The Piazza di Trevi in Rome

Donner aux Romains la possibilité de s'exprimer sur le budget de leur ville

read time - icon

0 min read

Qu'est-ce qui fait des villes des lieux si vivants, si animés et si passionnants ? En fin de compte, ce sont les gens qui y vivent. Comme l'a dit la légendaire urbaniste Jane Jacobs : "Les villes ont la capacité d'offrir quelque chose à tout le monde, seulement parce que, et seulement quand, elles sont créées par tout le monde".

En d'autres termes, les villes sont rendues possibles grâce à la démocratie participative. Ce système de gouvernance, utilisé par plus de 3 000 villes dans le monde, permet à tout citoyen d'appeler la mairie et de faire part de ses opinions ou de ses préoccupations.

Le seul problème de la démocratie participative ? Inciter les gens à participer. Lorsque les gens sont déjà très occupés par leur travail et leur vie sociale, l'engagement civique peut parfois être négligé. Pour inciter les gens à s'engager, les programmes civiques - et les campagnes de communication qui les entourent - doivent être conçus en tenant compte de la prise de décision humaine. Minimiser les frictions et réduire les biais cognitifs est essentiel pour garantir une démocratie saine.

En 2019, l'un des plus grands centres urbains d'Italie était confronté à un défi en matière d'engagement civique. La ville de Rome disposait de 17 millions d'euros à allouer à des projets d'embellissement urbain. Ce budget pouvait être utilisé pour créer de nouveaux espaces verts publics, construire des infrastructures de mobilité durable ou doubler les efforts de régénération urbaine. Le gouvernement municipal souhaitait que les citoyens se joignent à lui dans le cadre d'un processus de budgétisation participative : il s'agissait de co-créer des suggestions et de voter sur les manières potentielles d'allouer ces fonds.

Mais comme beaucoup d'autres collectivités locales, les responsables de la ville ne voyaient pas la participation des Romains de tous les jours aussi importante qu'ils l'espéraient. La ville a fait appel à TDL pour créer une stratégie de communication fondée sur des données probantes, en s'appuyant sur des informations comportementales pour stimuler la participation.

Votez maintenant, profitez-en plus tard

Voici le paradoxe de la participation civique : la plupart des citoyens veulent avoir leur mot à dire dans les décisions politiques, mais ils sont moins nombreux à vouloir prendre le temps de se faire entendre. Ce dilemme est un symptôme classique de l'actualisation hyperbolique, un biais cognitif inscrit dans notre cerveau. Nous sommes programmés pour privilégier les récompenses à court terme au détriment des bénéfices à long terme.

Pour de nombreux citoyens, cela signifie que l'ennui immédiat d'aller voter sur un budget participatif l'emporte sur les avantages éventuels d'avoir eu son mot à dire dans la gouvernance locale - même si cet engagement peut éventuellement déboucher sur de nouveaux parcs publics, espaces verts ou vélos en libre-service.

Comment contrer ces préjugés ? Une stratégie qui a fait ses preuves est celle du cadrage. Les spécialistes du comportement savent très bien que les gens accordent souvent moins d'attention au contenu d'un message qu'à sa présentation. Même des modifications mineures de la formulation d'une information peuvent avoir un effet disproportionné sur la façon dont elle est reçue.

Reformuler le problème

TDL a été approché par la ville de Rome pour aider à stimuler l'engagement des citoyens sur la campagne #RomaDecide. L'objectif était de recueillir un échantillon aussi large que possible de l'opinion publique. Après tout, le budget participatif sert mieux son objectif lorsqu'un maximum de résidents y participent.

Nous nous sommes immédiatement concentrés sur l'envoi de messages ciblés comme moyen le plus efficace de stimuler la participation du public. Nous avons d'abord procédé à un audit comportemental des stratégies de messagerie existantes de la ville, en identifiant les possibilités d'intervention comportementale et en élaborant des hypothèses de recherche à tester. Nous avons également procédé à un examen approfondi de la littérature sur les stratégies d'engagement civique fondées sur des données probantes.

Sur la base de nos recherches initiales et de l'audit des messages, nous avons élaboré un large éventail de stratégies d'encadrement en vue d'un test plus rigoureux. Chacune des stratégies proposées a été conçue pour tester l'influence de différents cadres et leviers comportementaux sur l'intention d'engagement des participants. Nombre d'entre elles mettent en avant les valeurs romaines traditionnelles telles que la famille et la communauté ; d'autres tirent parti de biais cognitifs tels que l'effet de dotation pour créer un sentiment d'appartenance et d'engagement envers l'engagement civique.

Pour vérifier nos hypothèses, nous avons recueilli des données auprès de près de 10 000 Romains ordinaires. Afin de rendre justice à l'incroyable diversité de Rome, nous avons également testé la manière dont les différentes communautés vivant dans la ville ont réagi de manière différenciée. Cela nous a permis de comprendre comment nous pouvions avoir le plus grand impact sur les groupes dont les voix sont souvent sous-représentées.

Les bonnes vieilles valeurs

Après avoir examiné nos données, nous avons élaboré sept stratégies d'encadrement distinctes à tester auprès de la population romaine :

  • Pression temporelle
  • Réalisation de soi et engagement social
  • Engagement social et agence
  • Normes sociales et agence
  • Réalisation de soi et participation civique
  • Réalisation de soi et normes sociales
  • Normes sociales et valeurs familiales

Par rapport au matériel de campagne existant de la ville, notre matériel modifié a permis d'augmenter le taux de réponse de 150 %. Les messages les plus efficaces étaient ceux qui mettaient l'accent sur les normes sociales et les valeurs familiales, reflétant la forte influence que la culture italienne traditionnelle exerce encore sur les décisions quotidiennes des citoyens.

Pour garantir les meilleures chances d'augmenter les taux de réponse, nous sommes allés au-delà de nos recommandations en matière de messages et nous avons consulté la ville sur les stratégies de mise en œuvre afin de mettre nos résultats en pratique. Nous avons conseillé la ville de Rome pour définir comment nos stratégies basées sur les données pourraient être intégrées dans leurs pratiques institutionnelles, et nous avons soutenu le développement d'une unité comportementale interne pour diriger ce processus.

Une ville pour tous

Notre travail a permis à des milliers de Romains de donner leur avis sur les dépenses publiques - des personnes qui n'auraient pas pu se faire entendre autrement. Grâce à l'augmentation du taux de réponse, la ville de Rome a pu allouer son budget d'une manière qui convenait le mieux à une plus grande proportion de sa population.

Le budget participatif permet aux habitants des villes de jouer un rôle actif dans l'élaboration de celles-ci. Mais ses principaux objectifs sont réduits à néant s'il existe trop d'obstacles à l'engagement, y compris des obstacles comportementaux et cognitifs. En s'appuyant sur des leviers comportementaux, comme les stratégies d'encadrement que nous avons développées pour Rome, on peut s'assurer que les démocraties locales sont réellement représentatives de tous les citoyens.

Read Next

Notes illustration

Vous souhaitez savoir comment les sciences du comportement peuvent aider votre organisation ?