, nous tirons parti des connaissances de divers domaines - de la psychologie et de l'économie à l'apprentissage automatique et à la science des données comportementales - pour sculpter des solutions ciblées à des problèmes nuancés.

Nos services de conseil

Termes clés

Conditionnement classique : Forme d'apprentissage dans laquelle un stimulus conditionné est associé à un stimulus non conditionné distinct pour générer une réponse comportementale appelée réponse conditionnée.

Comportementalisme : Théorie suggérant que le comportement humain est mieux étudié à travers les actions observables (comportement) qu'à travers l'analyse des pensées, des sentiments et de la conscience.2

Le stoïcisme : Le stoïcisme est une école de pensée philosophique fondée dans la Grèce et la Rome antiques qui encourage la maximisation des émotions positives, la réduction des émotions négatives et aide les individus à aiguiser leurs vertus de caractère.3

Les personnes

Aaron Beck

Psychologue américain qui a révolutionné le domaine de la santé mentale en s'appuyant sur des données empiriques pour valider l'efficacité des techniques thérapeutiques qu'il a mises au point dans le cadre de la TCC. Bien que Beck ait reçu une formation d'analyste psychanalytique, c'est son désenchantement à l'égard des outils et techniques existants qui l'a incité à développer un tout nouveau type de psychothérapie.3

Épictète

Un représentant du stoïcisme qui a prospéré au début du deuxième siècle. Épictète suggérait que les individus pouvaient s'entraîner à être heureux en remettant en question leurs pensées et en développant délibérément des capacités de pensée rationnelle calme. Selon lui, il s'agit de comprendre ce que nous pouvons contrôler et ce que nous ne pouvons pas contrôler.4

L'histoire

Le modèle de la TCC est apparu au début des années 1960, en contrepoint des traditions comportementaliste et humaniste de la psychanalyse qui prévalaient à l'époque. À l'époque, ces deux écoles de pensée se partageaient le devant de la scène en tant que psychothérapies dominantes de leur temps.

Le behaviorisme classique repose sur l'hypothèse que ce qui se passe dans l'esprit d'une personne n'est pas directement observable et ne peut donc pas faire l'objet d'une étude scientifique. Au lieu de cela, les scientifiques comportementalistes ont examiné les associations entre les événements observables, en recherchant des liens entre les stimuli (caractéristiques de l'environnement) et les réponses (réactions observables et quantifiables des personnes étudiées).5 La thérapie comportementale a été développée par Joseph Wolpe et d'autres dans les années 1950 et 1960 et est née en réaction au paradigme psychodynamique freudien qui a guidé les pratiques psychothérapeutiques à partir des années 1800. Dans les années 1950, la psychanalyse freudienne a été remise en question en raison du manque de preuves empiriques de son efficacité.6

La thérapie comportementale s'appuie sur les principes du conditionnement classique, une théorie de l'apprentissage utilisée pour modifier le comportement et les réactions émotionnelles. Contrairement à la technique psychanalytique freudienne qui cherche à sonder les racines inconscientes du traumatisme d'une personne - comme Freud l'a fait avec le "Petit Hans", un garçon qui avait peur des chevaux 7 - les thérapeutes comportementaux élaborent des procédures pour aider les gens à apprendre de nouvelles façons de réagir aux déclencheurs de traumatismes.

Aaron Beck, connu comme le père de la TCC, a remis en question les notions de psychanalyse et de comportementalisme classique, en soutenant que les pensées n'étaient pas aussi inconscientes qu'on le pensait et qu'il y avait des limites à une approche purement comportementale.8 Beck a plutôt suggéré que des types particuliers de pensées et des schémas de pensée négatifs connexes pouvaient être à l'origine d'une détresse émotionnelle.9

La théorie de Beck trouve ses racines dans la philosophie antique, notamment dans le stoïcisme, une école de pensée hellénistique. Fondé par Zénon de Citium au troisième siècle avant notre ère, le stoïcisme mettait l'accent sur la dimension thérapeutique de la philosophie. Le célèbre stoïcien romain Épictète est souvent cité pour avoir suggéré qu'"il est plus nécessaire de guérir l'âme que le corps, car il vaut mieux mourir que mal vivre" (Fragments, 32) et que "l'école du philosophe est la clinique du médecin" (Discours, 3.23.30).10 Les stoïciens soutenaient que les gens ne contrôlaient pas totalement les résultats extérieurs et qu'ils devaient plutôt se concentrer sur la valeur intrinsèque de leurs propres traits de caractère. En pratique, cela signifie "faire ce que nous pouvons" pour faire preuve de plus de gentillesse, d'amitié et de sagesse.11

Bien que le stoïcisme soit davantage une philosophie de la vie, il a fortement contribué à la philosophie employée dans la thérapie cognitivo-comportementale. Empruntant au philosophe stoïcien Épictète, la TCC repose sur l'idée fondatrice que ce n'est pas ce qui arrive aux individus, mais plutôt la façon dont les individus perçoivent ce qui leur arrive, qui détermine leur affect.12 La TCC met profondément l'accent sur l'idée que nous, en tant qu'agents individuels, sommes maîtres de nos pensées et de nos réactions émotionnelles face à des facteurs externes qui échappent à notre sphère d'influence ou à notre contrôle.

Conséquences

La croyance fondamentale qui sous-tend les techniques de TCC est que lorsque les gens changent leurs pensées (ou ce que les psychologues appellent les cognitions), ils peuvent modifier leurs sentiments et leur comportement. Le cadre de la TCC vise à atténuer la souffrance que nous nous infligeons à nous-mêmes en fonction du sens et de l'importance que nous donnons à ce qui nous arrive.

Une tactique utile, proposée par la TCC, consiste à changer la façon dont nous percevons les problèmes de santé mentale. Au lieu de les percevoir comme des états pathologiques qualitativement différents des états et processus normaux, il est plus utile de les identifier comme se situant à l'une des extrémités d'un continuum métaphorique.

La technique du continuum s'appuie sur ce raisonnement et sur l'idée que les problèmes psychologiques n'existent pas dans une dimension entièrement différente et qu'ils peuvent toucher n'importe qui. La technique consiste à cibler, évaluer et développer les croyances fondamentales en travaillant sur les caractéristiques du processus telles que la planification et les compétences interpersonnelles.13

La théorie psychodynamique traditionnelle suggère qu'un traitement réussi doit découvrir les motivations cachées et les processus de développement "à la racine" de nos problèmes. En revanche, la TCC utilise le principe du "ici et maintenant".14 Cette notion suggère que la thérapie doit se concentrer sur ce qui se passe dans le présent plutôt que sur les événements développementaux à l'origine du problème.

La thérapie cognitivo-comportementale est largement utilisée pour traiter une variété de problèmes psychologiques. Elle est devenue le type de psychothérapie préféré, car elle peut rapidement aider les patients à identifier et à faire face à des défis spécifiques. Les conséquences, cependant, comprennent des sentiments d'inconfort émotionnel, un épuisement physique et un stress ou une anxiété temporaire lorsque vous explorez des émotions et des expériences douloureuses.15

Les recherches empiriques menées sur l'efficacité de la TCC ont montré qu'elle est fortement soutenue en tant que thérapie pour la plupart des troubles psychologiques chez les adultes, et qu'elle bénéficie d'un soutien plus important pour le traitement des dysfonctionnements psychologiques que toute autre forme de thérapie populaire.16 La TCC a également démontré des résultats favorables à long terme chez les jeunes souffrant de troubles anxieux dans le cadre d'essais d'efficacité. Dans une étude réalisée en 2018 sur des individus de moins de 18 ans souffrant d'anxiété, l'utilisation de la TCC a entraîné la perte du principal diagnostic d'anxiété et des changements dans les symptômes d'anxiété évalués par les jeunes et les parents.17

Ruth and Fonagy’s 2005 Study on CBT Efficacy and Effectiveness

Figure 1 : Étude de Ruth et Fonagy (2005) sur l'efficacité de la TCC 18

Controverse

Compte tenu de la place prépondérante qu'elle occupe aujourd'hui dans les thérapies, il n'est pas surprenant que la TCC ait suscité son lot de critiques. La critique conventionnelle soutient que l'approche est trop mécaniste et ne prend pas en compte le patient dans sa globalité.18

Certaines critiques importantes ont également été formulées au sein même de la communauté de la TCC. Tout d'abord, les composantes cognitives spécifiques de la TCC ne parviennent souvent pas à surpasser les versions moins complètes du traitement qui se concentrent principalement sur les stratégies comportementales. Par exemple, Jacobson et al. ont démontré que les patients souffrant de dépression s'amélioraient autant après un traitement qui excluait délibérément les techniques destinées à modifier les cognitions déformées, par rapport à l'approche traditionnelle de la TCC contenant à la fois des éléments cognitifs et comportementaux.19

Étude de cas

Utiliser la TCC pour améliorer l'engagement des employés

Une étude récente menée par The Decision Lab et Hikai (une plateforme conversationnelle d'engagement des employés) sur le désengagement au travail a montré que la TCC informatisée peut être un remède extrêmement efficace pour les employés qui souffrent d'épuisement, d'anxiété ou de dépression au travail. À une époque où près de 70 % des travailleurs en Amérique du Nord déclarent se sentir désengagés au travail, l'utilisation de techniques de TCC sur le lieu de travail peut être extrêmement bénéfique.20 En tirant parti de l'IA et de la recherche sur l'engagement des utilisateurs, TDL a été en mesure de mettre au point un outil efficace capable de fournir une TCC informatisée efficace. Cette technique s'est avérée être un moyen très peu coûteux, évolutif et efficace de traiter l'anxiété et la dépression.21 Les chatbots se sont révélés être un mécanisme engageant et efficace pour fournir une TCC informatisée à grande échelle. L'étude a révélé une amélioration de 71 % de l'engagement parmi les participants au projet pilote, dont 82 % ont déclaré que le produit les avait aidés à réduire leur niveau de stress22.

Contenu connexe de TDL

Comportementalisme

Le béhaviorisme donne un aperçu de la partie "comportement" de la TCC et se concentre sur la manière dont l'environnement et le milieu d'une personne entraînent des changements dans son comportement. Lisez ce guide de référence pour en savoir plus sur le béhaviorisme, ses principaux acteurs, ses controverses et ses applications.

Les habitudes

Une partie essentielle de la TCC est la réorientation des habitudes malsaines et des mécanismes d'adaptation en réponse à la détresse émotionnelle. Ce guide de référence explique comment nous avons commencé à étudier les habitudes, les principes d'apprentissage qui contribuent à la formation des habitudes et la manière dont les habitudes influencent nos interactions avec la technologie.

Sources d'information

  1. Institut national pour la santé et l'excellence clinique. Common Mental Health Disorders (Troubles communs de la santé mentale). Londres, Angleterre : The British Psychological Society et The Royal College of Psychiatrists ; 2011.
  2. Le béhaviorisme. (n.d.). Dans le dictionnaire de psychologie de l'APA. American Psychological Association. https://dictionary.apa.org/behaviorism
  3. Stoïcisme 101 : Une introduction au stoïcisme, à la philosophie stoïcienne et aux stoïciens. (2018, 16 mars). Holstee. https://www.holstee.com/blogs/mindful-matter/stoicism-101-everything-you-wanted-to-know-about-stoicism-stoic-philosophy-and-the-stoics
  4. Grohol, J. M. (2009, 2 septembre). Profil d'Aaron Beck. Psych Central. https://psychcentral.com/blog/a-profile-of-aaron-beck#2
  5. Walsh, V. (2020, 29 mars). CBT et la philosophie d'Epictète : "Les événements eux-mêmes sont impersonnels et indifférents". Veronica Walsh's CBT Blog Dublin, Irlande. https://iveronicawalsh.wordpress.com/2014/08/21/cbt-and-epictetus-events-themselves-are-impersonal-and-indifferent/
  6. Westbrook, D., Kennerley, H. et Kirk, J. (2011). Une introduction à la thérapie cognitivo-comportementale : Skills and applications. Sage.
  7. Eysenck, H. J. (1952). The effects of psychotherapy : an evaluation. Journal of consulting psychology, 16(5), 319.
  8. Freud, S. (1909). Analyse d'une phobie chez un garçon de cinq ans. Klassiekers Van de Kinder-en Jeugdpsychotherapie, 26.
  9. Diaz, K. et Murguia, E. (2015). Les fondements philosophiques de la thérapie cognitivo-comportementale : Stoïcisme, bouddhisme, taoïsme et existentialisme. Journal of Evidence-Based Psychotherapies, 15(1).
  10. Oatley K (2004). Les émotions : Une brève histoire. Malden, MA : Blackwell Publishing. p. 53.
  11. Robertson, D. et Codd, T. (2019). La philosophie stoïcienne comme thérapie cognitivo-comportementale. The Behavior Therapist, 42(2).
  12. Robertson, D. et Codd, T. (2019). La philosophie stoïcienne comme thérapie cognitivo-comportementale. The Behavior Therapist, 42(2).
  13. Comprendre la TCC. (2021, 3 août). Institut Beck. https://beckinstitute.org/about/intro-to-cbt/
  14. James, I.A. et Barton, S.B. (2004). CHANGING CORE BELIEFS WITH THE CONTINUUM TECHNIQUE. Behavioural and Cognitive Psychotherapy, 32, 431 - 442.
  15. Westbrook, D., Kennerley, H. et Kirk, J. (2011). Une introduction à la thérapie cognitivo-comportementale : Skills and applications. Sage.
  16. Thérapie cognitivo-comportementale. (2019, 16 mars). Mayo Clinic - Clinique Mayo. https://www.mayoclinic.org/tests-procedures/cognitive-behavioral-therapy/about/pac-20384610
  17. Roth, A. et Fonagy, P. (2006). What works for Whom : A critical review of psychotherapy research. Guilford Press.
  18. Roth, A. et Fonagy, P. (2006). What works for whom : A critical review of psychotherapy research (Ce qui marche pour qui : un examen critique de la recherche en psychothérapie). Guilford Press.
  19. Kodal, A., Fjermestad, K., Bjelland, I., Gjestad, R., Öst, L. G., Bjaastad, J. F., ... & Wergeland, G. J. (2018). Efficacité à long terme de la thérapie cognitivo-comportementale pour les jeunes atteints de troubles anxieux. Journal of anxiety disorders, 53, 58-67.
  20. Gaudiano, B. A. (2008). Thérapies cognitivo-comportementales : réalisations et défis. Evidence-based mental health, 11(1), 5-7.
  21. Jacobson NS, Dobson KS, Truax PA, Addis ME, Koerner K, Gollan JK, et al. A component analysis of cognitive-behavioral treatment for depression. J Consult Clin Psychol. 1996;64:295-304.
  22. Folkman, J. (2019, 10 octobre). 70% des travailleurs ne sont pas engagés -- Qu'en est-il des managers ? Forbes. https://www.forbes.com/sites/joefolkman/2014/03/06/seventy-percent-of-workers-not-engaged-what-about-the-managers/
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?