Rationalisme

L'idée de base

Les textos au volant. Pratiquement tous les titulaires d'un permis de conduire peuvent admettre qu'ils l'ont fait, même s'ils savent à quel point c'est dangereux.

Et malgré les millions dépensés pour des campagnes contre la distraction au volant, l'installation de panneaux d'affichage et le renforcement des forces de l'ordre sur les routes, nous continuons à le faire. Pourquoi ? Parce qu'il n'est pas toujours facile de faire appel à la rationalité, surtout lorsque la tentation existe autour de nous.

À l'ère de la contestation et des gros titres contradictoires, le recours à la rationalité peut être une sorte d'hygiène de l'opinion, un moyen de se débarrasser des jugements erronés et des raisonnements motivés. À l'heure des clivages partisans et des opinions qui tendent vers l'extrême, il promet de donner un sens à ce qui est fondé sur des faits et à ce qui ne l'est pas. Lorsque le monde change rapidement, nous avons besoin de stratégies pour le comprendre. L'utilisation de la rationalité est essentielle à cette compréhension.1

Le rationalisme s'appuie sur la raison, l'idée philosophique selon laquelle le point de départ fondamental de toute connaissance ne se trouve pas dans les sens ou dans l'expérience, mais peut être retracé jusqu'à une connaissance innée que nous possédons à la naissance.2 Cette "connaissance originelle" crée des premiers principes, et l'école de pensée épistémologique rationaliste prétend que tout ce qui peut être déduit logiquement de ces premiers principes est la façon dont nous construisons notre connaissance.

La théorie au service de la pratique

TDL est un cabinet de recherche appliquée. Dans notre travail, nous tirons parti des connaissances de divers domaines - de la psychologie et de l'économie à l'apprentissage automatique et à la science des données comportementales - pour sculpter des solutions ciblées à des problèmes nuancés.

Nos services de conseil

Termes clés

Thèse de la connaissance innée : Elle affirme que nous disposons d'une connaissance a priori, indépendante de l'expérience acquise par les sens, qui fait partie de notre nature rationnelle. Si l'expérience peut aider à prendre conscience de cette connaissance innée, elle ne la crée pas.3

Le manque de fiabilité de la perception sensorielle : La méfiance descartienne à l'égard des perceptions sensorielles - l'idée que la façon dont nous percevons les stimuli sensoriels peut être faillible et que, par conséquent, la connaissance ne peut résulter que de l'application de la raison pure.4

Principe de raison suffisante : Principe fondamental du rationalisme, le PSR est un principe philosophique qui soutient que tout doit avoir une raison, une cause ou un fondement ; il n'y a rien sans explication et tout événement a une cause. 5

Empirisme : Approche de l'observation du comportement par l'observation directe ou l'expérience. La théorie empiriste repose sur l'affirmation selon laquelle la principale source d'acquisition des connaissances est l'expérience, par opposition à l'affirmation rationaliste selon laquelle la raison est le fondement de la connaissance.6

Cogito Ergo Sum : Phrase latine inventée par le philosophe René Descartes, qui se traduit par "Je pense, donc je suis" ou, plus simplement, "Je pense, donc j'existe". Cette proposition est devenue la pierre angulaire de la pensée rationaliste et illustre l'existence d'un esprit pensant ; l'acte même de douter de sa propre existence, a suggéré Descartes, sert de preuve de l'existence d'un "je" pour penser.7

Les personnes

René Descartes

Philosophe français et penseur rationaliste renommé, considéré comme le père de la philosophie moderne. Descartes a affirmé que la connaissance est dérivée des conceptions de l'intellect, et non des sens. On lui attribue la formulation de la théorie selon laquelle la connaissance et la certitude en science peuvent être atteintes uniquement par le biais du raisonnement.8

Guillaume Leibniz

Père fondateur du rationalisme et philosophe allemand, Leibniz est surtout connu pour ses contributions à la thèse de la connaissance innée. Leibniz croyait fermement qu'il existait un ordre rationnel dans notre monde, un ordre saisissable par l'esprit humain. Le PSR est un axiome fondamental de la philosophie de Leibniz, garant de l'intelligibilité inhérente du monde.9

Emmanuel Kant

Universitaire allemand du XIXe siècle et l'un des plus grands noms de la philosophie moderne. Dans sa conception du rationalisme épistémologique, Kant a suggéré que l'homme impose à l'expérience ses propres catégories ou formes inhérentes, synthétisant ainsi les écoles de pensée empiriste et rationaliste.10

L'histoire

Avec l'empirisme, qui met l'accent sur la perception sensorielle plutôt que sur la raison pure, le rationalisme a été l'un des principaux courants de pensée intellectuelle de la période des Lumières, un mouvement culturel qui s'est étendu sur les XVIIe et XVIIIe siècles. La plupart des philosophes de l'époque louaient le pouvoir de la raison, mais soutenaient que la source de la connaissance devait être l'expérience sensorielle.11

L'idéologie de René Descartes remet en cause cette proposition ; il affirme que la connaissance des vérités éternelles peut en fait être atteinte par la seule raison, sans qu'aucune expérience sensorielle ne soit nécessaire. Sa célèbre proclamation d'existence - "Je pense, donc je suis" - définit précisément ce raisonnement ; il s'agit d'une conclusion à laquelle on parvient par le raisonnement seul et non par l'expérience.12

La position rationaliste était que la connaissance est a priori ("d'avant" - quelque chose que l'on possède déjà quand on y pense). C'est quelque chose que l'on raisonne, par exemple, par le biais des mathématiques ou de la logique. L'esprit humain est doté de facultés rationnelles et si nous les utilisons, nous pouvons atteindre la vérité. La raison, opérant dans le cadre des lois de la logique, peut atteindre la connaissance de vérités qui ne doivent rien à l'expérience sensorielle.13

La méthodologie de Descartes a ensuite été adoptée par Wilhelm Leibniz et Benedict Espinoza, deux figures importantes dans le développement de la pensée rationaliste. Tous deux étaient d'accord sur le fait que le cadre de la connaissance pouvait être connu par la pensée a priori. Mais la différence réside dans leur point d'origine : Pour Spinoza, le point d'origine n'est pas le moi, mais l'univers ou Dieu, qu'il nomme Substance - une entité indépendante qui n'a besoin de rien d'autre pour être conçue ou exister. C'est de l'idée de Substance que Spinoza a tiré tout son système, soutenant que tous les aspects du monde naturel et de l'humanité étaient des modes de cette Substance éternelle, et qu'ils ne pouvaient donc être connus que par la raison pure.14

Parallèlement, Leibniz a développé l'idée que les principes peuvent être accessibles par la seule raison avec son idée de connaissance innée. Il a proposé que les vérités mathématiques, par exemple, ne soient pas révélées par les sens, mais que ce soit la raison qui nous permette d'obtenir des vérités universelles à partir d'exemples individuels. Par conséquent, l'esprit est la source, ce qui signifie que de telles vérités existent de manière innée.15

Si Descartes, Spinoza et Leibniz sont considérés comme les piliers des Lumières du XVIIIe siècle, Emmanuel Kant, un autre éminent penseur rationaliste, est apparu au premier plan durant cette période d'excellence intellectuelle. Kant s'est efforcé de synthétiser les relations entre l'expérience humaine et la raison, et a tenté de mettre fin à une ère de théories spéculatives de l'expérience humaine. Il y est parvenu en soulignant les failles des écoles de pensée empiriste et rationaliste.

Kant soutenait que le rationalisme présentait des problèmes profondément ancrés. La raison pure, affirmait Kant, est défectueuse lorsqu'elle dépasse ses limites et fait des affirmations sur des choses qui sont au-delà du domaine de l'expérience possible - des choses comme l'existence de Dieu ou l'idée du libre arbitre. En ce qui concerne l'empirisme, Kant affirme la nécessité de l'expérience pour la connaissance humaine, mais suggère que la raison est tout aussi nécessaire pour transformer cette expérience en une pensée cohérente. Il conclut que la raison et l'expérience sont toutes deux nécessaires à la connaissance humaine, et appelle son cadre l'idéalisme transcendantal.16

Conséquences

En psychologie moderne, la pensée rationaliste a été régulièrement appliquée au développement du raisonnement moral. L'une des questions centrales de la psychologie morale est de savoir comment nous portons des jugements moraux. La réponse rationaliste à cette question est que nous formulons ces jugements consciemment et délibérément en appliquant des principes moraux explicites que nous tirons d'une boussole morale préexistante.17

L'application de la pensée rationaliste à notre vie quotidienne peut être extrêmement bénéfique pour notre bien-être mental et notre réussite. En particulier dans le contexte de la prise de décision, il est facile de laisser les émotions obscurcir notre jugement. C'est pourquoi, lorsque nous parlons de nos problèmes à d'autres personnes, celles-ci semblent parvenir assez rapidement à une conclusion claire, car elles sont détachées de toute émotion.18

Pour utiliser efficacement la pensée rationaliste, il est important de reconnaître et de séparer nos émotions, et d'appliquer nos facultés logiques à un problème donné afin d'obtenir une réponse plus réfléchie et plus productive. En faisant un effort conscient pour affiner notre raisonnement, en considérant les coûts et les avantages de nos cisions, nous pouvons faire de meilleurs choix.18

Controverses

En psychologie, le rationalisme s'oppose à plusieurs théories de la perception ; il contrecarre l'idée de la psychologie génétique selon laquelle les catégories de l'esprit ne se développent qu'à travers l'expérience du nourrisson en contact avec le monde. Dans un contexte religieux, Descartes dirait que nous n'apprenons pas à connaître Dieu parce que nous avons été élevés dans la religion, mais que nous naissons avec une certaine connaissance de Dieu grâce à des facultés innées de foi.19

De même, le rationalisme s'oppose au transactionnalisme, un point de vue en psychologie qui théorise que la façon dont nous acquérons des compétences perceptives est liée à l'échange social et à l'intraitabilité humaine. Quand nous sommes enfants, on nous dit de dire "s'il vous plaît" et "merci" ; avec le temps et des interactions répétées, nous acquérons une compétence de base en pratiquant la courtoisie. Le rationalisme, au contraire, suggère que certaines capacités perceptives et conceptuelles sont innées plutôt qu'apprises, et que l'expérience ne fait que les mettre en lumière. 20

L'émotivisme, une branche du subjectivisme en philosophie, s'oppose également aux explications rationalistes. L'émotivisme suggère que les désaccords moraux sont des expressions émotionnelles, ni vraies ni fausses, et qu'ils ne peuvent donc pas être résolus par un discours rationnel. Par exemple, un émotiviste soutiendrait que l'affirmation "Je pense que la peine capitale est une erreur" est considérée exclusivement comme l'expression d'une émotion, qui ne peut être raisonnée comme correcte ou incorrecte. 21

L'école de pensée émotiviste s'est développée grâce à des résultats expérimentaux significatifs sur la formation du jugement moral. Ces travaux ont démontré l'importance des processus émotionnels dans le jugement moral. Une étude a montré qu'une déficience du cortex préfrontal ventromédian - une région du cerveau qui génère des émotions - produit des variations systématiques dans la manière dont un individu construit ses jugements moraux.22

Étude de cas

Une étude menée en 2009 par les chercheurs Kees van den Bos et Marjolein Maas de l'université d'Utrecht a exploré la manière dont un état d'esprit rationaliste peut stimuler le blâme des victimes innocentes ; pour les personnes qui ont des croyances dites "du monde juste" (les gens ont ce qu'ils méritent et la société est juste), le fait d'être confronté à des victimes innocentes d'un crime crée des incohérences dans leur système de croyances. En recourant au rationalisme, ces personnes deviennent la proie du blâme des victimes afin de réconcilier ces incohérences.23

Mass et van den Bos s'appuient sur des travaux antérieurs qui suggèrent que les individus utilisent deux systèmes de traitement de l'information, l'un expérientiel et l'autre rationnel, ce dernier fonctionnant grâce aux règles logiques d'inférence de l'individu. Le système rationaliste est délibéré et réfléchi, tandis que le système expérientiel est automatique et rapide, et implique de peser les informations de manière réfléchie. Pour tester l'influence de ce système sur les attitudes de blâme des victimes, les chercheurs ont induit les deux mentalités, expérientielle et rationaliste, chez leurs participants.

Dans la partie de l'expérience consacrée au système de traitement rationaliste, les participants ont été invités à réagir à une histoire donnée en se fondant sur un examen attentif et analytique des informations fournies. Une fois induits dans cet état d'esprit, les participants ont ensuite été mis en présence d'une victime d'agression sexuelle ou de vol et ont été invités à évaluer dans quelle mesure ils blâmaient la victime.24

L'étude a révélé que les individus dotés d'un état d'esprit rationaliste ont tendance à blâmer davantage les victimes innocentes lorsqu'ils ont un système de croyance en un "monde juste" que lorsqu'ils n'en ont pas. Dans le même temps, les personnes ayant un état d'esprit expérimental n'ont pas montré d'effets marqués de la pensée du "monde juste" sur la culpabilisation des victimes. La recherche suggère que la façon dont nous rationalisons les incohérences, en particulier lorsque nous avons une vision peut-être plus idéaliste du monde (comme l'idée que les mauvaises choses n'arrivent qu'aux mauvaises personnes), peut encourager des préjugés injustes. En outre, cela pourrait peut-être nous rappeler de ne pas tirer de conclusions hâtives lorsque nos systèmes de croyance préexistants sont menacés.25

Contenu connexe de TDL

L'émotion affecte-t-elle notre capacité à prendre des décisions rationnelles ?

L'évolution de la psychologie s'est accompagnée d'une meilleure compréhension du rôle des émotions dans la prise de décision ; après tout, les humains ne sont pas des robots définis par un jugement purement rationnel. Cet article explore la manière dont les émotions jouent un rôle dans la prise de décision de niveau deux - les décisions de consommation - et dans nos conceptions de l'équité.

Avoir raison ou être aimé ? Évaluer la prise de décision politique

Parfois, le raisonnement motivé et la pensée automatique et heuristique peuvent décourager nos efforts de raisonnement rationnel. Cet article explore ces types de biais dans la prise de décision et met en lumière leurs effets sur les attitudes politiques.

Sources d'information

  1. Rothman, J. (2021, 16 août). Pourquoi est-il si difficile d'être rationnel ? The New Yorker. https://www.newyorker.com/magazine/2021/08/23/why-is-it-so-hard-to-be-rational
  2. Sangeetha, K. S. (2021, 16 août). Les sources de la connaissance : Rationalisme, empirisme et synthèse kantienne - Introduction à la philosophie : Epismologie. https://press.rebus.community/intro-to-phil-epistemology/chapter/sources-of-knowledge-rationalism-empiricism-and-the-kantian-synthesis/
  3. Markie, P. et Folescu, M. (2021, 2 septembre). Rationalisme vs. empirisme. The Stanford Encyclopedia of Philosophy
  4. Thilly, F. (1913). Romantisme et rationalisme. The Philosophical Review, 22(2), 107-132.
  5. Look, B. C. (2010). Fonder le principe de raison suffisante : Leibnizian Rationalism and the Humean Challenge. Dans The Rationalists : Between Tradition and Innovation (pp. 201-219). Springer, Dordrecht.
  6. Différence entre rationalisme et empirisme. (2016, 1er août). Pediaa.Com. https://pediaa.com/difference-between-rationalism-and-empiricism/
  7. Maden, J. (2020, octobre). Je pense donc je suis : Le cogito ergo sum de Descartes expliqué. Philosophy Break - Your Home for Learning about Philosophy | Philosophy Break. https://philosophybreak.com/articles/i-think-therefore-i-am-descartes-cogito-ergo-sum-explained/
  8. (2015). René Descartes : les représentations sensorielles. obo en philosophie. doi : 10.1093/obo/9780195396577-0272
  9. Look, B. C. (2010). Fonder le principe de raison suffisante : Leibnizian Rationalism and the Humean Challenge. Dans The Rationalists : Between Tradition and Innovation (pp. 201-219). Springer, Dordrecht.
  10. Kant, Immanuel : Métaphysique. (n.d.). Internet Encyclopedia of Philosophy | Une encyclopédie d'articles de philosophie écrits par des philosophes professionnels. https://iep.utm.edu/kantmeta/
  11. Rationalisme | Histoire de la civilisation occidentale II. (n.d.). Lumen Learning. https://courses.lumenlearning.com/suny-hccc-worldhistory2/chapter/rationalism/
  12. Rationalisme - Par mouvement / école - Les bases de la philosophie. (s.d.). Les bases de la philosophie : Un sujet immense décomposé en morceaux faciles à gérer. https://www.philosophybasics.com/movements_rationalism.html
  13. Darby, D. (2016, 6 juillet). Une brève histoire de la philosophie, partie 8 : Empirisme vs. rationalisme. Lowimpact.org. https://www.lowimpact.org/brief-history-philosophy-part-8-empiricism-vs-rationalism/
  14. Spinoza, Benoît de : Métaphysique. (n.d.). Internet Encyclopedia of Philosophy | Une encyclopédie d'articles de philosophie écrits par des philosophes professionnels. https://iep.utm.edu/spinoz-m/
  15. Sangeetha, K. S. (2021, 16 août). Les sources de la connaissance : Rationalisme, empirisme et synthèse kantienne - Introduction à la philosophie : Epismologie. https://press.rebus.community/intro-to-phil-epistemology/chapter/sources-of-knowledge-rationalism-empiricism-and-the-kantian-synthesis/
  16. Le rationalisme. (n.d.). Boundless. https://kolibri.teacherinabox.org.au/modules/en-boundless/www.boundless.com/world-history/textbooks/boundless-world-history-i-ancient-civilizations-enlightenment-textbook/the-age-of-enlightenment-458/the-enlightenment-1085/rationalism-1087-17679/index.html
  17. Clarke, S. (2008). SIM et la ville : Rationalism in psychology and philosophy and Haidt's account of moral judgment. Philosophical Psychology, 21(6), 799.
  18. Moore, D. (2016, 16 février). Vous voulez devenir plus rationnel dans votre vie quotidienne ? Essayez cette liste de contrôle des habitudes de rationalité du CFAR. Une pensée plus claire. https://www.clearerthinking.org/post/2016/02/16/want-to-become-more-rational-in-your-daily-life-try-this-cfar-rationality-habit-checklist
  19. Schmaltz, T. M. (2002). Le cartésianisme radical : La réception française de Descartes. Cambridge University Press.
  20. Blanshard, B. (n.d). rationalism. Encyclopedia Britannica. https://www.britannica.com/topic/rationalism
  21. Messerly, J. (2016, 26 novembre). Emotivism. Raison et sens. https://reasonandmeaning.com/2016/11/26/emotivism/
  22. Koenigs, M., Young, L., Adolphs, R., Tranel, D., Cushman, F., Hauser, M. et Damasio, A. (2007). Damage to the prefrontal cortex increases utilitarian moral judgements. Nature, 446(7138), 908-911.
  23. Van den Bos, K. et Maas, M. (2009). On the psychology of the belief in a just world : Exploring experiential and rationalistic paths to victim blaming. Personality and Social Psychology Bulletin, 35(12), 1567.
  24. Van den Bos, K. et Maas, M. (2009). On the psychology of the belief in a just world : Exploring experiential and rationalistic paths to victim blaming. Personality and Social Psychology Bulletin, 35(12), 1569.
  25. Van den Bos, K. et Maas, M. (2009). On the psychology of the belief in a just world : Exploring experiential and rationalistic paths to victim blaming. Personality and Social Psychology Bulletin, 35(12), 1577.
Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?