Estime de soi

L'idée de base

Vous est-il déjà arrivé de vous sentir un peu déprimé après avoir passé un temps considérable à parcourir les médias sociaux ? À un moment ou à un autre, nous sommes tous allés sur des applications de médias sociaux juste pour voir nos amis vivre leur meilleure vie : obtenir un diplôme avec mention, recevoir une promotion, partir pour les vacances de nos rêves. Le fait de voir d'autres personnes réaliser des choses que nous n'avons jamais faites ou aller dans des endroits où nous ne sommes jamais allés peut avoir un impact sur notre estime de soi.

L'estime de soi fait référence à l'évaluation globale de la valeur personnelle d'un individu. L'estime de soi est également utilisée pour décrire la façon dont une personne s'apprécie elle-même. Dans le langage courant, les termes "estime de soi" et "respect de soi" ont également été utilisés de manière interchangeable avec le terme "estime de soi".

Nos expériences façonnent notre estime de soi. Lorsqu'une personne reçoit régulièrement des commentaires négatifs de la part d'autres personnes, elle est susceptible d'avoir une faible estime d'elle-même. Elle est également influencée par des facteurs tels que la conscience de soi, la confiance en soi et l'insécurité. Ces facteurs peuvent à leur tour être influencés par le statut socio-économique1, les capacités physiques, le racisme et la discrimination2.

L'estime de soi est généralement au plus bas pendant l'enfance. Elle augmente à l'adolescence, avant d'atteindre un niveau relativement stable à l'âge adulte.

Le curieux paradoxe est que lorsque je m'accepte tel que je suis, je peux changer.


- Carl R. Rogers dans son livre, On Becoming a Person : Le point de vue d'un thérapeute sur la psychothérapie

Termes clés

Échelle d'estime de soi de Rosenberg (RSES) : Questionnaire élaboré par Morris Rosenberg, comportant 10 questions, composées à parts égales d'affirmations positives et négatives, visant à déterminer l'estime de soi d'un individu sur une échelle de 0 à 30. Introduit en 1965, il reste l'instrument le plus utilisé pour mesurer l'estime de soi.

Auto-évaluation : Processus qui décrit la manière dont un individu évalue ses propres capacités, traits, attitudes ou comportements.

Conscience de soi : Un état de réflexion où l'attention est portée sur nous-mêmes dans le but d'une évaluation sociale.

Comparaison sociale ascendante : Ce phénomène se produit lorsqu'un individu se compare à d'autres personnes qui sont perçues comme ayant des caractéristiques positives supérieures aux siennes.

L'histoire

L'estime de soi est l'un des thèmes les plus anciens de l'étude de la psychologie.3 Les premières idées sur l'estime de soi ont été explorées au XVIIIe siècle par le philosophe écossais David Hume. Ses travaux soulignaient l'importance d'avoir une bonne opinion de soi, ce qui, selon lui, constituait une motivation qui nous permettait de réaliser pleinement notre potentiel.

En 1890, William James a jeté les bases de l'exploration de l'estime de soi en tant que concept distinct de la psychologie dans son livre The Principles of Psychology.4 Au lieu d'"estime de soi", James a utilisé le terme "moi social" pour décrire un état qui comprend des attributs reconnus par les autres.

En 1965, le psychologue social Morris Rosenberg est le premier à donner une définition formelle de l'estime de soi, qu'il décrit comme un sentiment positif de valeur personnelle.5 Dans son livre Society and the Adolescent Self-Image, Rosenberg affirme que l'estime de soi consiste en un respect de soi par l'individu.

Rosenberg a introduit l'échelle d'estime de soi de Rosenberg (RSES), qui est aujourd'hui la mesure de l'estime de soi la plus utilisée en sciences sociales. Rosenberg a conçu l'EESR comme un questionnaire comportant cinq énoncés positifs et cinq énoncés négatifs. Il utilise les réponses pour mesurer les sentiments positifs et négatifs à l'égard de l'individu, l'estime de soi étant mesurée sur une échelle de 0 à 30. Les scores inférieurs à 15 mettent en évidence une faible estime de soi potentiellement problématique.

Elle a été traduite en plusieurs langues et largement utilisée dans plus de 50 pays différents.6,7 Outre son impressionnante cohérence, la popularité de l'échelle RSES tient à sa fiabilité lorsqu'elle est testée à nouveau sur des individus. Des études sur la RSES ont mis en évidence des corrélations avec les styles d'extraversion et d'attachement romantique qui étaient cohérentes dans différents pays.8 Ces résultats suggèrent que l'échelle est équivalente d'une culture à l'autre.

Poussant plus loin ses travaux, Rosenberg a obtenu des résultats montrant que les différences ethniques n'avaient qu'une corrélation faible à modérée avec l'estime de soi des jeunes. Étant donné la stigmatisation des communautés non blanches dans les années 1960, Rosenberg a été surpris par ce résultat, car il s'attendait à ce que les Afro-Américains fassent état de niveaux d'estime de soi nettement inférieurs à ceux des Blancs. Une analyse plus approfondie a conduit Rosenberg à la conclusion que l'estime de soi est davantage influencée par les opinions perçues de la famille et des amis proches que par celles des connaissances et d'autres personnes en général.3

S'appuyant sur les travaux de Rosenberg, Brown, Dutton et Cook ont poursuivi leurs recherches en 2001 en décrivant trois façons d'utiliser le terme "estime de soi":8

  • L'estime de soi globale ou trait, pour décrire la façon dont les individus se sentent généralement dans leur peau.
  • L'auto-évaluation, pour décrire la manière dont les individus évaluent leurs nombreux attributs et capacités.
  • Sentiments d'estime de soi, pour décrire les états émotionnels temporaires, tels que la joie d'avoir décroché l'emploi de ses rêves.

Les personnes

David Hume

Philosophe, historien, économiste et écrivain écossais qui a fait partie du Siècle des Lumières écossais, une période de l'Écosse du XVIIIe siècle qui a donné lieu à de nombreuses réalisations scientifiques et savantes. Hume a été l'un des premiers à explorer les thèmes de l'estime de soi.

William James : Psychologue, philosophe et historien américain, communément considéré comme l'un des fondateurs de la psychologie moderne. James a contribué très tôt à l'élaboration d'idées générales sur les processus centrés sur soi, y compris l'estime de soi, qui ont jeté les bases pour les futurs chercheurs. Ses travaux à la fin du XIXe siècle ont préfiguré la définition formelle de l'estime de soi par Morris Rosenberg. À l'université de Harvard, James a été l'un des tout premiers enseignants à proposer un cours de psychologie aux États-Unis.9

Morris Rosenberg

Psychologue social américain qui a contribué de manière significative au domaine de l'image de soi. Rosenberg a été le premier à formuler la définition de l'estime de soi et à introduire l'échelle d'estime de soi de Rosenberg. Titulaire d'un doctorat de l'université de Columbia, Rosenberg a contribué à la compréhension moderne de l'influence de l'estime de soi sur le comportement social.10

Conséquences

L'estime de soi a des conséquences quotidiennes importantes sur nos processus décisionnels, notre réussite, notre santé émotionnelle et notre bien-être. Des niveaux sains d'estime de soi peuvent également accroître notre motivation, car ils nous donnent la confiance nécessaire pour relever de nouveaux défis sur le lieu de travail ou dans nos relations en dehors du travail.11

En ce qui concerne la réussite dans la vie, d'autres recherches ont montré que l'estime de soi peut être utilisée pour prédire le niveau de réussite et de bien-être d'un individu. Cela s'applique à des domaines tels que l'éducation, le statut professionnel, la réussite professionnelle, la satisfaction au travail, les relations et la santé. La réussite dans la vie n'est pas nécessairement une conséquence d'une haute estime de soi, mais plutôt un prédicteur important de la réussite dans ces domaines, même en tenant compte d'autres variables telles que le sexe, l'intelligence et le statut socio-économique.12

L'estime de soi a également des conséquences importantes sur notre prise de décision. Tout comme l'anxiété, l'estime de soi est fortement associée à notre capacité à prendre des décisions. En ce qui concerne la prise de décision personnelle, l'estime de soi est liée à la probabilité perçue d'un résultat favorable.

De même, la recherche a montré que l'estime de soi est liée à l'ampleur des sentiments négatifs liés à un résultat indésirable. Ces implications ne sont présentes que lorsque nous prenons des décisions pour nous-mêmes, car l'estime de soi n'a pas les mêmes effets lorsqu'il s'agit de prendre des décisions pour quelqu'un d'autre.13 Réfléchissez à la manière dont nous nous mettons à la place de nos amis lorsque nous les aidons à prendre des décisions qui ne nous affectent pas nous-mêmes.

Controverses

L'un des problèmes de la théorie de l'estime de soi est sa distinction par rapport à d'autres concepts, tels que le narcissisme. Certains chercheurs ont établi un lien entre une haute estime de soi et des traits narcissiques lorsqu'ils ont analysé les avantages et les inconvénients de l'estime de soi. Par exemple, le psychologue social Roy Baumeister suggère que si les échelles d'estime de soi étaient vraiment précises, elles seraient capables d'identifier les individus arrogants et narcissiques.14

Cependant, Rosenberg affirme que les suggestions de Baumeister vont à l'encontre de sa propre définition de l'estime de soi. Rosenberg souligne que l'estime de soi et l'égoïsme ne sont pas synonymes.15 Il explique que l'estime de soi implique uniquement qu'un individu évalue s'il est une personne de valeur, ce qui n'est pas lié au fait qu'un individu se considère supérieur aux autres.16

Malgré les effets sociaux bénéfiques de l'estime de soi dans notre vie quotidienne, une estime de soi trop élevée peut devenir malsaine. Une estime de soi trop élevée peut amener un individu à surestimer ses propres capacités, ce qui l'amène à penser qu'il est plus que capable alors qu'en réalité, il ne possède pas les compétences requises. Les personnes ayant une estime de soi trop élevée peuvent commencer à penser que le succès est quelque chose qui leur est dû. Ce n'est pas souhaitable et cela peut empêcher une personne de recevoir des critiques constructives qui auraient pu être utilisées pour s'améliorer.11

De même, une faible estime de soi peut avoir des conséquences négatives. Une faible estime de soi peut exacerber l'insécurité d'une personne quant à ses propres capacités, ce qui peut entraîner un manque de confiance et un sentiment d'indignité. Les personnes ayant une faible estime de soi peuvent commencer à douter de leurs propres capacités, ce qui entrave leur processus de prise de décision. Cela peut les empêcher d'essayer de nouvelles activités ou d'acqrir de nouvelles compétences, ce qui peut affecter les relations platoniques et amoureuses.11

Étude de cas

Une nouvelle étude menée par Erin Vogel, psychologue sociale, a montré que dans le contexte des médias sociaux, des niveaux accrus de comparaison sociale ascendante peuvent jouer un rôle important dans la baisse de l'estime de soi d'un individu.17 Sur les médias sociaux, les processus de comparaison sociale ascendante se produisent lorsque nous nous comparons à d'autres personnes que nous percevons comme étant supérieures. Cela se produit fréquemment car les plateformes de médias sociaux sont conçues pour nous permettre de partager sélectivement ce que nous voulons, ce qui permet aux individus de présenter leurs traits les plus désirables. Contrairement aux médias sociaux, les interactions dans la vie réelle ne permettent pas une présentation stratégique, car elles sont instantanées et rigides.

L'impact d'une comparaison sociale accrue sur la baisse de l'estime de soi est conforme à des recherches antérieures qui ont montré que la comparaison sociale dans les interactions quotidiennes peut également diminuer l'estime de soi d'un individu. Les résultats de Vogel montrent également qu'une comparaison sociale accrue peut entraîner une réduction du bien-être d'un individu.

Toutefois, Mme Vogel souligne également que ses résultats ne contredisent pas nécessairement les résultats d'études qui ont suggéré que les médias sociaux peuvent accroître l'estime de soi. Mme Vogel suggère que cela est probablement vrai dans des scénarios spécifiques, par exemple lorsque les individus se comparent à leurs meilleurs amis plutôt qu'à des inconnus.

Contenu connexe de TDL

Pourquoi ne pouvons-nous pas percevoir nos propres capacités ?

Il n'est pas rare que le manque de connaissances d'une personne entraîne une surestimation de ses propres compétences. La conscience que notre société a d'elle-même fait que les personnes mal informées ont la confiance nécessaire pour se placer sous les feux de la rampe, alors que les experts et les personnes bien informées se trouvent derrière la scène, en train de lever le rideau. Cet article de la TDL explique l'effet Dunning-Kruger, un biais qui explique ce phénomène.

Pourquoi rejetons-nous la responsabilité de nos propres erreurs sur des facteurs externes ?

Avez-vous remarqué que vous attribuez le succès à vos propres actions, alors que vous imputez les conséquences négatives à des facteurs externes que vous percevez comme n'étant pas liés à votre personnalité ? Il s'agit d'un biais cognitif courant qui fascine les chercheurs du monde entier depuis des décennies.

Pourquoi traitons-nous mieux notre groupe d'appartenance que notre groupe d'exclusion ?

Pourquoi avons-nous tendance à accorder un traitement préférentiel aux personnes qui appartiennent au même groupe que nous, même lorsque les groupes sont attribués de manière aléatoire ? Ce comportement peut s'expliquer par le biais de l'appartenance à un groupe, qui suggère que l'appartenance à un groupe peut en fait être dénuée de sens. D'autres recherches ont montré que l'appartenance à un groupe a des conséquences importantes sur l'estime de soi.

Sources d'information

  1. Von Soest, T., Wagner, J., Hansen, T., & Gerstorf, D. (2018). L'estime de soi à travers la seconde moitié de la vie : Le rôle du statut socio-économique, de la santé physique, des relations sociales et des facteurs de personnalité. Journal of Personality and Social Psychology, 114(6), 945-958. https://doi.org/10.1037/pspp0000123
  2. Johnson, A. J. (2020). Examen des associations entre le racisme, la honte intériorisée et l'estime de soi chez les Afro-Américains. Cogent Psychology, 7(1). https://doi.org/10.1080/23311908.2020.1757857
  3. Donnellan, M. B., Trzesniewski, K. H. et Robins, R. W. (2011). Self-esteem : Enduring issues and controversies. Dans T. Chamorro-Premuzic, S. von Stumm, & A. Furnham (Eds.), The Wiley-Blackwell handbook of individual differences (pp. 718-746). Wiley Blackwell.
  4. James, W. (1986). The principles of psychology (Ser. Great books of the western world, 53). Encyclopaedia Britannica.
  5. Rosenberg, M. (1965). Society and the adolescent self-image. Princeton University Press.
  6. Vallieres, E. F., & Vallerand, R. J. (1990). Traduction et validation canadienne-française de L’échelle de L’estime de soi de Rosenberg. International Journal of Psychology, 25(2), 305-316. https://doi.org/10.1080/00207599008247865
  7. Schmitt, D. P. et Allik, J. (2005). Administration simultanée de l'échelle d'estime de soi de Rosenberg dans 53 pays : Exploring the universal and culture-specific features of global self-esteem. Journal of Personality and Social Psychology, 89(4), 623-642. https://doi.org/10.1037/0022-3514.89.4.623
  8. Abdel-Khalek, A. (2016). Introduction à la psychologie de l'estime de soi. Estime de soi : Perspectives, influences et stratégies d'amélioration, 1, 1-23.
  9. William James. (n.d.). Département de psychologie. https://psychology.fas.harvard.edu/people/william-james#:~:text=En%201875%20James%20a enseigné%20un,Stanley%20Hall%20en%201878
  10. Fazio, E. et Nguyen, K. (2007). Rosenberg, Morris (1922-1992). The Blackwell Encyclopedia of Sociology. https://doi.org/10.1002/9781405165518.wbeosr079
  11. Quels sont les signes d'une bonne ou d'une mauvaise estime de soi ? (n.d.). Verywell Mind. https://www.verywellmind.com/what-is-self-esteem-2795868
  12. Orth, U. et Robins, R. W. (2014). The development of self-esteem. Current Directions in Psychological Science, 23(5), 381-387. https://doi.org/10.1177/0963721414547414
  13. Wray, L. D. et Stone, E. R. (2005). The role of self-esteem and anxiety in decision making for self versus others in relationships. Journal of Behavioral Decision Making, 18(2), 125-144. https://doi.org/10.1002/bdm.490
  14. Baumeister, R. F., Smart, L. et Boden, J. M. (1996). Relation entre l'égotisme menacé et la violence et l'agression : The dark side of high self-esteem. Psychological Review, 103(1), 5-33. doi:10.1037/0033-295X.103.1.5
  15. Donnellan, M. B., Trzesniewski, K. H., Robins, R. W., Moffitt, T. E. et Caspi, A. (2005). Low self-esteem is related to aggression, antisocial behavior, and delinquency. Psychological Science, 16(4), 328-335. https://doi.org/10.1111/j.0956-7976.2005.01535.x
  16. Rosenberg, M. (1989). Society and the adolescent self-image (Rev. ed.). Wesleyan University Press.
  17. Vogel, E. A., Rose, J. P., Roberts, L. R. et Eckles, K. (2014). Social comparison, social media, and self-esteem. Psychology of Popular Media Culture, 3(4), 206-222. http://dx.doi.org/10.1037/ppm0000047
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?